Avertir le modérateur

18/10/2007

Histoires… d’y croire.

Lorsque l’on est enfant en France (je ne sais pas comment cela se passe dans les autres pays, je ne m’aventurerai donc pas à parler d’autres pays), en général, on est bercé par des histoires de Princes et de Princesses, par des histoires d’amour merveilleux et indestructible, par ce Père Noël, cette petite souris qui, dit-on, permettent à l’enfant de vivre des moments d’émerveillement nécessaires à sa construction en tant qu’individu.

Il y a également des contes terribles de petite fille dévorée par un grand méchant loup, de frères abandonnés dans la forêt, puis capturés par un ogre qui finit par manger ses propres filles, de sorcières hideuses qui combinent des plans machiavéliques pour rester les plus belles. Même si les personnes de notre environnement immédiat ne jouent pas ce jeu, les relations scolaires ou autres se chargent de combler ces lacunes.

En grandissant, on finit toujours par apprendre que le Prince charmant n’existe pas, pas plus que la princesse douce (et soumise ?!), que le Père Noël n’est qu’une vaste supercherie tout comme cette satanée souricette qui ne passe que la nuit pendant que l’on dort. Et l’on est déçu. Forcément. Quoique l’on en dise.

En revanche, on s’aperçoit, plus ou moins rapidement, que les sorcières machiavéliques, les ogres, les grands méchants loups et autres parents défaillants sont parmi nous ; on voit leurs traces un peu partout autour de nous, plus ou moins proches, mais aussi effrayants et angoissants que dans les contes de notre enfance.

Le merveilleux est souvent (pour ne pas dire toujours) décevant puisqu’il finit immanquablement par disparaitre.

Le pire ne l’est pas, lui, puisqu’il sait merveilleusement (!) durer.

À quoi cela peut-il bien tenir ?

Pourquoi le beau, le bon, le magique, le généreux ne tient-il jamais ?

Beaucoup de personnes n’y croient plus.

Beaucoup de personnes voudraient encore y croire.

Quelques fois, ce sont les mêmes. Pas forcément.

 

 

Laflote 

Commentaires

Vous nous réécrivez "Psychanalyse des Contes de fées", M'am Laflote ?

Écrit par : adrien (de rien ?) | 18/10/2007

@ Adrien : C'est Bruno Bettelheim qui va être content de lire votre commentaire, lui qui s'est fait suer à détailler sa théorie dans un nombre non négligeable de pages... :-))

Écrit par : Laflote | 18/10/2007

Lunettes en déroute chez Laflote...Un point partout ;-)))

Trêve de plaisanterie
Merci pour ce billet intéressant et joli...

Le merveilleux existe au détour de quelques rencontres "humaines". La proportion est infime, oui, les contes de fées enjolivent. Devons-nous donc renoncer à l'espoir ?

La somme de "belles âmes" ne pèsent pas lourd dans la balance et à la fois elles confèrent pour le coup "au merveilleux" de la vie.

La vie ressemble à un conte de fées car les méchants ogres subliment les princes et les princesses....

Écrit par : agathe | 18/10/2007

Petite je préférais les sorcières, je les trouvais plus belles et plus ambigües..

Écrit par : Pamela de Barres | 18/10/2007

Ecrit par : Pamela de Barres | jeudi, 18 octobre 2007 11:29

Etre habitée par les deux et écrire son propre conte....

Écrit par : agathe | 18/10/2007

En effet, Laflote vise haut ! Et tellement, effroyablement (n'ayons pas peur des mots), juste.

Que dire de tout cela ? Que l'enfance étant une période d'apprentissage on lui propose un modèle du monde plutôt équilibré, avec des bons et des méchants en juste proportion ? Que, une fois armé de tout ce bestiaire, il sera ainsi en mesure de faire le tri, plus tard, entre le bon grain et l'ivraie et d'apprendre alors qu'il lui faut jeter le premier pour conserver le second ? Que pour conserver un équilibre il pourra se rendre au cinéma, seule scène adulte où les bons combattent les méchants et l'emportent finalement après maintes aventures douloureuses dont il sera sorti plus fort - ce qui est finalement la trame du roman d'apprentissage ? Que du coup cette force acquise par procuration, l'adulte qu'il est devenu en aura bien besoin pour se frayer son chemin parmi ses semblables ? Et que, en définitive, cette part d'imaginaire qui va le suivre toute sa vie sous diverses formes, va lui tenir lieu de "gentil" qui va l'accompagner pour faire face aux "méchants", ceux de son environnement et celui/celle qu'il peut être lui/elle-même pour les autres ?

Écrit par : off | 18/10/2007

Ecrit par : off | jeudi, 18 octobre 2007 11:32

Votre commentaire me "rassure" car il me laisse penser (imainer ?) que vous avez fort bien saisi ce que j'ai tenté d'exprimer à travers ces quelques lignes.
Je me pose une autre question : pourquoi avons-nous (la plupart) beaucoup de mal à entendre (au sens psychanalytique du terme) que les véritables méchants existent dans la vie ? L'autre soir, ma fille aînée m'a posé une question qui m'a profondément déstabilisée : "Maman, de toute façon, les méchants, ils sont TOUJOURS puni n'est-ce pas ?"

Écrit par : Laflote | 18/10/2007

La méchanceté est en chacun de nous, mais on la voit souvent pire chez les autres, n'est-ce pas ? ;-}

Écrit par : Laflote | 18/10/2007

Ecrit par : Laflote | jeudi, 18 octobre 2007 11:39

Miroir ô Miroir...tiré d'un conte célèbre.

Écrit par : agathe | 18/10/2007

Miroir ô Miroir...tiré d'un conte célèbre.

Ecrit par : agathe | jeudi, 18 octobre 2007 11:41

... ne me dit pas que je suis la plus laide... (Version moderne !!!).

Écrit par : Laflote | 18/10/2007

Ecrit par : Laflote | jeudi, 18 octobre 2007 11:44

Excellent ;-))))

Écrit par : agathe | 18/10/2007

Ecrit par : Laflote | jeudi, 18 octobre 2007 11:39

Difficile de parler de méchanceté dans l'absolu, comme une tendance enfouie dans la psyché. Les comportements jugés "négatifs' sont relatifs à une échelle d'appréciation culturelle qui se modifie à travers le temps.

Reste peut-être les grands archétypes, le fort qui abuse du faible, en particulier, qui suscitent la crainte, l'horreur parfois (ex : affaire Dutroux) et se transmettent au fil des temps sous une forme déformée/magnifiée (ex: le mythe Dracula tiré de la vie d'un personnage historique, surnommé de son temps "l'empaleur") qui conserve quelque chose de la terreur qu'ils ont pu inspirer de leur vivant. Un bel exemple de "méchant".

Mais le fait est que les "méchants" du siècle précédent sont apparus plutôt sous les traits impersonnels et anonymes d'une organisation bureaucratique ayant planifié et exécuté le meurtre de masse comme on s'occupe de la production d'une entreprise. Ou plus près de nous, les mains des tueurs anonymes du Rwanda, de l'ex-Yougoslavie, avec de temps en temps des noms, des individus particuliers qui surnagent au-dessus de cette mêlée.

Le méchant se pense en termes collectifs et se considèrent à travers des actes dont le caractère routinier, habilement calculé, en dissimule le contenu spécifique pour ceux qui les accomplissent. La banalité du mal, c'est aussi son amoralité.

Écrit par : off | 18/10/2007

Et si, précisément, en grandissant, on était plus sensibles à la séduction parfois vénéneuse des grands méchants loups et des sorcières plutôt qu'à celle de ces nunuches de Blanche-neige et de princes charmants...

Écrit par : Valdo (ayant trouvf&é un ordinateur dans la lointaine Normandie) | 18/10/2007

il nous fait une déprime

"la solitude poisseuse, celle qui oppresse, celle qui naît de la privation de l'écoute, du soutien, du regard de l'autre, celle qui fait oublier le sentiment d'aimer et d'être aimé".

Écrit par : sos | 18/10/2007

Ecrit par : sos | jeudi, 18 octobre 2007 12:02

C'est le conte d'horreur que vit sarko. La grève en plus, c'est le bouquet.

Ecrit par : Valdo | jeudi, 18 octobre 2007 11:58

Il est plus fécond de penser les deux comme faisant partie de la même pièce, plutôt que de les imaginer pouvant être séparés. Du coup, en effet, la tendance est de préférer le mal (sous sa forme de contine) que le bien (toujours forcément fade). Mais cela appauvrit grandement le cadre de la réflexion sur le jeu du bien et du mal.

Écrit par : off-off | 18/10/2007

Ecrit par : off | jeudi, 18 octobre 2007 11:56

La méchanceté de certains de nos actes, dont nous pouvons tous faire preuve, est "soumise" aux circonstances... Mais il arrive que certaines personnes soient prisonnières de ces actes de méchanceté dans lesquels il y a, je n'en doute pas, une forme de plaisir...
Quant à la méchanceté du groupe... Entre ceux qui disent et ceux qui se taisent... :-]

Ecrit par : Valdo (ayant trouvf&é un ordinateur dans la lointaine Normandie) | jeudi, 18 octobre 2007 11:58

Peut-être parce que les "méchants" nous ressemblent bien plus. Un exemple : dans Star Wars, j'ai toujours eu plus d'intérêt pour Dark Vador que cet endive de Luke Skywalker... Néanmoins, sans la présence de ce dernier, Darkinou n'aurait pu mourir repenti :-)

Écrit par : Laflote | 18/10/2007

Ecrit par : off-off | jeudi, 18 octobre 2007 12:08

Je plussoie.

Écrit par : Laflote | 18/10/2007

C'est avant tout une histoire de "miroir", le "bon" et le "mauvais" étant l'illustration de nos côtés clair et obscur. Le gentil rassure, on aime s'y identifier, il évite de se poser des questions, il est pur, donc victime donc non responsable de son destin, le mauvais est strictement l'inverse (et quelle que soit la tragédie, responsable ou pas, aucun des deux n'échappera à son destin... forcément moral).
Je crois que la compréhension, l'intérêt pour le "méchant" nait de l'acceptation qu'on a ou pas de sa propre dimension complexe et de sa responsabilité dans ses actes.

A ce propos, le personnage de "Jésus" ne devient vraiment intéressant et marquant que lorsqu'il doute, se met en colère (cf. "marchands du temple") et assume son statut d'homme parmi les hommes de pécheur parmi les pécheurs.

Écrit par : Mathilde P. | 18/10/2007

Ecrit par : Valdo (ayant trouvf&é un ordinateur dans la lointaine Normandie) | jeudi, 18 octobre 2007 11:58

Exact en ce qui me concerne..le parfum troublant des êtres vénéneux m'a toujours enivré..Et puis le "méchant" ou le mal incarné triomphe parfois et celà n'est pas pour me déplaire cf " Usual suspect"; les films américains qui prévilégient le happy-end me gonfle la plupart du temps; et moi je suis une "méchante"...

Écrit par : Pamela de Barres | 18/10/2007

je finis ma digression anthropo-mystique: il ne deveint même "enseignant" qu'à partir de ce moment, parce qu'atteignable (toute modestie mise à part :p )

Écrit par : Mathilde P. | 18/10/2007

Pas loin de penser comme toi aujourd'hui Laflote. Mais bon, tendance à voir le verre à moitié vide en ce moment, alors qu'il parait qu'il est à moitié plein... (soupir)

Beau billet en tous cas. Du talent. Bonne aprésmidi au NewDEL

Écrit par : Falconhill | 18/10/2007

nous portons tous en nous la possibilité de la méchanceté (du mal?);

savoir la gérer n'est pas toujours facile.

la sorcière peut nous fasciner car nous y voyons, nous y sentons, une part obscure de nous, qu'en tant qu'êtres sociaux, nous ne pouvons exprimer.

l'idéal est de la "sublimer", par l'art, par la création.
ou d'être maître (sse) de ses pulsions, je pense aux philosophies orientales, au bouddhisme.

rien (ou si peu), dans notre type de société, ne nous aide à vivre en accord avec nous même, à être qui nous sommes réellement.

c'est un long chemin qu'il faut trop souvent parcourir seul;

joli texte Laflote, qui soulève plein de questions zintéressantes :-)

Écrit par : céleste | 18/10/2007

Ecrit par : Mathilde P. | jeudi, 18 octobre 2007 12:21

Tu n'as pas oublié quelquechose poulette?

Écrit par : Pamela de Barres | 18/10/2007

vas voir en inde on te raconte pas d histoires
y a des castes

et la tradition judéo-chrétienne ça te dit quelque chose...
gentil - méchant ! quelle dichotomie!

tu connais des écoles de "princes charmants"
----> moi non
tu connais des écoles de sorciers/sorcières - moi oui - je n ai pas le diplome
---> la prison- par exemple


(très féminin comme m......s texte! la vie n est pas un conte!)

Écrit par : le grand mechant loup | 18/10/2007

tu me traites d'allzheimerienne?

Écrit par : Mathilde P. | 18/10/2007

Ecrit par : le grand mechant loup | jeudi, 18 octobre 2007 12:24

c'est bien mal connaître la culture indienne. Va dans n'importe quelle échoppe acheter un bollywood et tu verras combien le manichéisme y est paroxystique.

Écrit par : Mathilde P. | 18/10/2007

Ecrit par : Mathilde P. | jeudi, 18 octobre 2007 12:21

Je suis pour part persuadée du contraire de ce que tu dis... Je n'ai jamais envie d'apprendre de quelqu'un que je ne considère pas comme étant "au-dessus" de moi. Je ne parle pas ici de supériorité en tant que telle. J'ai toujours détesté par exemple les profs-copains car ils tuent l'admiration que peut susciter leur savoir et donc l'envie d'y accéder.

--------------------------------------------------------------
l'idéal est de la "sublimer", par l'art, par la création.
Ecrit par : céleste | jeudi, 18 octobre 2007 12:21

Alors là, vois-tu, c'est l'une des grandes questions qui me hante. L'art n'est-il pas ce qui nous maintient aussi dans les illusions ?

Écrit par : Laflote | 18/10/2007

(très féminin comme m......s texte! la vie n est pas un conte!)

Ecrit par : le grand mechant loup | jeudi, 18 octobre 2007 12:24

Qui a dit que la vie était un conte ?????????

Écrit par : Laflote | 18/10/2007

C est "un Elle spéciale Psychologie" aujourd'hui
les hommes au bistrot
les filles au claviero

Écrit par : le grand mechant loup | 18/10/2007

Ecrit par : le grand mechant loup | jeudi, 18 octobre 2007 12:28

Les quilles à la vanilles
Les gars au chocolat na !

Écrit par : boucle là ! d'or | 18/10/2007

vanille une seule par grand méchant loup !

Écrit par : boucle là ! d'or | 18/10/2007

Ecrit par : boucle là ! d'or | jeudi, 18 octobre 2007 12:30

C'est disette, pas dînette, alors !?

Écrit par : off-off | 18/10/2007

Ecrit par : off-off | jeudi, 18 octobre 2007 12:33

Triste réalité du conte de fée, laideur des justiciers, princes charmant ou des ogres...Fermez vos bouches les pisseuses !

Écrit par : boucle là ! d'or | 18/10/2007

Que pour conserver un équilibre il pourra se rendre au cinéma, seule scène adulte où les bons combattent les méchants et l'emportent finalement après maintes aventures douloureuses dont il sera sorti plus fort - ce qui est finalement la trame du roman d'apprentissage ? Que du coup cette force acquise par procuration, l'adulte qu'il est devenu en aura bien besoin pour se frayer son chemin parmi ses semblables ? Et que, en définitive, cette part d'imaginaire qui va le suivre toute sa vie sous diverses formes, va lui tenir lieu de "gentil" qui va l'accompagner pour faire face aux "méchants", ceux de son environnement et celui/celle qu'il peut être lui/elle-même pour les autres ?

Ecrit par : off | jeudi, 18 octobre 2007 11:32

Le triomphe des "gentils" contre les "méchants" c'est la comtesse de Ségur, les romans pédagogiques ou le mélodrame.
Bien des "romans d'apprentissage" finissent mal, les illusions sont perdues et basta. L'Education sentimentale s'achève sur un constat d'impuissance.

Écrit par : TDB | 18/10/2007

c'est bien mal connaître la culture indienne. Va dans n'importe quelle échoppe acheter un bollywood et tu verras combien le manichéisme y est paroxystique.

Ecrit par : Mathilde P. | jeudi, 18 octobre 2007 12:26

blablablabla! ça veut dire quoi en simple! j ai fait lettres modernes à la fac! pas décryptage d'idées!

agathe - j ai un dictionnaire de rimes!

Écrit par : le grand mechant loup | 18/10/2007

Ecrit par : le grand mechant loup | jeudi, 18 octobre 2007 12:41

Parfait dans ton rôle mon chou!

Écrit par : boucle là ! d'or | 18/10/2007

@laflote
sur cette question, passionante, j'avais lu un texte très intéressant sur le site philosophie et spiritualité;

il est signé Serge Carfatan (en toute honnêteté je ne le connais pas)

ceci est la fin de l'article

(...) "Il y a heureusement des esprits assez perspicaces pour avoir compris que l’art, loin d’être le véhicule de la fuite, pouvait être ce pas de danse qui nous emporte et nous ramène au sein du Réel. Là où nous sommes. Au sein de la Vie, de sa Joie d’être et de ses souffrances, de son éternel jeu avec elle-même et son expérience pathétique."

le texte est un peu long, mais il me semble fournir une bonne analyse de cette question, passant par Nietzsche et Freud (entre autres)

le lien:
http://sergecar.club.fr/cours/art5.htm

Écrit par : céleste | 18/10/2007

Je ne comprends pas, Laflote, qu'on se déprenne des princes et princesses et qu'on persiste à croire aux sorcières et autres monstres. Ou bien on règle son compte à la fantasmagorie une fois pour toutes ou bien on y croit encore en bloc : pas de méchant loup sans chaperon rouge. Pas de prince sans crapaud

Écrit par : TDB | 18/10/2007

mathilde P. c'était une boutade - j'ai compris -

sans déconner çà m'interroge
voir cohabiter ce texte
les commentaires "psycho" le miroir, le gentil, et si nous avait menti..
et en lien : fourest.............
arg, arg, arg!

vous connaissez une école de "prince charmant"? "princesse"?
je m'en étais aperçu dès 6 ans, j avais demandé - on m a répondu y a pas!
tu feras de la musique, putain de solfège....

Écrit par : le grand mechant loup | 18/10/2007

Ecrit par : le grand mechant loup | jeudi, 18 octobre 2007 12:41

Ouvre donc une encyclo et va voir "bollywood" dans wikipedia, et parle moi sur un autre ton! j'ai repris mes majuscules et une niaque de tous les diables!
A part "Fanaa", je connais pas un film bollywoodien (en même temps vu la prodcution...) qui se termine autrement qu'avec le triomphe du Bien, de l'Amour, la mort (rarement la rédemption) du Mauvais...

Écrit par : Maîtresse Capella | 18/10/2007

(je sais bien que c'était une boutade, je boutadais aussi en répondant. Ceci dit, Fanaa -quand on aime ce genre de films évidemment-, c'est vraiment pas mal)

Écrit par : Maîtresse Capella | 18/10/2007

Ecrit par : Maîtresse Capella | jeudi, 18 octobre 2007 12:54

j'aurais même pas de rôle là bas....(soupir......)

Écrit par : Clara Morgane | 18/10/2007

Ecrit par : Maîtresse Capella | jeudi, 18 octobre 2007 12:54

maitresse capella j'écris ce que je veux! et même je t'avais répondu "boutade"


bollywooood - films pourraves ou ils ne savent que chanter l'amour impossible
là c'est du vent car dans leurs vraies vies - les riches ne se marient jamais avec des pauvres! question de castes!!!!!!!!!!!!!!!!!!! donc c'est bien du cinéma!


je cherchais sur wikipédia (je connais Miss capella!) une référence jolie pour illustrer ma phrase ci-dessus - genre faire bien et donner des références sur les castes.toutefois, je me suis arrêté à ceci :

l'effet "polyandrie" en inde


Néanmoins, l'Inde est aujourd'hui confrontée à un phénomène problématique : la baisse du nombre de femmes par rapport au nombre d'hommes, en raison de l'élimination prénatale massive des fœtus féminins. Le ratio dans la population est de l'ordre de 900 femmes pour 1000 hommes. Dans certaines parties de l'Inde, il n'est plus que de 800 femmes pour 1000 hommes. En conséquence, de nombreux hommes vivent aujourd'hui un célibat forcé, en même temps que se développent de vastes trafics de filles à marier et que l'ancienne pratique de la polyandrie tend, dans certains endroits, à renaître [7]


bon je vais aller chercher d'autres mots compliqués, j'ai une manif à 18h!

Écrit par : le grand mechant loup | 18/10/2007

Laflote, je vais laisser à un texte terrible le soin de répondre. Ne pas oublier quand même, si on connaît ce film, La Nuit du Chasseur, qu'à la fin l'ogre perd.

...Rachel méditait au sujet des enfants. On aurait cru que le monde pouvait avoir honte de fixer une date rappelant l’un d’eux et de continuer à vivre comme devant, alors que des enfants courent les routes, des brebis perdues pleurent dans le vent, que s’enivre le berger et qu’il fait ripaille à la taverne sans prêter jamais l’oreille à leur faible lamentation. Le Seigneur préserve les petits enfants ! Car en même temps que tout enfant naît du sein d’une femme se profile un temps où il fuira au travers d’un lieu ombreux, se dessine un chemin sans portes, et se dresse un chasseur dont le bruit de pas sonne clair sur les pavés derrière lui. Pour tout enfant — riche ou pauvre — quels que soient ses privilèges, quelque douillette et sûre que soit sa chambre, il arrive un temps de solitude aux vastes résonances, où nul ne pénètre, nul n’écoute, et les feuilles desséchées qui sont entraînées au hasard de la rue deviennent le bruissement de la Mort de même que le tic tac dans la vieille maison et le son du fusil qu’arme le chasseur. Car même quand les aïeules aiment les tout-petits, en prennent soin et se tourmentent à leur sujet, leur action est faible alors qu’elles cherchent à pénétrer ces yeux graves et blessés qui sont des fenêtres donnant sur cette contrée qu’est une chambre d’enfant frappée de terreur, placée en dehors de tout secours, de tout réconfort. Pour Rachel, la chose la plus terrifiante et la plus émouvante de toutes, c’était la grâce humble avec laquelle ces petits acceptent leur sort. Le Seigneur préserve les petits enfants ! Ils pleurent devant un jouet brisé mais se dressent avec le courage d’un saint devant le meurtre d’une mère et le fait que peut-être ils n’ont jamais eu de père du tout. La mort d’un chaton les envoie pleurer dans le giron de la première femme qui se trouve là, et pourtant quand vient le moment où ils ne sont plus les bienvenus dans une maison, ils rassemblent leurs affaires dans de vieux cartons de papier attachés avec un bout de corde à linge et s’éloignent, cherchant une autre rue, une autre maison, une autre porte. Le Seigneur préserve les petits enfants ! Ils en voient de dures. Le vent souffle et la pluie est froide. Oui, ils en voient de dures.
Et dans l’ombre d’une branche sous la lune, un enfant voit un tigre et l’aïeule dit : « Il n’y a pas de tigre ! Va dormir ! » Et quand ils dorment, ils connaissent le sommeil du tigre, et la nuit du tigre, et sur la vitre à minuit passe le souffle du tigre. Le Seigneur préserve les petits enfants ! Car à chacun d’eux est affecté un Prêcheur qui le poursuit tout au long de la sombre rivière de la peur qui ne sait s’exprimer et n’ouvre sur aucune porte. Chacun d’eux est muet et seul car il n’existe pas de mot pour exprimer la peur d’un enfant et aucune oreille n’est attentive s’il prononce un mot, et nul ne peut le comprendre s’il est entendu. Le Seigneur préserve les petits enfants ! Ils en voient de dures et le supportent.

The Night of the Hunter

Davis Grubbs

Écrit par : DD | 18/10/2007

à lire

babyji - abha dawesar - l'attraction des corps c'est mieux que cette féministe de fourest!

c'est une fille libérée qui n a pas du grand mechant loup! ouh!ouh!





sinon j'attends une réponse - je vais troller çà tout le temps du billet!

vous connaissez une école de "prince charmant"? "princesse"?
je m'en étais aperçu dès 6 ans, j avais demandé - on m a répondu y a pas!
tu feras de la musique, putain de solfège....

Écrit par : le grand mechant loup | 18/10/2007

il arrive parfois (mais rarement) qu'au milieu d'un monceau de conneries Chevènement dise quelque chose d'intelligent

http://www.20minutes.fr/article/188723/Monde-Un-veritable-coup-d-Etat.php

sera-t-il relayé?
hollande va-t-il enfin se sortir les doigts du cul?
Fabius va-t-il arrêter de bouder et s'intéresser à ce qui se passe dans ce pays?
les communistes vont ils attendre d'avoir terminé les merguez restant de la fête de l'huma pour réagir?

Écrit par : michel | 18/10/2007

Ecrit par : DD | jeudi, 18 octobre 2007 13:10

Admirable ce texte. Merci.

Écrit par : boucle là ! d'or | 18/10/2007

Ecrit par : michel | jeudi, 18 octobre 2007 13:15

Et le billet du jour?

Ecrit par : boucle là ! d'or | jeudi, 18 octobre 2007 13:18
+ 1 et le film .....

Écrit par : Clara Morgane | 18/10/2007

En réponse à l'humoriste adepte de la méthode Coué Patrice Joyeux, dans les commentaires du billet précédent :

"Les cheminots de la SNCF sont 73,5% a faire grève, ce jeudi, à 11 heures. Une mobilisation très importante puisque pendant les grèves de 1995, au plus fort du conflit, ils étaient "seulement" 67%."

Écrit par : adrien (de rien ?) | 18/10/2007

vous connaissez une école de "prince charmant"? "princesse"?
je m'en étais aperçu dès 6 ans, j avais demandé - on m a répondu y a pas!
tu feras de la musique, putain de solfège....

Ecrit par : le grand mechant loup | jeudi, 18 octobre 2007 13:14

En tout cas il existe un guide :

http://a526.g.akamai.net/7/526/14067/v1/img.priceminister.com/photo/381602646_L.jpg

Écrit par : nif-nif | 18/10/2007

Ecrit par : adrien (de rien ?) | jeudi, 18 octobre 2007 13:23

Tu abîmes le rêve de Pat Joy à croire aux contes de fées dont la grenouille est devenue le "prince charmant" et est venu le sortir du sommeil au matin du 6 mai.

Écrit par : boucle là ! d'or | 18/10/2007

La vie n'est pas un conte, mais le monde est un théâtre

Écrit par : Will Shakespeare | 18/10/2007

Ecrit par : boucle là ! d'or | jeudi, 18 octobre 2007 13:26

Le joyeux drille voulait sans doute faire allusion à ça, l'éternelle différence Paris/province :

Les transports publics de province peu perturbés jeudi à la mi-journée
[18/10/2007 13:04]

PARIS (AP) -- Alors que les Franciliens connaissaient de grosses difficultés pour se déplacer, les réseaux de transports publics de province connaissaient jeudi à la mi-journée «très peu de perturbations», selon l'Union des transports publics et ferroviaires (UTP, patronat des transports urbains de province).
(...)
Au total, 121 réseaux fonctionnaient normalement, selon l'UTP qui «rappelle que les salariés des transports urbains de province sont soumis au régime général des retraites, et donc non concernés par la question de la réforme des régimes spéciaux». AP

Écrit par : off-off | 18/10/2007

Ecrit par : off-off | jeudi, 18 octobre 2007 13:33

Les bolcheviks (raccourci décomplexé) ne sont donc pas si nombreux ;-)

Écrit par : boucle là ! d'or | 18/10/2007

En fait je crois que nous vivons d'un compromis entre rêve et réalité, dans une sorte de demi-jour. Adultes nous ne cessons pas d'être des enfants. Ce n'est pas toujours facile de faire avec cette fragilité. L'art est peut-être la meilleure façon d'en faire autre chose que de l'infantilisme.

Écrit par : TDB | 18/10/2007

vous connaissez une école de "prince charmant"? "princesse"?
je m'en étais aperçu dès 6 ans, j avais demandé - on m a répondu y a pas!
tu feras de la musique, putain de solfège....

Ecrit par : le grand mechant loup | jeudi, 18 octobre 2007 13:14

En tout cas il existe un guide :

http://a526.g.akamai.net/7/526/14067/v1/img.priceminister.com/photo/381602646_L.jpg

Ecrit par : nif-nif | jeudi, 18 octobre 2007 13:25

merci
!!!! çà doit être rigolo!
j aime pas les écoles par correspondance
je veux des maitresses pour de vraies des écoles! OUH Y EN A !

Écrit par : le grand mechant loup | 18/10/2007

« +1 et le film », c’est vrai. Si je n’avais eu qu’un film à voit dans ma vie, et heureusement que non, ç’aurait été celui-là. Beauté, unicité, magie, et épouvante.

Il se trouve qu’il est d’une grande actualité, avec la mode trouble du culte de la victime. Dans l’histoire, les Spoon, deux épiciers (cons et bigots - qui a dit pléonasme - cons au pont d’avoir poussé la mère de John et Pearl dans les bras du faux prêcheur qui va la tuer), au procès du tueur, fondent sur les enfants-victimes de toute leur pitié gluante, les traitant de « pauvre petits agneaux* de Jésus ! ». Enfants qui sont immédiatement tirés du sale bénitier par Mme Cooper, celle qui les a recueillis, lavés (fessé le garçon qui refusait), qui les aide à se reconstruire. Et sans jamais rien leur demander.

* Dans la Bible, l'agneau est le petit animal qu'on offre en sacrifice.

Écrit par : DD | 18/10/2007

Bon, l'Elysée vient d'annoncer la séparation des sarko.

Mais sur le site du Monde, il y a plus important, tel ce curieux article :


La régularisation de travailleurs sans-papiers bientôt facilitée

Un amendement à la loi Hortefeux pourrait concerner des dizaines de milliers d'illégaux. La loi permettra au cas par cas aux travailleurs illégaux de déposer une demande de titre de séjour.

Écrit par : inf-off | 18/10/2007

Mais toutes ces histoires, laflotte, sont faites pour contenir la violence qui gronde et ne demande qu'a exploser a la gueule de son prochain, à l'interieur de nos tetes blondes. Laisse des gosses livrés a eux meme et tu te rendras compte de l'agressivité qu'ils ont a l'egard de leur petit congénere, regle qui se confirme tout au lon de leur évolution (tué le pere, la revolte adolescente, la fugue, le pseudo sentiment de révolution et puis finalement la soumission ou le désoeuvrement total). Les gosses sont des monstres en puissance, la face pure du loup dans l'homme. Les contes ne sont qu'un anesthésiant inutile et foireux. amen

Écrit par : Neodellandais | 18/10/2007

Qu'est-ce qu'on s'en fout de ces histoires de couple ? Comme par hasard ça sort le jour d'une vaste protestation sociale contre la politique de casse de Sarkozy !

Il faut maintenant que le gouvernement réponde aux problèmes sociaux qui se posent, il faut qu'il change de politique.

On ne peut pas durablement et sainement gouverner contre la société.

Écrit par : Actu Politique | 18/10/2007

actu politique

mais par rapport au billet qui renvoie aux valeurs à l'éducation
que dire! sarkozy est un menteur, un misérable metteur en scène....
l'image du couple recomposé qui est en fait une famille décomposée...............
et la france ne mérite pas ce guignol!

Écrit par : le grand mechant loup | 18/10/2007

Ecrit par : Neodellandais | jeudi, 18 octobre 2007 13:58

Avez-vous lu Lord of the flies de W. Golding ?

Écrit par : tête de truie | 18/10/2007

Ecrit par : Actu Politique | jeudi, 18 octobre 2007 14:09

53% des gens ont vote en toute connaissance de cause pour cette politique, n'en deplaise aux syndicats bolcheviques.

Écrit par : Pat Joy | 18/10/2007

Ecrit par : céleste | jeudi, 18 octobre 2007 12:50

C'est superbement dit, mais je garde tout de même un petit bout de doute accroché à ma cervelle :-]

-----------------------------------
En fait je crois que nous vivons d'un compromis entre rêve et réalité, dans une sorte de demi-jour. Adultes nous ne cessons pas d'être des enfants. Ce n'est pas toujours facile de faire avec cette fragilité. L'art est peut-être la meilleure façon d'en faire autre chose que de l'infantilisme.

Ecrit par : TDB | jeudi, 18 octobre 2007 13:38

J'aime bien envisager l'art sous cet angle-là :-)

@ Quelques uns : Ce billet ne porte pas seulement sur les contes fées et leur utilité (ou non)... Lire entre les lignes...

Écrit par : Laflote | 18/10/2007

Ecrit par : le grand mechant loup | jeudi, 18 octobre 2007 14:26

Ce n'est pas non plus seulement aux vertus de l'éducation auxquelles je pensais en écrivant ce texte...

Écrit par : Laflote | 18/10/2007

Ecrit par : adrien (de rien ?) | jeudi, 18 octobre 2007 13:23

Chiffres manipules par les medias bolcheviques aux ordres de Moscou et de Caracas. Tout ca rappelle les methodes des socialo-communistes avec les bourrages d'urnes!

Écrit par : Pat Joy | 18/10/2007

Un flop retentissant!!! (n'en deplaise aux socialo-communistes)

Publié le 18 octobre 2007 à 14h08
7% de grévistes dans la fonction publique

Le mouvement de grève aujourd'hui contre la réforme des régimes de retraite spéciaux a été suivi par 7% des agents de la fonction publique d'Etat en moyenne, y compris l'éducation, a annoncé le ministère de la Fonction publique.

Hors éducation, le taux de grévistes est évalué à 5%, selon la même source.
En février 2007, dernière grève dans la fonction publique, le taux de grévistes s'élevait à 20%, d'après le ministère. Il avait atteint 56,08% en 2003, lors des mouvements de protestation contre la réforme alignant le régime de retraite des fonctionnaires sur celui des salariés du privé.
(Avec AFP).

Écrit par : Pat Joy | 18/10/2007

vous connaissez une école de "prince charmant"? "princesse"?
je m'en étais aperçu dès 6 ans, j avais demandé - on m a répondu y a pas!
tu feras de la musique, putain de solfège....

Ecrit par : le grand mechant loup | jeudi, 18 octobre 2007 13:14


laflote - c'est ma lecture! à compléter avec les autres commentaires!
je sais de quoi tu parles, tu l'as évoqué ici déjà :
histoire professionnelle... entre autres.......


sinon je déteste les dessins animés, les contes, les histoires populaires exceptés pour le plaisir des enfants et des anciens! je connais plein d'auteurs pour enfants - ce sont des génies! très dur d'être simple!

on passe souvent des idées par des héros et heroines! ET SURTOUT anthropomorphisme
le grand méchant en est témoin!

Écrit par : le grand mechant loup | 18/10/2007

je sais de quoi tu parles, tu l'as évoqué ici déjà :
histoire professionnelle... entre autres.......
Ecrit par : le grand mechant loup | jeudi, 18 octobre 2007 14:46

Je ne pensais pas une seule seconde à cela...
Ma vie entière et mes préoccupations ne tournent pas autour de quelques cons. Grand dieu, lâchez-moi avec cette histoire :-}

Écrit par : Laflote | 18/10/2007

Le texte qui est sorti de moi hier soir tard (ceci explique peut-être cela !) porte aussi sur notre capacité à CROIRE et sur quelques questions qui en découlent :
En quoi croyons-nous ?
Devons-nous croire en tout, tout le temps ?
Comment vivre avec ou se débarrasser de certaines croyances ?

Enfin, bon, démmerdez-vous hein ! :-)))))))

Écrit par : Laflote | 18/10/2007

Et, bien évidemment, ces questions sont valables en POLITIQUE ;-D

Écrit par : Laflote | 18/10/2007

Ben en tout cas, Pat Joy, il y croit.
Moi je vais vraiment finir par croire à la méthode Coué.
Vraiment.

Écrit par : adrien (de rien ?) | 18/10/2007

Je ne suis pas sur que les contes de notre enfance, n'étaient déjà les bons comptes de marchants culturels. Et dans chaque histoire des méchants, voir que des méchants. Ainsi "La petite fille aux allumettes" "Le petit Poucet" restent très contemporains.

Écrit par : martingrall | 18/10/2007

je suis une icomprise (et/ou une incompréhensible). Ah ah ah ah ah :-D

Écrit par : Laflote | 18/10/2007

Ecrit par : Laflote | jeudi, 18 octobre 2007 15:08

Le bon dieu nous a doté du langage pour mieux nous voir échouer à obtenir à travers lui ce à quoi il devrait servir.

Et c'est ainsi que discorde (tu dis des conneries !!!) a pris le pas sur concorde (j'ai compris grâce à toi !!!)

Le grand méchant loup, c'est d'abord lui, le langage : un épouvantable et incontrôlable Gremlin ! à fiche une de ces pagailles partout où il passe. La zizanie et pas seulement dans le métro (oui, c'est facile).

Kess tadi ?

Écrit par : off | 18/10/2007

vous connaissez une école de "prince charmant"? "princesse"?
je m'en étais aperçu dès 6 ans, j avais demandé - on m a répondu y a pas!
tu feras de la musique, putain de solfège....

Ecrit par : le grand mechant loup | jeudi, 18 octobre 2007 13:14


ben question d education
on a répondu à ma question
donc je n y crois pas


no développement personnel pour moi!
no parabole for me! trop d'images tue l'image!
je suis un mechant loup! anthropomorphisme quand tu nous tiens!

(c'est bien de "billeter" quand même!)

Écrit par : le grand mechant loup | 18/10/2007

Ecrit par : le grand mechant loup | jeudi, 18 octobre 2007 14:46

j'aime bien ce que vous écrivez; je vais tirer la chevillette, la bobinette cherra et tu rentreras;-)))

Écrit par : le petit Chaperon Rouge | 18/10/2007

Ecrit par : off | jeudi, 18 octobre 2007 15:15

Plus j'écris, plus je lis, plus je me dis que putain, c'est pas simple de se faire comprendre... Entre autre parce que l'Autre ne fait pas toujours les efforts nécessaires pour que ce que j'exprime (souvent mal) soit COMPRIS... :-)

Écrit par : Laflote | 18/10/2007

Des nouvelles d'Andy Verol le poète cannibale maudit, qui assaisonne ses victimes avec de la luzerne, et a été arrêté par la police mexicaine
(c'est pour rire)

Écrit par : Viva Mexico ! | 18/10/2007

Ecrit par : Laflote | jeudi, 18 octobre 2007 15:26

Oui, c'est un peu la maladie de l'heure : on lit comme si on allait prendre un train. On parcourt plus qu'on ne cherche vraiment à saisir le sens d'un texte. Et on se met à commenter avant d'être fini. En somme on coupe la parole au texte. Et cela donne des retours ô combien curieux !

A croire que la lecture est un art et une éthique, à force de se faire si rare au fond.

Écrit par : off | 18/10/2007

Ecrit par : off | jeudi, 18 octobre 2007 15:30

C'est exactement la raison pour laquelle je commente assez peu sérieusement les billets du DEL (qui sont quand même sérieux la plupart du temps !)... Je ne sais pas coller un avis hop tout de go sur des idées qui n'ont pas eu le temps de mûrir... Dire des conneries, c'est plus spontanné pour moi ;-D

Écrit par : Laflote | 18/10/2007

non tete de truie, jen'ai pas lu Lord of the flies de W. Golding , mais je note, je note. merci du conseil avisé.

Écrit par : Neodellandais | 18/10/2007

Ecrit par : off | jeudi, 18 octobre 2007 15:30

Réponse rapide et de circonstance, je vous ai lu lentement ce paragraphe et d'autres, je partage tout à fait (j'ai pris le temps de relire), ce dernier commentaire, c'est très bien vu. Un billet, donnez nous un billet.

Écrit par : boucle là ! d'or | 18/10/2007

Ecrit par : Laflote | jeudi, 18 octobre 2007 15:34

Vous le faites avec tellement de talent qu'il n'en apparaît pas ainsi ;))) Trève de plaisanterie, ce sont, comme toujours du reste, des propos sincères.

Écrit par : off-off | 18/10/2007

"""sinon je déteste les dessins animés, les contes, les histoires populaires exceptés pour le plaisir des enfants et des anciens! je connais plein d'auteurs pour enfants - ce sont des génies! très dur d'être simple!"""
"""vous connaissez une école de "prince charmant"? "princesse"?
je m'en étais aperçu dès 6 ans, j avais demandé - on m a répondu y a pas!"""Ecrit par : le grand mechant loup


Controverse sur l’existence du Prince Charmant...


Il était une fois, une grand-mère qui parlait à ses petites filles, réunies autour d’elle...

Faut-il le dire aux petites filles ? Le Prince Charmant n’est qu’une hypothèse. Son existence n’est attestée par aucun scientifique digne de ce nom, ni aucun témoin crédible. J’ai dit crédible, Charlotte ! Le témoignage de la Belle au Bois Dormant, c’est un peu léger, non ? Elle l’a vu, elle l’a vu ... Faut voir ! Peut-être qu’après une sieste de cent ans, elle n’était pas bien réveillée... Allez savoir ! Et si elle s’était trompée ? Elle a peut-être cru voir le Prince Charmant, et ensuite, elle est allée raconter ça à tout le monde ! Vous imaginez la scène, lorsqu’elle s’est levée d’un bond et a couru partout en hurlant : Je l’ai vu ! Il est venu ! C’est le Prince Charmant ! Il m’a embrassée ! On va se marier et on aura plein d’enfants ! Nananère ! Et qu’ont fait les autres, à votre avis, devant cette folle échevelée, dans sa robe poussiéreuse et froissée ? Ils ont applaudi, trop polis ou trop veules pour dire le fond de leur pensée. Le Prince Charmant, on n’est pas sûr, vous savez... Oui, c’est à toi que je parle, Manon. A toi, à tes copines Lolita et Samia. Et à toi aussi, Charlotte ! De quelle couleur tu la veux, ta panoplie de princesse ? Rose ? C’est original, ça...

Le Prince Charmant n’existe pas. En tous cas, il n’habite pas le quartier. Assise sur le banc du square, Christine regarde passer les hommes. Ce sont des pères, des grands-pères, des oncles ou des frères. Pas l’ombre d’un Prince Charmant. Peut-être qu’elle ne regarde pas comme il faut ? Elle pose sa poupée sur le banc et se force à les dévisager. Là, c’est Pierrot qui rentre du chantier. Il a de la peinture dans ses cheveux gris et de la fatigue dans ses yeux. La fatigue, Pierrot la traîne du lundi au dimanche. Elle l’a rendu triste et presque laid. Pourtant, à vingt ans, Pierrot avait tout du Prince Charmant. Christine le sait car elle a vu la photo de son mariage avec le costume sombre, la mèche brillante sur son front et la petite moustache à la Clark Gable. A son bras, une fille jolie comme un cœur, avec des fleurs et un voile de mousseline dans les cheveux. C’est sûr qu’on ne reconnaît pas bien Bernadette, sur la photo. C’était il y a trente ans. Depuis Clark Gable s’est fait la tête de Jacques Balutin. Ca lui va moins bien... Tiens, ça, c’est le père d’Emilio. Ni prince, ni charmant, quand il rentre ivre mort et qu’il vomit sur le paillasson. Emilio tremble dès qu’il le voit s’approcher. L’habitude des taloches... Là, c’est Rachid et Georges. Ces deux là ne prient pas le même dieu, mais, question filles, ils pratiquent la même religion. Celle des caves poisseuses, des gamines brutalisées, menacées, bafouées, humiliées. Leur hypocrisie de mâles mal éduqués s’accommode formidablement bien des paradoxes, lorsqu’ils salissent avec hargne celles dont ils implorent la pureté. Le voile, ils l’ont devant les yeux. Il les empêche de voir que le monde a changé et qu’un jour ou l’autre, ces filles là leur exploseront à la gueule. Certaines relèvent déjà le nez, se battent pour exister... Et les autres ? Qu’est-ce qu’elles attendent, les autres filles, tellement écrasées qu’elles n’imaginent même pas être sujets de leurs vies ? Peut-être qu’il faudrait leur dire, pour le Prince Charmant ? Qu’un Prince Charmant, ça n’engrosse pas les filles, à la va-vite, dans un garage à vélo pour mieux les répudier après. Qu’un Prince qui n’a pas le courage d’entrer dans une pharmacie pour acheter une boite de 6 et qui n’est pas fichu d’enfiler correctement un préservatif, ne vaut peut-être pas la peine qu’on s’y attarde trop. Ce Prince là, il y a fort à parier qu’il ne se lèvera pas, la nuit, quand ses mômes auront de la fièvre. Il ne se lèvera pas pour débarrasser la table, ni pour aller chercher lui-même sa bière pendant le match, ni pour aider un pote. Encore moins pour aller voter. Un jour ou l’autre, il ne se lèvera même pas pour aller bosser. Un type assis qui n’a pas été informé de la fin de la domesticité... Ca intéresse quelqu’un, un Prince Charmant vautré sur son canapé ? Il faut croire... S’il n’existait pas des générations de petites princesses conditionnées à tout accepter, l’espèce finirait bien par disparaître ! Il suffirait que les filles boycottent le produit et, instinct de survie oblige, les Princes seraient contraints d’évoluer pour se reproduire... Ils finiraient par apprendre à leurs mômes l’usage des mots et du latex ! Encore un petit effort, Prince Charmant : Tout est écrit sur la notice, il y a même des dessins. Rien ne t’empêche de t’entraîner avant le jour J. Ca manque de romantisme mais une hépatite, le SIDA ou un gosse à 17 ans, ça te fait rêver, toi ? C’est un petit bout de caoutchouc, le préservatif mais ça peut se révéler un test bien utile pour savoir à qui on a affaire...

Le Prince Charmant n’existe pas. Ou bien, il a raté son bus ! Ou alors, il a été retenu dans une autre histoire, enfin, quoiqu’il en soit, il n’est pas encore arrivé. Christine l’attend. Elle a rendez-vous à 19H00, c’est un peu tard pour le Prince Charmant mais il a foot le mercredi. Le Prince Charmant joue avant-centre. Christine l’attend, à l’arrêt de son bus. Elle se repasse, pour patienter, leurs derniers baisers. Celui de la cage d’escalier de la tour B (pas mal...), celui du palier du 2ème étage, quand la minuterie s’est éteinte... Celui... Le bus arrive mais pas de prince. Tant pis, elle attend le suivant. Le suivant... Le suivant... Il fait nuit. Elle consulte sa messagerie, des fois qu’il aurait l’idée de la prévenir. Rien. Christine remonte la glissière de son blouson et se décide à rentrer. En passant près du square, trois types assis sur un banc la sifflent et lui proposent de se livrer, avec eux, à des jeux qui ne la tentent pas... Comme elle ne répond pas, il la traitent de salope et crachent leur bêtise sans retenue. Christine presse le pas, la peur la traverse de part en part. Les trois types s’excitent, s’égosillent, se débraguettent, la poursuivent pour rire. Ils sont en bande, ils se sentent forts et ils sentent fort : des hommes, des vrais ! Ils ne prennent même pas la peine de faire croire à un quelconque sentiment et n’ont pas fini de s’étonner de ce qu’un vagin a une bouche pour dire non et des jambes pour courir ! Car Christine court, le ventre noué, le cœur en bataille. La trouille. Les types hurlent, lui jettent quelques pierres, une petite lapidation de rien du tout ! Ils la poursuivent en rigolant, jusqu’à ce qu’un bus s’arrête à sa hauteur. Elle grimpe, essoufflée. La conductrice lui adresse un de ces regards qu’on n’oublie pas avant de refermer la porte au nez de ses agresseurs. Christine éclate en sanglots, elle tremble de colère et d’effroi. Il lui semble qu’elle ne retrouvera jamais son souffle. Les trois types tambourinent contre la porte du bus qui redémarre, hurlent leur haine à celle qui a cru possible de leur résister. Décidément, il y a des Princes Charmants qui se perdent...

Le Prince Charmant n’existe pas, ou bien c’est un alibi pour tous les autres. Une entourloupe pour faire tenir les filles tranquilles pendant que le loup les dévore. Christine fait la queue au Bureau des Entrées, sa carte de sécu à la main. Elle est seule. Quand elle a annoncé au Prince Charmant qu’elle avait du retard, il s’est moqué d’elle ! Puis, il l’a traitée de garce ! Elle l’avait trompé, c’est sûr !
Le gosse peut pas être de moi, criait-il furieux, on l’a fait qu’une fois !!! Parce qu’en plus, il est crétin, le Prince Charmant. Il a des millions de spermatozoïdes en pleine force de l’âge, tapis dans chaque goutte de son sperme et il croit quoi : que la première fois, ils vont se contenter d’une répétition générale ?
Y a un ovule, là, chef !
Oui mais on ne rentre pas, mon vieux. C’est que la répét ! On règle l’éclairage et, en plus, on n’a pas les costumes !
Ah ! Bon. Si vous le dites, Chef. Repli Général ! On retourne d’où on vient !!! Christine a le ticket 212. Encore 6 personnes, devant elle. Elle voudrait bien s’asseoir mais il ne reste pas une chaise libre. Elle a mal au ventre. C’est l’appréhension, sûrement. Plus que 5 personnes. Une dame, très enceinte, la frôle, s’avance vers le guichet. Christine détourne le regard. Elle a envie de pleurer. Elle songe au Prince Charmant qui lui a dit de se débrouiller. Les I.V.G., c’est des trucs de gonzesse ! En plus, c’est pas de sa faute à lui, quoi, elle aurait pu faire attention ! Et quand elle lui a demandé de l’accompagner, il lui a rappelé qu’il avait entraînement de foot. Ca c’est indiscutable. Bon Prince, il lui a filé deux tickets de bus : un pour l’aller et l’autre pour le retour. Au prix où est le bus, elle n’a pas à se plaindre ! Numéro 210. L’angoisse de Christine la vrille et elle frissonne malgré la chaleur de la salle d’attente. Plus que deux personnes et elle enregistre son entrée. Elle est presque à douze semaines. Le temps de comprendre ce qui lui arrivait, de savoir où s’adresser et d’obtenir les rendez-vous, tout s’est passé si vite... Au centre, on lui a expliqué : les formalités, le déroulement de l’intervention, comme ils disent, et qu’elle devra surveiller sa température pendant plusieurs jours, signaler toute hémorragie et prendre les comprimés qu’on lui a remis pour réparer la muqueuse de son utérus. Elle sait tout et rien de tout cela n’a de sens pour elle.
NUMERO 212 ! clame une voix sonore, derrière le guichet. Christine s’avance, les jambes molles, tend le papier qu’on lui a donné. Elle a honte, soudain, comme si la foule, qui se presse autour d’elle en attendant son tour, savait ce qu’elle va faire. Pourtant, la psychologue qu’elle a rencontrée dans son parcours d’I.V.G. l’a mise en garde contre cette culpabilité qui, lui a-t-elle expliqué, ne lui serait d’aucune utilité.
Ne perdez pas votre énergie à regretter votre geste, lui a-t-elle dit doucement, en lui serrant la main. Au contraire, usez-la pour vous battre afin que cela ne vous arrive plus jamais. Vous pouvez choisir d’être responsable de votre vie et de votre fécondité. Ne laissez jamais personne décider à votre place ! Christine sursaute, la dame derrière son guichet s’agite, lui parle et elle n’a rien entendu. Au hasard, elle tend sa carte de sécu.
YVETTE ! beugle soudain l’employée en se levant de son siège pour interpeller sa collègue de l’autre guichet. C’EST QUEL CODE, POUR LES I.V.G. ? Je l’ai pas sur mon écran. Christine blêmit. Cette fois, c’est sûr, tous les regards sont braqués sur elle. L’employée se rassoit, comme si de rien n’était, comme si elle ne venait pas de transgresser le secret médical auquel elle est assujettie. Elle a trouvé le code informatique qui résume en trois chiffres ce que Christine va vivre et porter seule : L’angoisse, la douleur, le désarroi et la honte. Comme si elle ne guettait que ce signal, une dame se lève, près de la porte. Une dame bien mise qui semblait attendre son tour. Erreur, elle attendait sa proie. Christine le découvre lorsque la dame l’accoste, sourire de madone et poigne chaude sur son bras. L’employée, derrière son guichet, les regarde, complice. Christine baisse les yeux sur ses mains où la vierge éthérée, en bleu marine et foulard beaux quartiers, a glissé une petite brochure. Cette brochure parle de l’I.V.G. Elle est illustrée d’un mini cercueil orné d’une photo de fœtus. Christine défaille, les mots lui sautent au visage. Génocide ! Sauver l’enfant à naître ! La dame lui serre le bras et l’entraîne au dehors. Christine sent son souffle ardent tandis qu’elle lui parle, d’un ton doucereux et autoritaire, de crime contre l’humanité et de la lutte des esprits du bien contre le mal.
Ici, martèle-t-elle en traversant la cour de l’hôpital, on tue des bébés. De pauvres êtres innocents... Christine tente de se soustraire à sa poigne, cette femme lui fait peur, comme lui fait peur la dizaine de personnes rassemblées devant la porte du centre d’orthogénie où elle a rendez-vous. A leur approche, ils entonnent des cantiques. Christine, la vue brouillée et le corps en débâcle, perçoit des regards incisifs, des lèvres menaçantes. La dame n’a pas lâché son bras et la couvre d’un flot de paroles qu’elle voudrait ignorer.
Laissez-moi... supplie Christine, d’une voix rauque qu’elle ne reconnaît pas.
Pas question ! répond l’autre qui continue de lui jeter à la figure des mots meurtriers. Le vigile de l’hôpital les observe sans intervenir. Les visages valsent, autour de Christine. Visages inquiétants, yeux hallucinés, croix, cardigans, cheveux sages, soutane et col romain. Elle en a le tournis. Elle essaye, une fois encore, d’arracher son bras aux griffes qui l’enserrent...
Je... J’ai rendez-vous, balbutie-elle, laissez-moi... A sa grande surprise, l’autre lui libère le bras. Au bord du malaise, elle s’avance vers le petit groupe qui fait front et se resserre pour l’empêcher d’entrer. A présent, ils sont immobiles et silencieux, une muraille immuable contre laquelle elle s’acharne en vain.
Laissez-moi passer ! supplie-t-elle en tentant de capter les regards qui s’échappent et la traversent. Je ne peux pas garder ce bébé... Ils sont figés, leurs yeux ne cillent pas. Derrière eux, la porte s’ouvre, une infirmière apparaît sur le seuil.
Laissez-la entrer ! intime-t-elle en les repoussant. Vous n’avez pas le droit d’empêcher la circulation des patients. Personne ne fléchit. L’infirmière insiste, menace d’appeler les forces de l’ordre.
Je ne reçois d’ordre que de Dieu, répond le col romain d’une voix grave. L’infirmière, impuissante, part téléphoner. Christine a envie de vomir. Son ventre est de pierre et les mots tambourinent sur son crâne comme les trois salauds contre la porte du bus. Quels qu’ils soient, il y a toujours des gens pour penser qu’ils ont pouvoir sur l’autre, sur le corps de l’autre, surtout si cet autre est une femme ! Ils n’ont pas tous le même visage, mais ils ont été façonnés avec les mêmes mots, les mêmes idées patiemment dupliquées, instillées, avec douceur ou brutalité, par-delà les générations. Sans doute sont-ils victimes, eux-mêmes, de la manipulation de ceux qui veulent tenir le monde dans leurs paumes... Imposer la prétendue loi de Dieu à la place de celle des hommes... Régner par la violence ou la terreur... Asservir l’humain à leur profit...

Christine est à cent lieues de ces considérations. Elle a quitté brusquement l’hôpital en se tenant le ventre, submergée par la nausée et la détresse.
Qu’est-ce qui va se passer, Samia ? C’est ça que tu veux savoir ? A ton avis ? Ca finit comment, les contes, rappelle-toi...

Le Prince Charmant n’existe pas. Ou alors, il n’est pas en vente libre. D’ailleurs, c’est écrit sur le paquet : L’abus de Prince Charmant nuit gravement à la santé. Christine en sait quelque chose, qui traîne son ventre au rayon layette du centre commercial. Après sa rencontre chaleureuse avec le commando anti-I.V.G., elle n’a plus remis les pieds à l’hôpital. Mais elle entend leurs cantiques fourbes jusque dans ses rêves. Elle a gardé le bébé, affronté ses parents. Mieux : Les deux familles se sont entendues pour unir leurs rejetons, ajoutant au malheur de ce bébé indésirable, le malheur d’un couple sans avenir. L’honneur des lignées est sauf, qu’importe si c’est au prix du ravage de trois vies. Christine est résignée. Le malheur gigote dans ses entrailles qui ne sont nullement bénies. Si c’est un gars, on l’appellera Domination, si c’est une fille : Renonciation.

Le prince Charmant, c’est l’opium des gamines à qui personne n’a appris qu’elles devaient d’abord compter sur elles-mêmes. Se construire un avenir avant de le partager avec un autre. Connaître leur corps avant d’y laisser entrer n’importe qui. Faire quelque chose de leur vie avant d’en faire une autre. C’est un piège pour les garçons, aussi, figés dans des rôles, des stéréotypes qui leur vont, parfois, comme un pull-over à une girafe.

Le Prince Charmant, c’est comme le trou dans la couche d’ozone, ça concerne tout le monde et tout le monde agit comme si c’était la faute de l’autre. Christine espère que son Prince changera, qu’il finira par mûrir...
Qu’est-ce que tu en penses, toi, Lolita ?
Peut-être, si elle demande à sa marraine, la fée, de l’aider...
Mes petites filles, il est temps que quelqu’un vous le dise : Les Princes se transforment plus volontiers en crapauds que le contraire.

Le Prince Charmant n’existe pas. En tous les cas, il ne traîne pas devant l’évier. Le Prince Charmant est soluble dans l’eau de vaisselle, c’est un fait constaté dans bien des foyers. Le Prince Charmant taille petit, question partage des tâches. Si j’osais, je dirais que les taches se répartissent de la façon suivante : Il les fait, elle les essuie. J’entends tout de suite les protestations de celles qui ne se livrent pas à leur colère :
Tu exagères, moi, mon Prince Charmant, il m’aide, à la maison ! Qu’est-ce que je disais ! Voilà les résignées de service qui se croient responsables en chef de la serpillière et parviennent à se réjouir d’être aidées, là où le seul mot acceptable est partage équitable. Il y a des leçons de génétique à réviser : sur quel chromosome, exactement, se situe le gène de l’aspirateur et de la balayette des chiottes ? Quelle anomalie génétique peut bien justifier qu’une moitié de la planète asservisse l’autre avec une bonne conscience émouvante de naïveté ? Et qu’est ce qui pousse près de deux milliards de petits chaperons rouges à se jeter dans la gueule du loup et à accepter sans sourciller que la grand-mère ait de grandes oreilles et un poil dans la main, question tâches ménagères ? J’entends déjà les inconditionnels du conditionnement hurler au loup, (sans blague !) et dire que Christine est libre, si elle le veut, de refaire sa vie ailleurs... Oui, c’est vrai, elle est libre. Elle peut prendre les trois gosses, un bout de valise et son livret de Caisse d’Epargne et demander un logement H.L.M. dans la ville d’à côté. Elle peut. Elle pourrait... Il suffirait de ressortir les onze C.C.B. qu’elle cache dans sa boite de couture, là où jamais son Pince Charmant, son Tape Crûment, son Cogne Méchamment n’aurait l’idée de les chercher. Il suffirait qu’elle porte plainte... Christine pose son torchon pour aller gronder son petit Prince de 9 ans qui joue à frapper ses sœurs avec le balai, pour qu’elles lui donnent leurs bonbons. Ces gosses, quelle imagination ! On se demande où ils vont chercher tout ça ...

Le Prince Charmant est un lâcheur. Inutile de compter sur lui pour vieillir ensemble. Vieillir, ça le répugne. Sincèrement, vous en avez lu beaucoup, des histoires de Prince Charmant à cheveux blancs ? Non, le Prince Charmant, vieillir, c’est pas son truc ! Du coup, il échappe ! A 45 ans, il trouve soudain du charme aux joues fraîches des soubrettes. Christine ne dit rien. Ca lui fait des vacances. Quand la minette en a assez du vieux barbon, elle le réexpédie, direction le Château Enchanté. Christine lui ouvre sa porte, histoire de ne pas finir seule. Quoique cela ne changerait pas grand-chose, après tout... Les gosses sont partis. L’aîné est en Centre Educatif où il apprend qu’on doit demander avant de se servir. Oui ! Même pour se faire une fille et même si ça presse ! Les gamines sont fiancées, à des petits princes sans ambition. La cadette attend son deuxième pour l’été. Le temps glisse sur leurs vies...

A 65 ans, le prince Charmant ne se souvient plus. Le docteur l’examine et conclut que ses neurones sont imbibés comme des cerises à l’eau de vie. Sa mémoire vive est saturée. Un truc épatant pour oublier que sa princesse avait déjà 100 ans, quand il l’a rencontrée. Et, à 70, il s’éclipse, sans payer la note. 10 ans plus tôt que Christine, sublime lâcheté. Ah, faut pas compter sur le Prince Charmant pour ranger avant de partir !
Elle n’est pas drôle, ton histoire, mamie...
C’est comme ça, Charlotte ! Et enlève les doigts de ton nez. Il faut apprendre les bonnes manières, ma petite fille, si tu veux te trouver un mari, plus tard...

Écrit par : la méchante sorcière | 18/10/2007

Ecrit par : boucle là ! d'or | jeudi, 18 octobre 2007 15:36

Merci de votre appréciation. J'ai pensé à rédiger un billet mais finalement, pour l'heure, préfère réfléchir, réagir, commenter via les billets des autres ou les nouvelles d'actualité. Saisir les arguments au vol est davantage dans mes cordes, sans doute. Comme une abeille, je butine le pollen des fleurs des autres.

Écrit par : off-off | 18/10/2007

Ecrit par : le petit Chaperon Rouge | jeudi, 18 octobre 2007 15:17

tu es quoi comme animal car un animal ne pense pas
c'est pourquoi on peut les manger!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Écrit par : le grand mechant loup | 18/10/2007

:)




(clic sur mon pseudo)

Écrit par : chat du Cheshire | 18/10/2007

Si c'est pas un conte de fées appelé à se réaliser ça !! Simplement, faites attention à la citrouille :


[15:40] La RATP fera tout pour acheminer les amateurs de rugby au Parc des princes vendredi soir (AP)

Écrit par : off-off | 18/10/2007

Ecrit par : la méchante sorcière | jeudi, 18 octobre 2007 15:40

Je suis sans voix et les yeux emplis d'admiration pour vous qui avez pondu ce putain de texte que j'ai même imprimé dis donc ! :-))))

Écrit par : Laflote | 18/10/2007

Ecrit par : le grand mechant loup | jeudi, 18 octobre 2007 15:43

Entres et viens le découvrir...

Écrit par : le petit Chaperon Rouge | 18/10/2007

Ecrit par : Laflote | jeudi, 18 octobre 2007 15:50

copié-collé

Écrit par : le petit Chaperon Rouge | 18/10/2007

Ecrit par : off-off | jeudi, 18 octobre 2007 15:41

Même un billet court sur le "Babel" lié aux nuances et la richesse d'une langue, de l'état l'esprit des "speakers"... ou la difficulté de comprendre le même langage avec un détour humoristique sur les accents de nos provinces...Vaste thème, j'aimerai vous lire...

Écrit par : boucle là ! d'or | 18/10/2007

Ce texte de F. Guérin, c'est de l'anti-laflote. En effet là où le second donne à réfléchir jusqu'au tréfonds de ses chaussettes, le second se contente de plaquer sur des histoires ordinaires et un peu grises des catégories de personnages aussi flamboyants qu'imaginaires. On obtient de la sorte un contraste facile qui habille et sert d'intrigue minimale au récit. Bof.

Écrit par : off | 18/10/2007

Ecrit par : boucle là ! d'or | jeudi, 18 octobre 2007 15:57

Vous avez plus d'idées que moi sur ces choses là. Pourquoi ne pas vous y coller, hé hé ?

Écrit par : off-off | 18/10/2007

off

Votre plume mon ami, la mienne ouvre les boîtes....

Écrit par : boucle là ! d'or | 18/10/2007

copié-collé

Ecrit par : le petit Chaperon Rouge | jeudi, 18 octobre 2007 15:56

Eh bé... Je me suis faite eue :-]


Ecrit par : off | jeudi, 18 octobre 2007 15:59

Vous avez écrit deux fois "le second" et du coup, on ne sait plus de quoi vous causez ! :-D
Mais heu, je le trouve Hment inventif le texte de la Guérin...

Écrit par : Laflote | 18/10/2007

le grand mechant loup est ébranlé par ce texte sur le prince charmant!
vision féminine!

moi j ai bossé avec des associations de prévention sur la notion de "premières relations amoureuses" pour des formations...
qu'est-ce que c'est dur d'initier à la parole les jeunes garçons! avec internet une fille est une image vidéo corvéable!
mais restent très sensibles quand ils sont seuls! ce travail ne se fait nulle part! car c'est un travail pédagogique! permettre de faire croire et de rêver!

Écrit par : le grand mechant loup | 18/10/2007

Ecrit par : off | jeudi, 18 octobre 2007 15:59

Ressenti totalement personnel et subjectivité...

Écrit par : le petit Chaperon Rouge | 18/10/2007

Ecrit par : Laflote | jeudi, 18 octobre 2007 16:04

Je voulais dire le premier, celui copié.

Écrit par : off | 18/10/2007

Ecrit par : off | jeudi, 18 octobre 2007 15:59
pourquoi il y a deux seconds?

Écrit par : le grand mechant loup | 18/10/2007

Ecrit par : le petit Chaperon Rouge | jeudi, 18 octobre 2007 16:06

non, pas seulement. Analyse des ressources et de la structure du texte. Lequel n'est pas désagréable par ailleurs.

Écrit par : off | 18/10/2007

La groyanze est josse nézézaire, et le zogle tu toude zi brézieux à l'homme bour ne bas ze vaire emperlifigoder bar les radijons te doudes esbèzes.

Écrit par : Benoa, pape | 18/10/2007

Ecrit par : boucle là ! d'or | jeudi, 18 octobre 2007 16:02

Mieux vaut un ouvre-boîte qui sait où il va qu'une plume légère emportée par le vent et qui n'amasse pas encre

Écrit par : off | 18/10/2007

Ecrit par : le grand mechant loup | jeudi, 18 octobre 2007 16:10

Parce que dans l'histoire il n'y a pas de prince charmant, donc pas de jeune premier, et par conséquent uniquement des seconds rôles ;)

CQFD

Écrit par : off | 18/10/2007

ce n'est pas de moi je n'ai pas une aussi bonne plume hélas -)mais de Françoise Guérin . Nouvelliste et auteure de radio, elle publie en revues et anthologies.


Cela illustre admirablement ton billet laflote

Écrit par : la méchante sorcière | 18/10/2007

"Pourquoi le beau, le bon, le magique, le généreux ne tient-il jamais ?"

Erreur, pour certains, le beau, le magique, le généreux ça tient et même bien

http://www.dailymotion.com/video/x329rf_elus-le-regime-special

mais pas pour ces salauds de cheminots, ces crevures d'EDF, ces fainéasses de profs, et encore moins tous ces cons de votants sondés par ifop et LH2 ou opinion way

Écrit par : michel | 18/10/2007

Ecrit par : off | jeudi, 18 octobre 2007 16:13

Les seconds rôles sont souvent plus intéressants et moins fades que le jeune premier..un peu gauche, un peu benêt..

Écrit par : Secondseason | 18/10/2007

Le texte de F Guérin n'offre pas d'échappatoire. Faut-il enseigner la méfiance à ce point ? Et de cette façon lourdingue ?

Écrit par : TDB | 18/10/2007

Bonjour à tous,

je tenais à présenter mes excuses à José pour mon comm immonde sur la Luzerne de ce matin. je précise que c'était du bluf. certain(e)s comprendront...

bonne soirée à tous

Écrit par : om | 18/10/2007

Ecrit par : michel | jeudi, 18 octobre 2007 16:20

Ils m'empêchent d'aller voir mon prince charmant en showcase à la Fnac des Halles...bouhouuuuuuuuuuuuu

Écrit par : P.Ann Miller | 18/10/2007

Ecrit par : Secondseason | jeudi, 18 octobre 2007 16:20


Je me permets de vous renvoyer à mon propos sur ce sujet :


Ecrit par : off-off | jeudi, 18 octobre 2007 12:08

Écrit par : off | 18/10/2007

Ecrit par : om | jeudi, 18 octobre 2007 16:22
tu devais encore en excès de luzerne!

Écrit par : le grand mechant loup | 18/10/2007

non non grand méchant loup ! un bluff qui a marché;)))

encore mes excuses à José !

Écrit par : om | 18/10/2007

Laflote, moi j'ai toujours été troublé de comprendre que le dragon, c'était la princesse;)

hasta la vista !...

Écrit par : om | 18/10/2007

Il est nul ce billet et ça ne me surpre......Merde c'est laflote.....euhh,
...........
.......
.
Putain laflote génial, quelle créativité...vraiment...

Écrit par : odm | 18/10/2007

Le grand méchant loup s'invente dans le bestiaire politique :



Le PS suspecte Sarkozy de faire diversion avec son divorce
[2007-10-18 16:17]

PARIS (Reuters) - Le Parti socialiste s'est demandé jeudi si la décision d'annoncer le divorce du couple Sarkozy le jour de la mobilisation nationale contre la réforme des régimes spéciaux de retraites relevait ou non d'une "simple coïncidence".

"Alors que les rumeurs sur la séparation de Cécilia et Nicolas Sarkozy bruissent depuis six jours, l'Elysée choisit ce jeudi, jour de forte mobilisation, pour officialiser l'information", souligne le PS dans un communiqué.

"Aux Français de juger s'il ne s'agit que d'une simple coïncidence", ajoute le PS qui souligne que "l'argument de l'entourage du président de la République qui consiste à ne pas vouloir commenter cette affaire, sous prétexte qu'elle est privée, vole en éclat".

Écrit par : inf-off | 18/10/2007

Lire : "le grand méchant loup du doute s'invite dans le bestiaire politique"

Écrit par : inf-off (rectificatif) | 18/10/2007

Cela illustre admirablement ton billet laflote

Ecrit par : la méchante sorcière | jeudi, 18 octobre 2007 16:16

J'aurais préféré que tu me berces d'histoires merveilleuses par un "Cela illustre ton billet admirable laflote" ;-D

Écrit par : Laflote | 18/10/2007

Putain laflote...

Ecrit par : odm | jeudi, 18 octobre 2007 16:51

Plaît-il ?

Écrit par : Laflote | 18/10/2007

Ils m'empêchent d'aller voir mon prince charmant en showcase à la Fnac des Halles...bouhouuuuuuuuuuuuu
Ecrit par : P.Ann Miller | jeudi, 18 octobre 2007 16:25

Don't cry baby, I'll be back another time

Écrit par : Pete Doherty | 18/10/2007

Sans contes et légendes, pas d'accès à la fiction, pas de roman, pas de théâtre...

Écrit par : griffollet chat virtuel | 18/10/2007

Don't cry baby, I'll be back another time

Ecrit par : Pete Doherty | jeudi, 18 octobre 2007 17:08

If you're not dead before... Take care !

Écrit par : adrien (de rien ?) | 18/10/2007

Ecrit par : inf-off | jeudi, 18 octobre 2007 16:54


De plus en plus fort, le PS se surpasse, encore plus violent que la commission sur la libération des infirmières bulgares ? Mais jusqu'où oseront-ils aller ? Quelle gniaque, on se sent défendus. Laflote a tort les nains existent, nous devons y croire.

Écrit par : nef | 18/10/2007

Ecrit par : nef | jeudi, 18 octobre 2007 17:17

;-))))


Je soupçonne les grévistes du jour d'avoir partie liée avec le ministère de l'Intérieur pour éjecter de l'actualité la chasse ouverte aux sans-papiers. Les syndicats, le patronat (via l'UIMM) et Sarkozy : même combat !

Écrit par : off | 18/10/2007

Et la jolie histoire de la journée se poursuit, ici et là :

Mobilisation dans la rue, en écho aux grèves
[2007-10-18 17:16]

PARIS (Reuters) - Plusieurs milliers de personnes ont manifesté jeudi après-midi à Paris principalement contre la réforme des régimes spéciaux de retraite, en écho à une grève très suivie dans les transports.

D'autres manifestations d'ampleur inégale se sont déroulées dans près de 70 villes de province.

Écrit par : inf-off | 18/10/2007

Pas d'accord, princes et princesses existents. Seulement ils n'ont pas forcément un beau cheval blanc, et n'habitent pas forcément dans un chateau. Et puis surtout ils ne sont pas donnés. Les princesses cherchent les princes, et les princes épousent les princesses. C'est comme çà.
Ne versez pas dans le cynisme pseudo-lucide, gardez la foi. Le fait que tout le monde ne soit pas beau ne veut pas dire que tout le monde est laid.

Écrit par : F. | 18/10/2007

Ecrit par : griffollet chat virtuel | jeudi, 18 octobre 2007 17:11

Mais je ne fais pas le procès des contes dans ce billet... Hé ho, parlerais-je dans le vide intersidéral de vis cerveaux z'en déroute depuis l'annonce officielle du patatras du couple princier français ?????? 8-]

Écrit par : Laflote | 18/10/2007

Le fait que tout le monde ne soit pas beau ne veut pas dire que tout le monde est laid.

Ecrit par : F. | jeudi, 18 octobre 2007 17:32

Bon ben c'est pas toussa, mais vivement qu'il pleuve que le Lièvre puisse partir à la cueillette des bolets (beau-laids... sssss, c'est naze !). :-}

Écrit par : Laflote | 18/10/2007

Ecrit par : off | jeudi, 18 octobre 2007 17:20

Tous ses faits divers et variés sont les victimes de la directive Bolkenstein de l'information;-)))))

Écrit par : nef | 18/10/2007

Sarko victime de sa femme?
Encore un conte de fée qui finit mal.
Toujours pas de liens vers les blogs des billetistes et vers les blogs qui renvoient sur celui-ci.
Autisme quand tu nous tiens!

Écrit par : odm | 18/10/2007

Mais pourquoi faire un effort?
Puisque les accrocs de la justice "sociale" sont satisfaits.
Pourquoi faire un effort?
Puisque les pourfendeurs du pouvoir personnel au sommet de l'état sont contents?
Contradictions quand tu nous tiens.
Pourquoi faire un effort?
Puisque les pleureuses de la transparences et de l'anticensure sont heureux?
Pourquoi?

Écrit par : odm | 18/10/2007

Après chevènement et Dupont-Aigan,

http://www.20minutes.fr/article/188786/France-Je-lance-lundi-une-petition-pour-reclamer-un-referendum.php

vivement les réactions de mélenchon et de Fabius!

A quand la création d'un front uni contre ce coup d'état?

Écrit par : michel | 18/10/2007

Pourquoi ?

Ecrit par : odm | jeudi, 18 octobre 2007 17:45

Pour ne plus à avoir à se poser la question.

Écrit par : Laflote | 18/10/2007

Il est nul ce billet et ça ne me surpre......Merde c'est laflote.....euhh,
...........
.......
.
Putain laflote génial, quelle créativité...vraiment...

Ecrit par : odm | jeudi, 18 octobre 2007 16:51

Tu sais, ampur, il n'y a que ceux qui ne pondent rien qui peuvent espérer que le jour où ils le feront ce sera génial... Ceci écrit "en toute amitié" comme l'a déjà fait la femme de... ;-)

Plus je relis le billet du jour (c'est qui cette "Laflote"), plus je suis d'accord avec toi. ca ne casse pas trop pattes à un gréviste ce truc... En plus, je ne pige pas du tout ce qu'elle a cherché à nous faire comprendre. Elle est obscure c'te meuf en fait. Même pas transparente... :-}

Écrit par : Critique | 18/10/2007

INCROYABLE!!!!!!!!!!!!!!!!!

Le jour d'une grève d'ampleur nationale sur un sujet concernant tous les Français, l'émission Cdans l'air sur la 5 est consacrée au divorce des sarkozy

De Carolis, tu peux faire toutes les pipes que tu veux au pouvoir, ton sort est déjà scellé pauvre tare

pays de Merde!!!!!!!!!!!!!

Écrit par : michel | 18/10/2007

j'oubliais

Calvi de merde!!!!!!!!!!!!!!!

Écrit par : michel | 18/10/2007

j'ajoute

Joffrin de merde!!!!!!!!!!!!!!!!!

Barbier de merde!!!!!!!!!!!!!!!!

Écrit par : michel | 18/10/2007

Ecrit par : michel | jeudi, 18 octobre 2007 18:07

Tu es dur Michel, je crois que Cécilia a tout simplement voulu faire savoir aux français juste aujourd'hui qu'elle se mettait en grève, elle aussi ;-}

Écrit par : Critique | 18/10/2007

Ecrit par : Critique | jeudi, 18 octobre 2007 18:04

On n'est mieux desservi (en l'occurrence critiqué(e)) que par soi-même.

Et vive la critique à serbes !

Écrit par : off | 18/10/2007

laflote,
je deconnais.
Mais il est nu.....super ton billet!
Et puis l'endroit est tellement sympathique!
Sinon une approche symbolique, dévellopée par les contes, ne doit pas être transposée trop rapidement à la vie réelle.
Nous sommes tous à la recherche d'un idéal, c'est une direction, mais la boussole est perdue....

Écrit par : odm | 18/10/2007

If you're not dead before... Take care !
Ecrit par : adrien (de rien ?) | jeudi, 18 octobre 2007 17:15

I'm not extinct yet, but compared to Yvan and Ada from Tiny Masters of Today, I'm already a dinosaur...

Écrit par : Pete Doherty | 18/10/2007

developpée...

Écrit par : odm | 18/10/2007

trouver la boussole avant de dire que nous faisons fausse route!
Ce blog est exemplaire de désorientation dans le fond et la forme.
Mais pas seulement lui!

Écrit par : odm | 18/10/2007

Lagardère serait sur les rangs pour racheter TF1 à Bouygues

Quand on voit TF d'aujourd'hui

http://storage.canalblog.com/36/85/105722/18126263.jpg

on craint d'imaginer TF1 d'après

Écrit par : michel | 18/10/2007

@ Laflote


Je n'ai pas dit que tu disais du mal des contes, je sais bien qu'il n'en est rien. je voulais seulement souligner que les contes sont essentiels pour l'accès à la fiction (romans, théâtre). Je suis d'accord avec Benoa plus haut: sans croyance, pas de doute, or les deux sont nécessaires à la vie sociale. Steu gros patapouf de Melchior dit aussi kékchoz de correct pour une fois chez toi (sous le nom de Benoa, le scélérat !). Bouh, c'est fatigant, la prose... (Soupir).

Écrit par : griffollet chat virtuel | 18/10/2007

Il est ou le nord?

Écrit par : odm | 18/10/2007

@laflote
"Le merveilleux est souvent (pour ne pas dire toujours) décevant puisqu’il finit immanquablement par disparaitre.
Le pire ne l’est pas, lui, puisqu’il sait merveilleusement (!) durer.
À quoi cela peut-il bien tenir ?
Pourquoi le beau, le bon, le magique, le généreux ne tient-il jamais ?"

Parce que le pire va durer 5 ans et qu'on est dedans depuis 5 ans !

Comment être optimiste, hein ? Je te le demande laflote !

Et puis toutes ces histoires de chômage, de précarité, de corruption, ça ne favorise pas des masses la vision en rose, non ?
Et puis les contes, c'est fait pour les enfants pour qu'ils dorment tranquillement et qu'ils soient sages...

J'ai trouvé que c'est un texte qui fait réfléchir et qui est fort bien écrit.

Écrit par : "cui cui" fit l'oiseau | 18/10/2007

@ Off : Je ne sais plus, je suis désorientée comme y dit odm...

@ odm : si tu crois que tu m'as vesquée... depuis que je fréquente le DEL, je ne me vesque plus de rien (c'est très frais comme fait, alors vas-y quand même molo hein ;-D).

@ Griffolet : Je partage en tous points ton commentaire... Ceci dit, la croyance n'est pas toujours porteuse de doute(s)... Quand je vois certaines personnes de mon entourage, enferrées dans leurs certitudes, je peux te dire qu'elles ne sont pas prêtes à écrire des romans ou autre !!! :-}

Écrit par : Critique | 18/10/2007

Il est ou le nord?

Ecrit par : odm | jeudi, 18 octobre 2007 18:32

Au fond, à gauche :-D

Écrit par : Critique | 18/10/2007

Et puis les contes, c'est fait pour les enfants pour qu'ils dorment tranquillement et qu'ils soient sages...

J'ai trouvé que c'est un texte qui fait réfléchir et qui est fort bien écrit.

Ecrit par : "cui cui" fit l'oiseau | jeudi, 18 octobre 2007 18:35

La religion est l'opium du peuple et les contes de fées celui des nains... Je sens que ça va plaire à pas mal de personnes ce commentaire :-DD

Écrit par : Critique | 18/10/2007

Rah, critique c'est moi, merde, j'avais oublié de remettre ma réelle identité ah ah ah.

Écrit par : Laflote | 18/10/2007

Aujourd'hui, bizarrement ça roule comme sur un billard dans la région parisienne...

Étrange...

Écrit par : "cui cui" fit l'oiseau | 18/10/2007

Où le réel rejoint parfois la fiction, en pleine fin de grève des transports - ironique, n'est-ce pas ? :

[18:20] Selon RESF, une importante opération de police contre les sans-papiers est prévue vendredi à Paris (AP)

Écrit par : inf-off | 18/10/2007

Aujourd'hui, bizarrement ça roule comme sur un billard dans la région parisienne...

Étrange...

Ecrit par : "cui cui" fit l'oiseau | jeudi, 18 octobre 2007 18:41

Un billard ? Tu veux parler de ce truc où l'on est allongé quand on se fait charcuter parce qu'il y a une grosse hémoragie par exemple ? ;-}

Écrit par : Laflote | 18/10/2007

Ecrit par : Pete Doherty | jeudi, 18 octobre 2007 17:08

I Hope my love; Are you clean today?

Écrit par : P.Ann Miller | 18/10/2007

Ecrit par : Laflote | jeudi, 18 octobre 2007 18:44

Non non, celui avec des bandes, des boules blanches et rouge, un tapis vert et une queue pour frapper les boules...

Écrit par : "cui cui" fit l'oiseau | 18/10/2007

Are you clean today?

Ecrit par : P.Ann Miller | jeudi, 18 octobre 2007 18:45

Can't say that but I'm OK

Écrit par : Pete Doherty | 18/10/2007

Laflote

Bravo pour ton talent plein de "légèreté profonde"

Sincerely yours

Écrit par : agathe | 18/10/2007

Sympa votre salon de thé. Je repars au bistrot plus loin, c'est la vie, et si je croise Birenbaum je lui dirai que vous avez mis des petits napperons partout!

Écrit par : paulovaz | 18/10/2007

si je croise Birenbaum je lui dirai que vous avez mis des petits napperons partout!
Ecrit par : paulovaz | jeudi, 18 octobre 2007 18:58

Yes, you do that

Écrit par : Pete Doherty | 18/10/2007

Il faut apprendre à tolérer les napperons aussi parfois cela met un certain temps...

Écrit par : agathe | 18/10/2007

Le compte des régimes spéciaux de retraite n'est pas bon !


Point de vue
Qui finance les régimes spéciaux ?, par Pascal Gobry
LE MONDE | 18.10.07 | 14h33 • Mis à jour le 18.10.07 | 14h33

De plus en plus de personnes trouvent choquant que certaines entreprises accordent des retraites avantageuses à leurs agents. C'est pourtant une simple notion de salaire indirect : si l'on accepte que les salaires soient différents d'une entreprise à l'autre, pourquoi les retraites devraient-elles être alignées ?


Mais, ce qui fait problème dans nos régimes spéciaux, ce n'est pas qu'ils soient avantageux, c'est que leurs avantages sont financés par le contribuable ou par un usager captif d'une situation de monopole. En effet, qui finance ces avantages ? Si c'étaient les cheminots, les machinistes de l'Opéra ou les policiers qui finançaient leurs régimes, on ne pourrait rien trouver à redire. Ce ne sont donc pas les avantages qu'il faut montrer du doigt, mais c'est le fait de prétendre réformer des avantages qu'on va rendre "équitables" ; on évite de mettre sur la table de la négociation un financement qui, lui, est inéquitable.

L'intention d'escamoter la question du financement, qui pourtant devrait être au centre de la réforme, se lit dans deux contrevérités dont on ne peut comprendre autrement qu'elles soient sans cesse rabâchées : les régimes spéciaux seraient des régimes par répartition ; ils se justifiaient historiquement par la pénibilité des métiers...

On nous explique que c'est la diminution drastique des effectifs des entreprises publiques ces vingt-cinq dernières années (c'est-à-dire beaucoup moins de cotisants) qui nous conduit à la faillite des régimes spéciaux. Mais qui peut prétendre que, si les effectifs étaient restés inchangés, les pensions seraient aujourd'hui mieux financées ? C'est bien le contraire qui s'est produit : si les effectifs n'avaient pas fondu, la masse salariale serait telle aujourd'hui qu'il serait impossible de continuer à financer les pensions sans augmenter les tarifs et les aides publiques. Ainsi le rapport très dégradé dans les entreprises publiques, de 1 à 3, entre le nombre de retraités et le nombre d'actifs, est un facteur de survie et non de faillite de leurs régimes de retraite : preuve que ces régimes sont tout le contraire de régimes par répartition.

Deuxième contre-vérité assénée afin d'éviter de faire la transparence sur le financement des régimes spéciaux : l'origine de ces régimes se trouverait dans la pénibilité - le cheminot et son charbon. On a presque envie de rajouter : le travail du rond-de-cuir de la Banque de France était si pénible à l'époque qu'on lui a prévu un régime encore plus favorable que celui du cheminot. En vérité, c'est le monopole qui a permis historiquement les régimes spéciaux. Le monopole, voilà qui est commun aux entreprises publiques, non la pénibilité qui se trouve dans maints métiers dans et hors de ces entreprises. Le monopole était la condition sine qua non pour faire financer par les usagers, y compris les plus modestes et les plus tués à la tâche, les avantages de retraite dont bénéficient tous les anciens des entreprises publiques.

L'expression "par répartition", s'agissant des régimes spéciaux, est fallacieuse : les pensions des bénéficiaires des régimes spéciaux ne sont pas financées par les actifs de ces régimes, mais par l'usager. Mais aussi par le contribuable, quand, pour des raisons sociales, le gouvernement ne veut pas fixer certains tarifs publics aussi haut qu'il serait nécessaire pour couvrir les pensions à verser.

Premier corollaire : pour apprécier la valeur de la participation de la collectivité aux régimes spéciaux, il est inexact de s'en tenir au seul montant des subventions affichées. Ce faisant, on en oublie la plus grande part, cette fraction du prix du billet de train qui finance les pensions des agents de la SNCF. Second corollaire : la notion de cotisation n'ayant de sens que dans les régimes par répartition ou par capitalisation, ce que ne sont pas les régimes spéciaux, puisque c'est le contribuable et l'usager, et eux seuls, qui y financent les retraites, aucune cotisation ni patronale ni salariale ne devrait apparaître à ce titre sur les feuilles de paie des agents. C'est pourquoi les comptables qualifient de "fictives" les cotisations qui y figurent pourtant - ce terme technique signifiant que les taux de cotisation n'ont en réalité aucune contrepartie ni financière ni économique. Pourtant, c'est sans rire que ces taux sont cités dans le débat comme des paramètres à prendre en compte tels quels.

La réforme annoncée des régimes spéciaux fait l'impasse sur la vraie question : qui finance et à quelle hauteur ces régimes ? Et soyez sûr que demain ces régimes continueront d'être financés non par les futurs bénéficiaires mais par les usagers et les contribuables. Ces derniers sont contraints à financer des retraites confortables pour les autres, alors qu'ils peinent à assurer pour eux-mêmes une retraite décente.

Pascal Gobry, syndicaliste, est membre de l'Institut des actuaires.

Écrit par : inf-off | 18/10/2007

There’s few enough people doing things for the right reasons. Bringing people together to fight capitalism – I’m into that. But I’m into learning as well. I need to know more of what it’s about, and shape my own beliefs.
A lot of the issues surrounding Third World debt and loans to countries involves keeping things as they are, rather than completely dismantling a system a majority of people find horrific. We need radical change. That’s what I’m into and I think that’s the only solution.
You have to replace capitalism because that’s the only thing it understands. It’s like a disease or a fungus. You can’t tidy up the flower bed and restrain it a bit – you’ve got to dig it out from the roots and replace it, otherwise it will keep growing. That’s the nature of capitalism.
As far fetched as it seems, it can happen the way it’s always happened in history, and that’s through a radical turnaround.
Who really would have thought in Russia in 1917 that that would happen? They were coffee shop philosophers who ended up in charge of the most incredible revolution human history has seen.
It’s just when people really have had enough. And that’s what the song “Time For Heroes” is about. I wrote it after the May Day riots in 2002 when I was just glad to be coming home after what happened.

Écrit par : Pete Doherty | 18/10/2007

Au fond, à gauche :-D

Ecrit par : Critique | jeudi, 18 octobre 2007 18:36

non, c'était les chiottes.....

Écrit par : odm | 18/10/2007

Merde, Deborah Kerr est morte...

Écrit par : Elle et moi | 18/10/2007

Ne disait elle pas, je la considere comme ma soeur, elle est de la race des seigneurs, et bien le seigneur emmene la soeur en visite d'etat au maroc

http://fr.news.yahoo.com/afp/20071018/tpl-france-maroc-diplomatie-justice-lead-ee974b3_1.html


Tres joli texte, les contes ont et feront toujours rever, et au fond de nous meme n'y croyons nous pas toujours un peu ...

Écrit par : Martine | 18/10/2007

Ecrit par : inf-off | jeudi, 18 octobre 2007 19:05

Merci d'avoir éclairé mes lanternes avec cet article fort à propos.

Quand à tout à l'heure, mon ouvre-boîte ne sait jamais où il va, je ne suis q'un point d'interrogation géant, un doute majuscule.

Écrit par : agathe | 18/10/2007

Cherchez l'erreur (ça devrait pas être long...).

http://www.liberation.fr/actualite/monde/_files/file_285667_67205.jpg

Écrit par : patrice | 18/10/2007

Ecrit par : agathe | jeudi, 18 octobre 2007 19:38

ah ah @gathe déguisée en ouvre-boîte

Voilà une compagne rêvée pour l'homme en boîte de conserves du Magicien d'Oz ;0]

Écrit par : off-off | 18/10/2007

Ecrit par : Pete Doherty | jeudi, 18 octobre 2007 19:14

translate please darling!!!!

At this momment you sing on OUÏ fm, it's very good, you seem in good shape..

Écrit par : P.Ann Miller | 18/10/2007

Ecrit par : off-off | jeudi, 18 octobre 2007 19:58

L'ouverture réserve toujours des surprises d'où l'éternel doute !

Écrit par : agathe | 18/10/2007

vous connaissez une école de "prince charmant"? "princesse"?
je m'en étais aperçu dès 6 ans, j avais demandé - on m a répondu y a pas!
tu feras de la musique, putain de solfège....

Ecrit par : le grand mechant loup | jeudi, 18 octobre 2007 13:14

bon alors! les filles attendent un truc qui n est pas inné!pour certains!

Écrit par : le grand mechant loup | 18/10/2007

What will become of England without Deborah Kerr ?

Écrit par : Pete Doherty | 18/10/2007

laflote
je crois, je crée.

Écrit par : odm | 18/10/2007

Ne pas oublier la manifestation nationale de RESF le 20 octobre


http://www.educationsansfrontieres.org/

Écrit par : agathe | 18/10/2007

Ecrit par : Pete Doherty | jeudi, 18 octobre 2007 20:02

You already leaving England without going to see me

Écrit par : P.Ann Miller | 18/10/2007

Les journaux font un tel pataques avec leurs hommages à Cécilia ....On dirait qu'elle est morte...

Écrit par : agathe | 18/10/2007

Ne pas oublier la manifestation nationale de RESF le 20 octobre


http://www.educationsansfrontieres.org/

Écrit par : agathe | 18/10/2007

Les journaux font un tel pataques avec leurs hommages à Cécilia ....On dirait qu'elle est morte...

Ecrit par : agathe | jeudi, 18 octobre 2007 20:09

télévisés surtout TF1 ...

Écrit par : agathe | 18/10/2007

Ecrit par : agathe | jeudi, 18 octobre 2007 20:09

La presse à enfin reçu l'autorisation de diffuser l'info... bien pratique ces secrets d'alcôve un jour de grève, le peuple en raffole! Le pragmatisme de Sarkozy ne souffre d'aucun sentimentalisme, quelle efficacité ! impressionnant!

Écrit par : de passage | 18/10/2007

Ecrit par : P.Ann Miller | jeudi, 18 octobre 2007 20:05

I'm wandering around... We will meet again some day.
As Patti Smith put it :

Speak to me
Speak to me heart
I feel a needing
To bridge the clouds
Softly go
A way I wish to know
A way I wish to know

Oh youll ride
Surely dance
In a ring
Backwards and forwards
Those who seek
Feel the glow
A glow we will all know
A glow we will all know

On that day
Filled with grace
And the hearts communion
Steps we take
Steps we trace
Into the light of reunion

Paths that cross
Will cross again
Paths that cross
Will cross again

Speak to me
Speak to me shadow
I spin from the wheel
Nothing at all
Save the need
The need to weave
A silk of souls
That whisper whisper
A silk of souls
That whispers to me

Speak to me heart
All things renew
Hearts will mend
Round the bend
Paths that cross
Cross again
Paths that cross
Will cross again

Rise up hold the reins
Well meet again I dont know when
Hold tight bye bye
Paths that cross
Will cross again
Paths that cross
Will cross again

Écrit par : Pete Doherty | 18/10/2007

Ecrit par : de passage | jeudi, 18 octobre 2007 20:33

Un brillant manipulateur Sarko, le souci à se faire est à la mesure de son talent.

Écrit par : agathe | 18/10/2007

Demain, parole aux internes en grève et en colère.

Écrit par : José | 18/10/2007

Ecrit par : odm | jeudi, 18 octobre 2007 20:04

Tu veux dire que plus on grandt, plus on crée ? ;-D

@ José : Tu as raison de faire un teasing... C'est qu'on se fait chier à commenter mon billet depuis tout à l'heure... :-]

Écrit par : Laflote | 18/10/2007

Ecrit par : Laflote | jeudi, 18 octobre 2007 20:58

J'attends avec impatience de lire tes coms sur ton tamama....Une manifestation te guette...

Écrit par : agathe | 18/10/2007

Ecrit par : Laflote | jeudi, 18 octobre 2007 20:58


Ben je t'avais écrit que je ne comprenais rien à ton billet... Non ?

Écrit par : José | 18/10/2007

Ecrit par : agathe | jeudi, 18 octobre 2007 21:01

Une manifestation de quoi ?

@ José : C'est vrai ô grand manitou... Tu as donc le pouvoir de préscience... C'est magique, mais fais gaffe, ça ne dure jamais très longtemps. ;-)

Écrit par : Laflote | 18/10/2007

Ecrit par : agathe | jeudi, 18 octobre 2007 20:00

;0))))

Écrit par : off-off | 18/10/2007

Ecrit par : Laflote | jeudi, 18 octobre 2007 21:06

Ouh la... Je n'ai aucune prescience, moi. N'oublie pas que je suis un autocrate inculte. ;)

Écrit par : José | 18/10/2007

Ecrit par : Laflote | jeudi, 18 octobre 2007 21:06

N'est pas Gargamel qui veut ! pour rester dans le thème ;-)))

Écrit par : agathe | 18/10/2007

Ecrit par : Laflote | jeudi, 18 octobre 2007 20:58


Ben je t'avais écrit que je ne comprenais rien à ton billet... Non ?

Ecrit par : José | jeudi, 18 octobre 2007 21:04


Ben oui, pas étonnant, un billet aussi NUL, comme dirait "Critique" et Olivier. C'est dire !

Écrit par : off-off | 18/10/2007

N'est pas Gargamel qui veut ! pour rester dans le thème ;-)))

Ecrit par : agathe | jeudi, 18 octobre 2007 21:08

Oui, c'est ça, un billet à se prendre une gamelle, au point de se déformer la tête en boîte de conserves... Du boulot en perspective pour @gathelouvreboîtes...

(p.s.: off-off est le pseudo signalant les commentaires HS et hors sujet. Cela va sans dire, mais....)

Écrit par : off-off | 18/10/2007

Ecrit par : off-off | jeudi, 18 octobre 2007 21:08

Ce qui m'inquiète le plus dans cette histoire - de billet - ce n'est pas tant le fait de ne pas avoir lu un seul commentaire (à part votre premier, off) dans lequel j'ai senti que ce que je voulais dire était passé. Non, ce qui m'inquiète le plus, c'est que José n'ait RIEN compris. Je l'ai relu (encore !) et ne rien y comprendre me semble vraiment difficile tout de même.

Écrit par : Laflote | 18/10/2007

Ecrit par : off-off | jeudi, 18 octobre 2007 21:11

Non Gargamel c'est José, le méchant dans les Schtroumpfs ;-))))

Écrit par : agathe | 18/10/2007

Ecrit par : Laflote | jeudi, 18 octobre 2007 21:13

José est un pince-sans-rire. Pas premier degré...

Écrit par : off-off | 18/10/2007

Ecrit par : Laflote | jeudi, 18 octobre 2007 21:13

Il me semble que je t'ai comprise mais off par ci off par là...Les commentaires de off ;-))))))

Écrit par : agathe | 18/10/2007

Ecrit par : off-off | jeudi, 18 octobre 2007 21:14

Si vous le dites.

Écrit par : Laflote | 18/10/2007

Ecrit par : agathe | jeudi, 18 octobre 2007 21:13

J'ai toujours eu de la compassion pour Gargamel, Grominet, le Coyotte, enfin tous ces pauvres "méchants" qui n'ont qu'un seul objectif en tête et n'arrivent jamais à le réaliser. Losers pathétiques.

Écrit par : off-off | 18/10/2007

Ecrit par : agathe | jeudi, 18 octobre 2007 21:15

Ouh, mais c'est qu'elle nous ferait une ch'tite crizâsse de d'jalouzaï l'@gathe ? ;-D

Écrit par : Laflote | 18/10/2007

Ecrit par : off-off | jeudi, 18 octobre 2007 21:16

Ca, c'est un commentaire de méchant pince sans rire... :-]

Écrit par : Laflote | 18/10/2007

Ecrit par : off-off | jeudi, 18 octobre 2007 21:14

Vous vous êtes LE GRAND schtroumpf ;-))))) (le plus gentil)

Écrit par : agathe | 18/10/2007

Ecrit par : Laflote | jeudi, 18 octobre 2007 21:16

Désolée, baclée...sniff

Écrit par : agathe | 18/10/2007

Ecrit par : Laflote | jeudi, 18 octobre 2007 21:17

Non non c'est un propos d'une nature finalement sensible, autant que le programme le lui permet, qui n'aime pas la répétition. Voir tous ces Sysiphe pousser leur rocher pour retomber au fond du ravin si près du but, cela a un côté émouvant.

Écrit par : off-off | 18/10/2007

Laflote

Ce soir, j'en ai marre d'être intelligente Mouarrrfffffffffffffffffffffffff

Écrit par : agathe | 18/10/2007

Ecrit par : Pete Doherty | jeudi, 18 octobre 2007 20:36

Get down, get down, little Pete
And stay all night with me
You won't find a girl in this damn world
That will compare with me
And the wind did howl and the wind did blow
La la la la la
La la la la lee
A little bird lit down on Pete

Écrit par : P.Ann Miller | 18/10/2007

Ecrit par : agathe | jeudi, 18 octobre 2007 21:17

Bien trop balèze pour moi, le Grand Schtroumpf. Je rougis du compliment au moins autant que son bonnet

Écrit par : off-off | 18/10/2007

Ecrit par : P.Ann Miller | jeudi, 18 octobre 2007 21:21

Changez Pete par Nick et ce sera parfait

Écrit par : off-off | 18/10/2007

Ecrit par : off-off | jeudi, 18 octobre 2007 21:21

Je n'aurais pas parié 1 euro que vous connaissiez comme quoi...

Écrit par : agathe | 18/10/2007

Ecrit par : off-off | jeudi, 18 octobre 2007 21:22

Par Henry Lee;-)))

Écrit par : P.Ann Miller | 18/10/2007

@ agathe & off : heureusement que je peux compter sur vous tout de même :-)

Écrit par : Laflote | 18/10/2007

Ecrit par : Laflote | jeudi, 18 octobre 2007 21:31

Promis, juré, on ne coulera jamais laflote

Écrit par : off-off | 18/10/2007

Ecrit par : Laflote | jeudi, 18 octobre 2007 21:31

Honnêtement, les commentaires prouvent l'intérêt de ce texte, le fil a très longuement duré sur ce thème. Relis-en l'intégralité.

Écrit par : agathe | 18/10/2007

L'heure des comptes a sonné.

Écrit par : odm | 18/10/2007

Et les liens?

Écrit par : odm | 18/10/2007

@ agathe & off (joli couple ma foi !) : C'est vrai que le fil a longtemps duré sur le thème, mais on ne peut pas dire qu'il y a eu moult participants. Faut bien le reconnaître. :-}

@ Off : Laflote est, par définition, insubmersible. (CONS) Qu'on se le dise !

Écrit par : Laflote | 18/10/2007

Ecrit par : odm | jeudi, 18 octobre 2007 21:43

Ding !

Écrit par : Le compte est bon. | 18/10/2007

liens, relier, religion.

Écrit par : odm | 18/10/2007

D'un autre côté, maintenant que j'y pense, c'est drôle la publication de ce billet-là juste aujourd'hui (et je ne parle pas de la grève)... :-]

Écrit par : Le compte est bon. | 18/10/2007

lien, sauce, lier connaissance.

Écrit par : odm | 18/10/2007

lien, attacher, attachant...bondage.

Écrit par : odm | 18/10/2007

bondage, andy, malbrouck....heu...

Écrit par : odm | 18/10/2007

Ecrit par : odm | jeudi, 18 octobre 2007 21:50

Tu essaies de nous dire que le bondage est une religion ? ;-]

Écrit par : Le compte est bon. | 18/10/2007

Ecrit par : odm | jeudi, 18 octobre 2007 21:50

Humeur légère ?

Écrit par : agathe | 18/10/2007

Votre compte est bon!

Écrit par : odm | 18/10/2007

Votre CONTE est bon... :-)

Écrit par : Laflote | 18/10/2007

agathe
légère, plume, oreiller, lit, drap, .....amour.

Écrit par : odm | 18/10/2007

Ecrit par : odm | jeudi, 18 octobre 2007 21:54

C'est plus joli à l'oreille...

Écrit par : agathe | 18/10/2007

Non laflote
votre compte est bon.
Pas votre solde de tout comptes.....mouaii, moyen celle la.

Écrit par : odm | 18/10/2007

Ben je t'avais écrit que je ne comprenais rien à ton billet... Non ?

Ecrit par : José | jeudi, 18 octobre 2007 21:04

si tu as lu les commentaires ça t a éclairé non?

moi oui
(certains pratiquent le frenglish détestable ici!)

vous connaissez une école de "prince charmant"? "princesse"?
je m'en étais aperçu dès 6 ans, j avais demandé - on m a répondu y a pas!
tu feras de la musique, putain de solfège....

Ecrit par : le grand mechant loup | jeudi, 18 octobre 2007 13:14

Écrit par : le grand mechant loup | 18/10/2007

Ecrit par : odm | jeudi, 18 octobre 2007 21:49

t uas pris des sulfamides odm ? ;-))

Écrit par : Serval | 18/10/2007

Je ne suis pas difficile ou plutôt curieuse de tout, tout m'éclaire, je ne néglige rien...

Écrit par : agathe | 18/10/2007

en pillules, serval?

Écrit par : odm | 18/10/2007

Serval

Tu as lu tes mails ?

Écrit par : agathe | 18/10/2007

tout m'éclaire, je ne néglige rien...

Ecrit par : agathe | jeudi, 18 octobre 2007 21:58

C'est bien ce qui te rend lumineuse :-]

Écrit par : Laflote | 18/10/2007

odm
propose et arrête de caser! moi j ai eu une journée free pour une fois dans la semaine laflote est cool les autres intervenants aussi!

Écrit par : le grand mechant loup | 18/10/2007

Ecrit par : Laflote | jeudi, 18 octobre 2007 22:01

Ne pousse pas Poulette quand même, en tout cas c'est gentil ;-))

Écrit par : agathe | 18/10/2007

@ Serval : Tu as RÉPONDU à tes mails ? :-D

Écrit par : Laflote | 18/10/2007

Ecrit par : odm | jeudi, 18 octobre 2007 21:49

t uas pris des sulfamides odm ? ;-))

Ecrit par : Serval | jeudi, 18 octobre 2007 21:57

c est quoi des sulfamides?

Écrit par : le grand mechant loup | 18/10/2007

@ Le grand méchant loup : "Laflote est cool"... Excellent jeu de mots en frenglich ;-)

Écrit par : Laflote | 18/10/2007

Ecrit par : le grand mechant loup | jeudi, 18 octobre 2007 22:03

Infection urinaire (médicament pour l')

Écrit par : agathe | 18/10/2007

odm
propose et arrête de caser! moi j ai eu une journée free pour une fois dans la semaine laflote est cool les autres intervenants aussi!

Ecrit par : le grand mechant loup | jeudi, 18 octobre 2007 22:02

Alléluia...pose ta veste mon frêre, et prend place, les soeur s'occuperont de toi et le maître passera te dire un mot.....ooommmmmm.

Écrit par : odm | 18/10/2007

"La ministre française de la Justice Rachida Dati accompagnera le président Nicolas Sarkozy au Maroc pour une visite d'Etat de trois jours à compter de lundi, a indiqué jeudi un porte-parole de la Chancellerie, Guillaume Didier."


L'une chasse l'autre ?

Écrit par : anthony | 18/10/2007

Ecrit par : anthony | jeudi, 18 octobre 2007 22:07

Je les soupçonne depuis les Etats-unis cet été...mais je n'en dis rien !

Écrit par : agathe | 18/10/2007

Ecrit par : anthony | jeudi, 18 octobre 2007 22:07

Vieille histoire...

Écrit par : Voici | 18/10/2007

@ agathe


Meme caractère, une fille d'immigré pour donner un signe positif à la banlieue


Petit désavantage : elle n'a pas été mariée à Jacques Martin...

Écrit par : anthony | 18/10/2007

Depuis l'annonce du divorce des Sarkozy

23 communiqués concernant ce "non-évenement"

3 communiqués concernant la grève


Bien joué, Sarkozy

A la prochaine grève, il officialisera sa relation avec R......

Écrit par : anthony | 18/10/2007

Ecrit par : anthony | jeudi, 18 octobre 2007 22:13

Vous vous trompez complètement.....bientôt le retour de Anne F..

Écrit par : Voici | 18/10/2007

rachida est franco-marocaine - normal dans le cadre !

Écrit par : le grand mechant loup | 18/10/2007

Ecrit par : anthony | jeudi, 18 octobre 2007 22:17

Il aime les femmes de caractère qui lui résistent...Analyse de comptoir à 0.20 cent d'Euros

Écrit par : agathe | 18/10/2007

@ Voici


Et pourquoi pas Arlette C.....

Écrit par : anthony | 18/10/2007

@ Off : Laflote est, par définition, insubmersible. (CONS) Qu'on se le dise !

Ecrit par : Laflote | jeudi, 18 octobre 2007 21:44

ça prouve que laflote me comprend, moi. Je ne me comparerai donc pas à Antonioni

Écrit par : off-off | 18/10/2007

"La ministre française de la Justice Rachida Dati accompagnera le président Nicolas Sarkozy au Maroc pour une visite d'Etat de trois jours à compter de lundi, a indiqué jeudi un porte-parole de la Chancellerie, Guillaume Didier."

Elle va compléter sa formation de ministre des prisons?
Momo 6 va lui raconter comment son père prenait plaisir à aller dans les prisons regarder torturer ses opposants?

Écrit par : michel | 18/10/2007

Et pourquoi pas Arlette C.....

Ecrit par : anthony | jeudi, 18 octobre 2007 22:20

Incompatibilité de genre

Écrit par : Ici-pourri | 18/10/2007

Ecrit par : anthony | jeudi, 18 octobre 2007 22:20

Renseignez vous un peu.....


Ecrit par : le grand mechant loup | jeudi, 18 octobre 2007 22:19

oui tout à fait logique..

Écrit par : Voici | 18/10/2007

Ecrit par : Voici | jeudi, 18 octobre 2007 22:19

Je suis sûre que non, l'amitié de Cécilia avec Rachida était là pour prévaloir qu'à l'époque il ne se passait rien et qu'elle ne peut avoir de jalousie...L'image...Bon allez là je délire à bloc.

Écrit par : agathe | 18/10/2007

Analyse de comptoir à 0.20 cent d'Euros

Ecrit par : agathe | jeudi, 18 octobre 2007 22:20


Pas plus mauvais que Jean-François Copé parlant d'économie ;-)

Écrit par : anthony | 18/10/2007

Ecrit par : Ici-pourri | jeudi, 18 octobre 2007 22:21

C'est sur...çà manque d'initiés ici;-)))))

Écrit par : Closet | 18/10/2007

Ecrit par : anthony | jeudi, 18 octobre 2007 22:23

Là par le fait, mon neveu de 7 ans est meilleur que lui !

Écrit par : agathe | 18/10/2007

Ecrit par : anthony | jeudi, 18 octobre 2007 22:23

Et on parle de Maud Fontenoy, aussi...

Écrit par : Mireille Dumas | 18/10/2007

Ecrit par : Mireille Dumas | jeudi, 18 octobre 2007 22:27

Oui....très jolie femme, Sarko un homme de goût..

Écrit par : Closet | 18/10/2007

@ agathe
lu et repondu

;-)).

Écrit par : Serval | 18/10/2007

Il aime les femmes de caractère qui lui résistent...Analyse de comptoir à 0.20 cent d'Euros

Ecrit par : agathe | jeudi, 18 octobre 2007 22:20

une femme de caractère résiste! ben oui! *

je n ai pas fait une école de "prince charmant"? juste une éducation d amour de ma famille!

Écrit par : le grand mechant loup | 18/10/2007

Et on parle de Maud Fontenoy, aussi...
Ecrit par : Mireille Dumas | jeudi, 18 octobre 2007 22:27

Le problème, c'est qu'il risque de ramer, après...

Écrit par : Mireille Dumas | 18/10/2007

Et on parle de Maud Fontenoy, aussi...

Ecrit par : Mireille Dumas | jeudi, 18 octobre 2007 22:27

Maud Fontenoy en premier ministre, si Fillon trouve un vrai travail entre-temps, bien sur

On ne va pas le laisser entre les mains d'un régime spécial tout de meme, lui qui se donne tant de mal à les combattre

Écrit par : anthony | 18/10/2007

Ce n'est pas une blague...


Thomas Hugues et Laurence Ferrari divorcent eux aussi

Écrit par : anthony | 18/10/2007

Serval

Merci :-)

Écrit par : agathe | 18/10/2007

FR3 prémonitoire?

ce soir diffusion de : "moi, Louis, enfant de la mine"

mais que fait nicolas? père indigne!

Écrit par : michel | 18/10/2007

Ecrit par : anthony | jeudi, 18 octobre 2007 22:35

La presse people a encore de beaux jours....

Écrit par : Closet | 18/10/2007

Thomas Hugues et Laurence Ferrari divorcent eux aussi

Ecrit par : anthony | jeudi, 18 octobre 2007 22:35

Merde !!!! Incroyable !

J'ai du pain sur la planche !

Écrit par : Mireille Dumas | 18/10/2007

(I'm back)

http://www.youtube.com/watch?v=pWMh5mDnWS8

I love Polly Jean, and Nick Cave is not bad either

Écrit par : Pete Doherty | 18/10/2007

Ce n'est pas une blague...

Didier Drogba et le FC Chelsea divorcent eux aussi

http://www.lequipe.fr/Football/breves2007/20071018_160310Dev.html

Écrit par : Rubrique sports | 18/10/2007

Ecrit par : anthony | jeudi, 18 octobre 2007 22:35

Ils sont comme nous...Ordinaires.

Écrit par : agathe | 18/10/2007

Ecrit par : Pete Doherty | jeudi, 18 octobre 2007 22:40

Yessssssss

Écrit par : P.Ann Miller | 18/10/2007

18 octobre 2007
De la pédophilie

J’en viens à penser que le vrai crime du pédophile n’est pas tant d’avoir agressé un enfant que d’avoir agressé l’image que notre société a de l’enfance. La sexualité reste perçue comme sale et impure, elle est l’un des sept péchés capitaux, elle est le domaine réservé de l’adulte, un adulte à l’âme forcément sombre et maléfique. L’enfance est l’époque bénie de l’innocence, de l’insouciance, de la pureté, de la gentillesse, etc. Je m’étonne d’ailleurs de la survivance de ces nunucheries ; il faut quand même avoir la mémoire bien courte pour s’imaginer que les enfants n’ont pas de pensées sexuelles (qui n’a jamais joué au docteur avec sa cousine ?) ou qu’ils sont toujours gentils (qui ne se rappelle pas d’une quelconque tête de turc à une récré ou une autre ?). Si la pédophilie déclenche de telles passions, c’est peut-être plus pour le symbole que pour l’acte en lui-même, parce qu’elle est ressentie comme une irruption forcée du monde des adultes dans le monde de l’enfant, comme une souillure irréversible et contre nature, comme une corruption de l’amour enfantin idéalisé par le sexe physique. Mais pas du tout parce qu’elle est traumatisante pour l’enfant. Si l’on se souciait vraiment de l’enfant, on s’intéresserait sûrement davantage aux nombreux parents violents qu’aux rares pédophiles. [Finis Africæ : “De la pédophilie”.]

On met beaucoup trop de choses fort différentes en intention, caractère et importance sous le terme de pédophilie, ce qui empêche toute discussion raisonnée sur le sujet. Par exemple, quel rapport entre un père qui viole sa petite fille de 4 ans et un professeur qui se masturbe avec un jeune garçon de 12 ans aguicheur qui a provoqué sciemment la situation ?

-

Je me souviens d’une scène, sur une plage totalement déserte en Normandie, où un garçon d’environ 10 ans — j’en avais 28 — est venu à une trentaine de mètres de moi, a oté son maillot de bain et son t-shirt, et s’est couché nu sur le dos, son sexe sans poils exhibant une érection d’une taille assez remarquable. Il me regardait en souriant, comme suppliant. L’invitation n’aurait pu être plus claire. C’était fort embarrassant, et c’était moi qui me sentais comme agressé sexuellement. Je ne savais comment réagir si ce n’est la fuite. Mais tout fut rapidement résolu par des personnes arrivant au loin, à environ 150 mètres… L’enfant s’est rhabillé illico en les voyant, avec un dépit évident. C’était ses parents.

Je me souviens d’une autre scène. J’avais 12 ans, c’était en février, j’étais seul dans le compartiment d’un train ramenant notre colonie de ski dans la nuit, rêvassant probablement de ma toute nouvelle Flèche de bronze. Un de ces trains de vacances assemblés de vieux matériels des années 50. Il devait être vers minuit, je ne dormais pas, la porte a coulissé. C’était X, l’un de nos moniteurs.

J’aimais bien X, un homme d’environ 22 ans, court, râblé, poilu, avec un sourire perpétuel, si gentil avec nous, et dont je me sentais si proche. Un jour, à l’heure du goûter, j’étais remonté dans le dortoir désert pour chercher je ne sais quoi. Au fond du grand dortoir d’une trentaine de lits, il y avait une chambre cloisonnée, celle du moniteur, et la grande salle de douche commune.

Bruit d’eau. 17 heures, ce n’est pas l’heure pour prendre une douche… Intrigué, je me dirige vers la salle d’eau. Et là, j’aperçois X, nu, qui se lave. Et je suis stupéfait de tant de beauté, sidéré du spectacle de son sexe si massif, si…

“Ah, tu tombes bien, j’ai oublié ma serviette… Tu veux bien me la chercher ? Elle est sur mon lit dans ma chambre.”

Je me retourne sans un mot, le cœur palpitant à toute vitesse, et vais chercher la serviette. Je reviens, il est à présent de dos, je suis subjugué par ses magnifiques fesses poilues. Je manifeste ma présence, lui tends précipitamment sa serviette et me dirige rapidement vers la sortie, le réfectoire où sont tous mes amis. J’y arrive le souffle court, les tempes proches de l’explosion. Toute l’assemblée chante… “Les portes du pénitencier“…

Badam, badam. Badam, badam. Le train file dans la nuit vers la capitale. X vient s’asseoir en face de moi. Il commence à parler, c’est décousu, mais je suis flatté, il semble me parler en confiance, comme si j’étais l’adulte que j’ai toujours rêvé d’être.

Mais, je ne comprends pas tout le sens de son long monologue. Il semble triste. Il y aurait eu comme un drame, mais il parle à mots couverts. Je n’ose pas poser de question, paraître ne pas comprendre. Je retiens qu’il ne sera pas là l’année prochaine, il a été remercié.

Puis, il me prend les mains. Dans la pénombre, je vois qu’il pleure.

“Il ne faudra pas croire ce qu’on dira de moi, ce n’est pas vrai. Ce sont des mensonges.”

Je suis intérieurement bouleversé, tentant de le dissimuler, mais je ne sais pas ce qu’il se passe. Puis X s’en est allé, j’ai dormi.

Je me souviens avec précision de l’avoir brièvement aperçu dans la cohue sur le quai de la gare. Et, l’année suivante, nous avions une monitrice.

Il m’aura fallu des années pour comprendre, des années pour comprendre enfin le sens de ce que X me disait dans ce compartiment de première classe déchu.

Aujourd’hui, il m’arrive encore de me masturber, dans l’obscurité de ma chambre, 28 ans après, recréant la scène de X sous la douche. Avec le petit regret amer de ce qui ne s’est jamais passé. X fut mon premier désir sexuel, secret. J’avais 12 ans.

Publié par Laurent Gloaguen, le 18 octobre 2007 à 22 h 28.

bon conte!

Écrit par : ---- | 18/10/2007

Ecrit par : Rubrique sports | jeudi, 18 octobre 2007 22:40


Le voila le drame de la journée


Et non, j'ai trouvé pire


Arthur et Cauet se réconcilient

Écrit par : anthony | 18/10/2007

Ecrit par : anthony | jeudi, 18 octobre 2007 22:35

Quoi Cecilia et Laurence sont sur le marché en même temps ?

Va falloir que je prennes un Velib, j'aurais jamais le temps de passer de l'une a l'autre sinon

;-))

Écrit par : Serval | 18/10/2007

Ecrit par : anthony | jeudi, 18 octobre 2007 22:45

" Deux Delistes ont déjeuné ensemble"....toutes les photos..

Écrit par : Closet | 18/10/2007

Arthur et Cauet se réconcilient

Ecrit par : anthony | jeudi, 18 octobre 2007 22:45

QUELLE HORREUR !

Écrit par : Mireille Dumas | 18/10/2007

Ecrit par : ---- | jeudi, 18 octobre 2007 22:45

Ecoeurant, c'est quoi cette merde...A supprimer

Écrit par : agathe | 18/10/2007

Ecrit par : ---- | jeudi, 18 octobre 2007 22:45

Ecoeurant, c'est quoi cette merde...A supprimer

Écrit par : agathe | 18/10/2007

Ecrit par : ---- | jeudi, 18 octobre 2007 22:45

L'apologie de la pedophilie, on aura tout vu

Écrit par : agathe | 18/10/2007

QUELLE HORREUR !

Ecrit par : Mireille Dumas | jeudi, 18 octobre 2007 22:53

En plus, ce sera une exclusivité TF 1 !!!!!

SCANDALEUX !! Encore une news qui fera la une du journal de Pernaud, demain midi !

Écrit par : Mireille Dumas | 18/10/2007

Ecrit par : agathe | jeudi, 18 octobre 2007 22:53

C'est un copié-collé du blog Embruns de Laurent Gloagen

Écrit par : Closet | 18/10/2007

José tu dors ?

Écrit par : agathe | 18/10/2007

Ecrit par : Closet | jeudi, 18 octobre 2007 22:56

Et alors, tu as lu le texte, ce passage , alors c'est bien ?

Écrit par : agathe | 18/10/2007

Ecrit par : ---- | jeudi, 18 octobre 2007 22:45

C'est un extrait du livre de Michel Polac ?

Écrit par : Question | 18/10/2007

Ecrit par : Closet | jeudi, 18 octobre 2007 22:56


Appollinaire aussi...

Écrit par : agathe | 18/10/2007

A mon avis, ce texte n'est pas là par hasard

Écrit par : agathe | 18/10/2007

Ecrit par : agathe | jeudi, 18 octobre 2007 22:57

Oui je l'ai lu et je répond à votre question..ce n'est pas ici qu'il faut débattre mais directement sur son blog...

Écrit par : Closet | 18/10/2007

Ecrit par : Closet | jeudi, 18 octobre 2007 23:00

Je trouve ce texte déguelasse et cela ne m'étonne pas vu de qui il vient.

Écrit par : agathe | 18/10/2007

La pédophilie, mais pourquoi on critique ? C'est pas plus sale qu'autre chose....

Écrit par : agathe | 18/10/2007

Ecrit par : agathe | jeudi, 18 octobre 2007 23:01

je n'attaquerais pas un blogueur sur un autre site que le sien...c'est lâche

Écrit par : Closet | 18/10/2007

Ecrit par : ---- | jeudi, 18 octobre 2007 22:45

C'est un extrait du livre de Michel Polac ? embr

Ecrit par : Question | jeudi, 18 octobre 2007 22:58

embruns.net

Écrit par : ---- | 18/10/2007

Pitoyables

Écrit par : agathe | 18/10/2007

Ecrit par : Closet | jeudi, 18 octobre 2007 23:03

Qu'il y reste et il peut se brosser et toi avec..

Écrit par : agathe | 18/10/2007

Il y a une sacré couche de crasse humaine qui joue de sucroît aux intellos, imbus d'eux et qui dégagent le plus vil de l'espèce humaine.

Écrit par : agathe | 18/10/2007

C'est bien la pub, vous allez attirer du monde, le même que vous...Ca sera bien par centres d'intêrets supérieurs..

Écrit par : agathe | 18/10/2007

A mon avis, ce texte n'est pas là par hasard

Ecrit par : agathe | jeudi, 18 octobre 2007 22:59

j ai lu par mail
je combats celà
vive le conte de fées - un bloggeur influent écrit çà!


e n'attaquerais pas un blogueur sur un autre site que le sien...c'est lâche

Ecrit par : Closet | jeudi, 18 octobre 2007 23:03

tu es une infime merde -

Écrit par : ---- | 18/10/2007

je suis très choqué

Écrit par : ---- | 18/10/2007

Pathètique

Écrit par : agathe | 18/10/2007

Ecrit par : ---- | jeudi, 18 octobre 2007 23:13

Celà me dégoute autant que vous, mais le copie-collé ici je ne comprend pas...pourquoi ne pas juste le signaler...je trouve bizarre votre manière d'opérer...Il faut aller croiser le fer avec Embruns sur son site...et lui cracher son dégout au visage...ici çà n'aura pas la même portée

Écrit par : Closet | 18/10/2007

Infra Rouge sur France2 intéressant " ... "




--- 666 ?

Écrit par : Alexou | 18/10/2007

Une femme soupçonnée de cinq "infanticides"
Actualisé le 18 octobre 2007 : 20h38

Son compagnon a retrouvé cinq cadavres de bébés dans la cave de leur domicile, à Valognes.
LA MACABRE découverte est intervenue mercredi soir dans une résidence sociale de Valognes, à une vingtaine de kilomètres au sud de Cherbourg (Manche). Descendu à la cave aux environs de 17 heures, Luc M., 36 ans, a d’abord été troublé par une odeur pestilentielle. Lorsque, quelques instants plus tard, il a découvert un petit membre humain émergeant d’un sac en plastique, il est remonté questionner sa compagne qui, rapidement, lui aurait avoué avoir été successivement enceinte de cinq bébés dont elle aurait stocké les cadavres entre 1999 et 2006. Alertés en fin de soirée, les gendarmes ont placé les deux concubins en garde à vue.

T'as raison Laflote (la fiote?)
"Lorsque l’on est enfant en France ... on est bercé par des histoires de Princes et de Princesses, par des histoires d’amour merveilleux et indestructible..."

Écrit par : pro-life | 18/10/2007

Ah la fine équipe de la Luzerne, ils sont reconnaissables à leur finesse justement.

Écrit par : agathe | 18/10/2007

Ecrit par : pro-life | jeudi, 18 octobre 2007 23:24

Pat Joy est parmis nous; bon il est temps de quitter les lieux...

Écrit par : Closet | 18/10/2007

Je découvre ton billet un peu tard Laflote, mais je pense que tu peux mieux faire ...

Écrit par : urbain | 18/10/2007

Ecrit par : agathe | jeudi, 18 octobre 2007 23:26

Et oui...Agathe

c'est ainsi que finit la Luzerne...en cons posts ;-))

Écrit par : Serval | 18/10/2007

Ecrit par : Serval | jeudi, 18 octobre 2007 23:31

:-)))))

Écrit par : agathe | 18/10/2007

Ecrit par : Serval | jeudi, 18 octobre 2007 23:31

Griffu ! ;-))))))))))))

Écrit par : Alexou | 18/10/2007

-- 666 ?

Ecrit par : Alexou | jeudi, 18 octobre 2007 23:23

Ah la fine équipe de la Luzerne, ils sont reconnaissables à leur finesse justement.

Ecrit par : agathe | jeudi, 18 octobre 2007 23:26

mythos!

Écrit par : ---- | 18/10/2007

I'm not used to eating luzerne, I smoke it

Écrit par : Pete Doherty | 18/10/2007

Ecrit par : Pete Doherty | jeudi, 18 octobre 2007 23:39

je comprend mieux ton état...moi je prefère le marocco...

;-))

Écrit par : Serval | 18/10/2007

If you want to hang on
You've got to take her on, luzerne
If you want to get down
Down on the ground, luzerne

She don't mind she don't mind
She don't mind....luzerne

If you can't bet to lose
You wana give their moves, luzerne
When your day is down
And you wanna run, luzerne

She don't mind she don't mind
She don't mind....luzerne

If you living is gone
And you wanna ride on, luzerne
Don't forget this fact
You can't get is back, luzerne

She don't mind she don't mind
She don't mind....luzerne

Écrit par : Pete Doherty | 18/10/2007

I'm not used to eating luzerne, I smoke it

Ecrit par : Pete Doherty | jeudi, 18 octobre 2007 23:39

It won't do you no good ...
( It's cheap but don't expect anything )

Écrit par : urbain | 18/10/2007

Hips ---- t' aurais pas un (pré)nom qui va avec ?

Good Night Pete and the Others

Écrit par : Alexou | 18/10/2007

Ecrit par : urbain | jeudi, 18 octobre 2007 23:44

I don't mind
I'm just sad, Deborah Kerr is dead

Écrit par : Pete Doherty | 18/10/2007

J'ai droit à trois mètres d'herbe
C'est peu, mais c'est déjà beaucoup
J'ai droit à ma plante verte
Tout en caoutchouc
Y a rien à dire, j'ai de la verdure
C'est bon pour mes petits poumons
Mais j'ai la passion de la nature
Je rêve de vaches et de moutons

Et quand on s'aime dans la luzerne
Je suis comme un poisson dans l'eau
Au milieu des près
Quand on s'aime dans la luzerne
C'est ma joie, ma vérité de te rouler
Dans l'herbe mouillée

L'amour à la scandinave
Tout nu dans la mer glacée
L'amour en long, l'amour en large
L'amour sur canapé
Chacun ses goûts, chacun sa culture
Tout est mauvais ou tout est bon
Moi j'ai la passion de la nature
Je rêve de vaches et de moutons

Et quand on s'aime dans la luzerne
Je suis comme un poisson dans l'eau
Au milieu des près
Quand on s'aime dans la luzerne
C'est ma joie, ma vérité de te rouler
Dans l'herbe mouillée

Écrit par : Joe Dassin is dead too | 18/10/2007

Ecrit par : Pete Doherty | jeudi, 18 octobre 2007 23:47

Yes but Deborah Harry is living !

;-))

Écrit par : Serval | 18/10/2007

Dans le quartier Hohenzollern
Entre la Sarre et les casernes
Comme les fleurs de la luzerne
Fleurissaient les seins de Lola
Elle avait un cœur d'hirondelle
Sur le canapé du bordel
Je venais m'allonger près d'elle
Dans les hoquets du pianola.

Est-ce ainsi que les hommes vivent
Et leurs baisers au loin les suivent.

Écrit par : Aragon is dead too | 18/10/2007

Ecrit par : Aragon is dead too | jeudi, 18 octobre 2007 23:55

Comme des soleils révolus...

Écrit par : Serval | 19/10/2007

I'll just drink the bottle of wine this French woman offered me today at FNAC Les Halles. For her I signed my name on a copy of "Les Fleurs du mal" (everyone knows by now that Baudelaire is my favorite poet). She was interviewed by France Info later today, she seemed happy.
I'm alive and well
Good night to all of you DEListes

Écrit par : Pete Doherty | 19/10/2007

juste un message perso: @ Pam' : on a fait 66,7%

Écrit par : Mathilde P. | 19/10/2007

Pourquoi est-ce que les femmes préfèrent les méchants ?


Sinon je me souviens que je ne comprenais pas pourquoi ma prof de philo prétendait qu'on ne ment pas aux enfants quand on leur dit que le père Noël existe.
Je ne comprends toujours pas, en revanche maintenant ça ne me gênerait plus de raconter ces fadaises à mes éventuels héritiers : c'est formateur , car on peut leur dire plus tard que c'est un avertissement de ce que l'être humain est prêt à croire n'importe quoi.

Écrit par : Armand | 19/10/2007

Je précise que c'est par pur hasard que je poste en pleine nuit en même temps que Mathilde P. et que ma réflexion sur les femmes qui préféreraient les méchants est par conséquent totalement indépendante de cette occurrence.

Écrit par : Armand | 19/10/2007

celles qui preferent les mechants sont les pires soumises, le degré Z de l'autonomie, et de la pudeur, _suck hanhan dans vos fesses toutes

Écrit par : Neodellandais | 19/10/2007

Ecrit par : Neodellandais | vendredi, 19 octobre 2007 07:00

Entièrement d'accord avec toi.

Écrit par : Laflote | 19/10/2007

Ecrit par : Laflote | vendredi, 19 octobre 2007 09:19


Mon commentaire va t'il passer ? Test.

Si jamais il passe, Désolée Laflote, mais hier matin je t'en avais mis une tartinée (qui a disparu arghhh) avec des liens et tout et tout, mais j'ai des problèmes de flux internet, sur certains sites parfois cela passe d'autres fois non, je change d'opérateur, donc cela risque de secouer pas mal encore pendant quelques jours (pourvu que cela ne soit pas des semaines).

Écrit par : nef | 19/10/2007

@ nef : ben j'ai bien les boulasses de ne pas avoir eu ta tartine que j'aurais dévorée sans nul doute comme une enfant gourmande...

Écrit par : Laflote | 19/10/2007

@laflote

T'inquiéte tu l'auras ta tartine, mais le DEL doit être trop lourd, mon internet n'arrive plus à le digérer;-)))) En plus, comme mes comm passent une fois sur deux, je ne m'emmerde plus avec l'orthographe et tout, comme je dois parfois taper trois ou quatre fois....

Écrit par : nef | 19/10/2007

Ecrit par : nef | vendredi, 19 octobre 2007 12:31

Envoies moi un mail :-)

Écrit par : Laflote | 19/10/2007

Ecrit par : Closet | jeudi, 18 octobre 2007 23:22
je l'ai fait
il l'a supprimé 14h15

Écrit par : --------- | 19/10/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu