Avertir le modérateur

28/10/2007

Comique troupier ou une avancée dans la recherche génétique : "le talent du sans gêne"

Donc voilà, le jeune et sémillant Jean Sarkozy, "fils de" se retire de la troupe censée jouer la pièce "Oscar" dans laquelle il devait avoir pour partenaire mam'zelle Tapie, "fille de".

Bon.

Soit.

Cela évitera au moins le "Molière" de complaisance que l'on aurait pas manqué de lui faire attribuer, rendant ainsi les honneurs à son "César" de père.

Mais la comédie (humaine) n'a pas perdu un acteur. En fait, c'est l'acteur qui change de genre.

Il rentre dans l'équipe de David Martinon, vous savez, ce candidat adoubé par Nicolas Sarkozy pour lui succéder à la mairie de Neuilly, au grand dam des militants UMP locaux d'ailleurs qui, eux, étaient sur le terrain depuis des années et qui voient arriver d'un très mauvais oeil ce parachuté, plus porte voix et portefaix que porte-parole de l'Elysée.

En soi l'information ne parait pas capitale au vu de ce qui nous entoure.

Après tout des fils à papa, jouant avec les cartes de visites du père, cela existe partout hélas, y compris dans le spectacle. Il ne suffit que de voir la destinées des fils Dassault ou Lagardère, entre autre. Ces derniers n'ont jamais créé, mais on leur a permis de prendre la relève en gestionnaires..."avisés",  dirons nous...

Mais rares sont ceux dont on retrouve le scooter grace à une recherche ADN (un prémice sans doute...), rares sont ceux qui entament une dynastie politique sur leur nom imposé plutôt que sur leur prénom reconnu et rares sont ceux dont l'ombre se confond avec la statue du Commandeur.

C'est ainsi que l'on constitue sa tribu, son groupe, sa troupe... sans doute.

C'est le temps de la rupture, parait-il.

Probablement.

Celui de la rupture avec les valeurs de la République et celui du retour à la monarchie sous couvert de République. Le triomphe du spectacle. Pompier, de surcroît.

Ceci étant écrit, on peut se demander si "nous" avons, un jour seulement, quitté si ce n'est le régime monarchique, du moins l'état d'esprit qui l'accompagne ?

 

Collectif DEL
sur un billet de Serval

Commentaires

Jean aka mosey aka scooter-man qui s'en tape des autres, rejoint papa...
Rédemption, soumission ou naturel ordre des choses...

Écrit par : skalpa | 28/10/2007

Pour Dassault, c'est faux...

Écrit par : toto | 28/10/2007

Ecrit par : toto | dimanche, 28 octobre 2007 14:11

Cela signifie-t-il que pour "l'autre" c'est vrai ? :-}

Écrit par : Laflote | 28/10/2007

Monarchie ou empire?
J'ai entendu sur France-inter ce matin qu'un débat (que je qualifierais de "surréaliste " si ça ne galvaudait pas le nom d'un mouvement important) était lancé pour la reconstruction du Palais des Tuileries.
Outre le ridicule (prétendre reconstruire à l'identique un bâtiment du XVIIème, c'est Disneyland), et le coût de l'opération,la symbolique est lourde: le siège des deux Empires...

Écrit par : valdo lydeker | 28/10/2007

Puisqu'il n'a manifestement pas le droit d'être acteur -avant même de monter sur les planches, il lui est déjà fait procès d'un plus qu'hypothétique Molière et que sais-je encore...- que veux-tu qu'il fasse d'autre que de la politique puisque manifestement, puisqu'il est le "fils de", il est à tes yeux et totalement a priori en tous points détestable, et forcément incompétent en tout. C'est d'une bétise!

Que je sache, personne ne pousse des cris d'orfraies au fait que le scooter de Thomas Hollande a été cherché (mais pas trouvé) avec strictement le moindre procédé, ni quand il prend la chefferie de la e-campagne de sa mère avec les moyens que met totalement à disposition son père.

ça doit être drôlement difficile d'avoir le même nom que son père avec des gens qui commentent les choses avec autant de finesse et de discernement.

Écrit par : Mathilde P. | 28/10/2007

les privilèges, les grands travaux, les caprices princiers...

en 1789 ça n'a guère porté chance à ceux qui se croyaient invincibles et nés d'une cuisse divine.

et ces crétins de socialistes qui se débinent comme des pleutres.

là où je suis atterrée, c'est de voir que personne, côté gauche, ne soit déjà en train de reconstruire activement.

parce que si la situation explose avant qu'il n'y ait une opposition capable, structurée, on peut craindre le pire: répression sauvage, le Sarkubu est nerveux, voir la façon dont il a planté là la journaliste de CBS, après avoir traité son directeur de cabinet d'imbécile, chaos.
et qui en paiera immédiatement les frais? les plus démunis, les exclus, les pauvres, ceux qui ne sauront pas se défendre, ou que l'on désignera comme boucs émissaires.

sans compter qu'en période de peur la délation fonctionne très bien.

Écrit par : céleste | 28/10/2007

A propos du "Nom de de Sarkozy" ( la seule chose qui à mon point dev ue débouche sur un débat de quelque intérêt dans le billet du jour)
et comme vous n'avez sans doute pas encore eu l'opportunité ( contrairement à Valdo) de vous procurer le "circonstances 4" de Badiou , un petit "résumé" pour vous prouver que "rien n'est perdu" et que certains commencent à se poser les bonnes questions, et proposer des réponses plus stimulantes que le calimérisme dépité ambiant :

"Mais, clairement, il tient à dire ceci aussi : même l’élection de Sarkozy au poste de président de la République, pour inquiétante ou décourageante qu’elle soit, n’est pas de taille à permettre qu’on dise que quelque chose s’est passé, a fortiori qu’un événement est survenu. « Oui, continue-t-il, je pense que Sarkozy à lui seul ne saurait vous déprimer. Donc, ce qui vous déprime, c’est ce dont Sarkozy est le nom. Voilà de quoi nous retenir : la venue de ce dont Sarkozy est le nom, vous la ressentez comme un coup que cette chose vous porte, la chose probablement immonde dont le petit Sarkozy est le serviteur. »
De quoi Sarkozy est-il le nom ? De quoi tire-t-il son nom ? C’est la question que pose ce livre et à laquelle il répond longuement. Resituant celle-ci dans le courant récent et actuel de la politique européenne et mondiale – un courant puissamment « réactif » comme le dit Badiou. Mais resituant également celle-ci dans une plus vaste périodisation historique, dont le fil conducteur est constitué par les avatars de ce qu’il appelle « l’hypothèse communiste ». Cette hypothèse ne peut-elle plus être faite ? Autrement dit, la faillite éclatante des divers régimes qui s’en sont recommandés (recommandation trompeuse à l’excès) est-elle de nature à faire qu’on ne puisse plus aucunement former le dessein d’une autre forme politique possible pour la démocratie ? Non, répond ici Alain Badiou une nouvelle fois : non seulement elle peut être faite, mais elle le doit.

Et le rejeton du conducator on s'en contrefout !

Écrit par : urbain | 28/10/2007

je suis d'accord avec Mathilde: c'est de la discrimination ! Mais que fait la Halde ?

Écrit par : om | 28/10/2007

Ecrit par : toto | dimanche, 28 octobre 2007 14:11

Non c'est vrai...Serge est bien le fils de son père Marcel et héritier tardif du groupe; le vénérable Marcel est décédé à 94 ans..


@ Valdo: cette idée n'est pas neuve, j'ai déjà entendu plusieurs débats là dessus..il existe un comité national pour la reconstruction des Tuileries existe et il aurait eu les faveurs de DDDV

// copié-collé

. Une officialisation du projet par l'Etat

Le 6 juin 2006, M. Renaud Donnedieu de Vabres, Ministre de la culture et de la communication, a signé un arrêté portant création auprès de lui d'une Commission d'études de la reconstruction des Tuileries, composé de huit membres et présidée par M. Maurice Druon, de l'Académie Française, ancien Ministre de la culture. En cliquant sur le lien ci-dessous, vous pourrez avoir accès à cet arrêté ministériel tel qu'il a été publié au Journal Officiel du 9 juin 2006. Il s'agit d'une reconnaissance et d'une officialisation de l'initiative prise et portée par l'Académie du Second Empire :

http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnTexteDeJorf?numjo=MCCB0600439A"

Écrit par : Pamela de Barres | 28/10/2007

HS/ un cadal pour Laflote (c'est à toi de créer!):
http://martine.logeek.com/

Écrit par : Mathilde P. | 28/10/2007

Pour en revenir au billet de jour...tentation de procès d'intention car il est "fils de".. Si je comprend il devrait s'abstenir de vivre ses passions ( si passion) du théatre il a, parce qu'il porte le nom de Sarkozy..discrimination envers les "gâtés" par la naissance, et pourquoi; les enfants d'artistes prennent le même chemin que leurs parents, sont ils plus mauvais? Là je pense que le problème est simplement le fait de se nommer "Sarkozy"...le piston existe dans toutes les classes, alors arrêtons de nous focaliser sur les élites..

Écrit par : Pamela de Barres | 28/10/2007

Je la saisis immédiatement! C'est vachement dur d'être blond au milieu de gauchistes!

Écrit par : Mathilde P. | 28/10/2007

Je conteste avec la plus vive émotion l'association, dans le texte du billet, de mon pseudonyme avec le mot "complaisance".

Tiens d'ailleurs, si je n'étais pas mort, j'interviendrais dans le collectif DEL pour demander une rectification ;)))

Signé : J.B.P.

Écrit par : Molière | 28/10/2007

à où je suis atterrée, c'est de voir que personne, côté gauche, ne soit déjà en train de reconstruire activement.

Ecrit par : céleste | dimanche, 28 octobre 2007 14:45

Erreur ... voir le Badiou et le dernier Dufour ( Dany Robert) ... "dans toutes les bonnes librairies", s'ajoutant à Lordon , Noiriel , Surya, etc ...
les livres "lisibles" , qui commencent à nous rendre le réel compréhensible, se multiplient,
la théorie se re-construit sur les décombres de la social démocratie sénile,
les contradictions se révèlent sous la surface lisse du libéralisme global-crétinisant,
les décomplexés vont être de nouveau confrontés à la complexité,
et sous peu 68 a 40 ans ,
un anniversaire à fêter dignement .

Écrit par : urbain | 28/10/2007

Et le rejeton du conducator on s'en contrefout !

Ecrit par : urbain | dimanche, 28 octobre 2007 14:47

Oui, enfin non, ça dépend de comment on pose le problème. La "reproduction", au sens bourdieusien du terme, on ne s'en contrefout pas...ou alors c'est qu'on attend que le poisson pourrisse par la tête, ce qui peut mettre un certain temps.

Écrit par : TDB | 28/10/2007

Ecrit par : Mathilde P. | dimanche, 28 octobre 2007 14:50

Trop forte. :-)
J'ai créé ma première couv de Martine... Voyons si les modérateurs ne la jugent pas trop "hard"... :-}

Écrit par : Laflote | 28/10/2007

Ecrit par : Mathilde P. | dimanche, 28 octobre 2007 14:54

T'es pas une gauchiste!!!!!

Écrit par : Pamela de Barres | 28/10/2007

@Urbain

et bien j'en suis fort aise

et je note (faudra encore que les livres arrivent jusqu'à Bologne)

Badiou est effectivement très intéressant

Écrit par : céleste | 28/10/2007

Ecrit par : Mathilde P. | dimanche, 28 octobre 2007 14:50

HS// j'adôôôôôre Martine achète un congélo//

Écrit par : Pamela de Barres | 28/10/2007

Il me semble que les commentaires (écrit par des commantateurs cela va de soi) faisant état d'une discrimination de la part du collectif dans ce billet ne voient que ce qui arrange leur côté "je défend tout le monde tout le temps parce que je suis bon au fond".

Il y a pléthore de fils de et de fille de qui sont dans le métier, pas seulement celui du spectale. Ceux dont c'est réellement la passion (celle qui est chevillée au corps et dont on ne peut se défaire) de ce qu'ils font ne se laissent pas décourager à la première mise en avant dans les médias de ce qu'ils s'apprêtent à vivre et à faire.

Le jeune Jean Sarkozy a absolument le droit de faire du théâtre... Peut-être même est-il un excellent jeune comédien. Ce qui m'ulcère pour ma part, c'est qu'il a été recruté pour cette pièce (avec la fille de Tapie, ne l'oublions pas) visiblement dans l'intention d'avoir une "affiche" alléchante avec des noms qui sonnent "in the mood of the moment"... Que quelqu'un m'apporte la preuve qu'il a passé un casting et que, réellement, c'était lui et nul autre le meilleur, et je reverrai alors mon point de vue.

Écrit par : Laflote | 28/10/2007

Ecrit par : Pamela de Barres | dimanche, 28 octobre 2007 15:01

Je suis pas blonde non plus!


(15:03 : c'est aussi une de mes préférées)

Écrit par : Mathilde P. | 28/10/2007

Ecrit par : TDB | dimanche, 28 octobre 2007 14:58

Le fait que rejeton fasse du théatre , qu'est-ce que ça a à voir avec la reproduction des rapports de domination ?
Ce qui compte c'est que c'est le fiston d'un pater familais bien placé" et qu'à ce titre naturellement il est favorisé, sans doute dans la logique des "classes étendues" selon les compléments Bourdieusiens à la téhorie marxiste, mais surtout selon le plus simple et le plus élémentaire bon sens !
Mais la belle affaire que voilà,! Quelle "révélation" ! Bourdieu aurait sans doute considéré ça comme un truisme ridicule .
"De mon temps" on appelait ça : enfoncer des portes ouvertes .

Écrit par : urbain | 28/10/2007

Pioutaing, les fôôôtes... :-(

Écrit par : Laflote | 28/10/2007

pardon " pater familias".

Écrit par : urbain | 28/10/2007

Ecrit par : urbain | dimanche, 28 octobre 2007 15:07

Je parlais des fôôôtes dans mon commentaire... C'teuh honte.

Écrit par : Laflote | 28/10/2007

Urbain, modérez vos transports. Vous vous énervez pour rien, c'est pas bon pour le coeur.
Il est clair que je me fous du rejeton de Sarko comme vouzautre.
Je rappelais seulement que notre société ne fonctionne pas moins par castes qu'à l'époque du Bourdieu-Passeron. Maintenant si vous croyez que les élites ne se reproduisent pas, que les réseaux ne remplacent pas aujourd'hui encore la méritocratie républicaine, libre à vous.

Écrit par : TDB | 28/10/2007

Un commentaire avec des fautes = trois commentaires avec des fautes = meilleur classement du blog au nombre de commentaires par billet

Un commentaire relu par son auteur = un commentaire sans faute = meilleur classement du blog au nombre de commentaires intéressants

Écrit par : Mes dix ans | 28/10/2007

Ecrit par : Laflote | dimanche, 28 octobre 2007 15:06

Je trouve juste que les postures et les suspiscions de principe, qui plus est pour des choses qui n'appartiennent absolument pas à ce garçon, qui est peut être hyper talentueux, mais qui a aussi son droit propre à être un mollusque incompétent et un parfait connard, sont totalement contreproductives.
Aucune idée d'un casting ou pas, ça ne me regarde ni ne m'intéresse , si (et c'est fort probable) il n'a été pris que pour son nom (et sa jolie frimoussette) je trouve plutôt triste de faire d'un môme de 20 ans un monstre de foire, comme c'est triste de l'accepter. Maintenant y a un public pour ça, c'est une vision très commerciale du spectacle ou du théâtre et j'imagine aisément qu'on ne lui a pas proposé Phèdre dirigé par Robert Hossein.
Pour finir, pas d'intention particulière de démontrer une (très très très) putative bonté, la seule que j'aie c'est de siester, et je vais m'y employer derechef.

Écrit par : Mathilde P. | 28/10/2007

Ecrit par : TDB | dimanche, 28 octobre 2007 15:16

Je vous renvois le compliment, et mon cœur va (encore) assez bien ( je reviens de deux heures de foot contre des djeun's qui auraient tous pu être mes fils, voire petit fils ...).
Purgez-vous plutôt "de quelques grains d'ellébore", car je n'ai aucunement contesté les thèses de Bourdieu sur la "reproduction", pas plus ce matin que depuis que je prêche sa boone parole sur DEL ( depuis toujours donc).
Je dis simplement que le billet du jour est doublement ridicule et inutile :
d'abord par ce que c'est un truisme affligeant que de "constater" que le fils du président de la républqiue jouit "socialement" de certains avantages dus à la position de son père, et que devant le zinc le plus glauque du café du commerce le plus mal fréquenté , les "fins analystes" de comptoir les plus avinés auraient étét capables d'analyses aussi "pointues",
ensuite par ce que , comme l'a fait justement remarquer Mathilde, on ne voit pas bien "au nom de quoi" ont pourrait s'opposer à la carrière de théatreux du rejeton ( carrière d'ailleurs probablement plus handicapée qu'autre chose par son encombrante généalogie).

Écrit par : urbain | 28/10/2007

Mathilde
tu dors trop
mais
qui (en)dort dine
ça recrute?

Écrit par : om | 28/10/2007

(tectonique d'endormissement)

oupsss les fôôôôtes pardon
oupsss
;] 9

Écrit par : om | 28/10/2007

Urbain, quelle obstination à me prêter les propos de Serval !
Combien de fois devrai-je vous répéter que je me fous du fils de Sarko ?

Écrit par : TDB | 28/10/2007

Ecrit par : Laflote | dimanche, 28 octobre 2007 15:06

Quelle bonté la dedans!!!! je suis en désaccord avec le fait de faire un "procès à Jean Sarkozy" juste parce qu'il est le fils de son père...Bien sur que les producteurs voulaient une affiche, le public serait venu pour voir " le fils du président"...curiosité qui n'a surement rien à voir avec l'amour du théatre..

@ Mathilde et Urbain

+ 1

Écrit par : Pamela de Barres | 28/10/2007

Il me semble que le billet porte beaucoup plus sur le tremplin politique du fils de que sur sa trés virtuelle carrière théâtrale. et là, cela porte un nom: le népotisme. Parce qu'il est omniprésent, doit-on le trouver légitime?

Écrit par : valdo lydeker | 28/10/2007

Ahlala! Molière a eu une crise cardiaque jvous le dit ! Les Tartuffes bourgeois gentilhommes et femmes ! sont légions !
ça cite bourdieu badiou, ça sait pas voir un pigeon.

bonne soirée
l'heure d'hiver va être rude au vu des +1 de certitudes

Écrit par : om | 28/10/2007

Parce qu'il est omniprésent, doit-on le trouver légitime?

Ecrit par : valdo lydeker | dimanche, 28 octobre 2007 15:40

Encore une fois il ne s'agit pas d'approuver mais de trouver des choses un peu plus "nouvelles et intéressantes" à dire et débattre que de "s'émouvoir" de trucs aussi évidents, tristement banals et plus anciens encore que la démocratie .
On n'a pas avancé d'un pouce dans la compréhension ou la critique du Narkozysme quand on a constaté que comme tous ses prédécesseurs ( sauf De Gaulle) l'actuel président favorise ses proches, ou que ses proches sont implicitement favorisés par leur qualité ... de "proches" du président .

Écrit par : urbain | 28/10/2007

Une majorité de français a voté pour un président tout-puissant, qui avait prévenu dès le départ que tout passerait par lui

Son comportement de ces dernières années laissait à penser que ce serait la république des copains ( industriels, people ), peut-etre plus qu'avant ( ce qui relève de l'exploit )

Rien d'étonnant donc à ce que le fils Sarkozy soit propulsé dans l'équipe de Martinon, tout comme le fils de Ségolène était entré dans son équipe ( dans un role qui paraissait assez actif tout de meme )


Ils ne sont qu'à l'image de leurs électeurs ( les français sont adeptes du copinage pour obtenir des emplois ). Nos responsables politiques auraient tort de se priver

Écrit par : anthony | 28/10/2007

Ecrit par : anthony | dimanche, 28 octobre 2007 15:58

+1
Encore une fois (bis repetita placent) :
« Oui, je pense que Sarkozy à lui seul ne saurait vous déprimer. Donc, ce qui vous déprime, c’est ce dont Sarkozy est le nom. Voilà de quoi nous retenir : la venue de ce dont Sarkozy est le nom, vous la ressentez comme un coup que cette chose vous porte, la chose probablement immonde dont le petit Sarkozy est le serviteur. »
De quoi Sarkozy est-il le nom ?
De quoi tire-t-il son nom ?
à nous de le nommer , de le dire et de comprendre comment nous l'avons "fait" (roi).
Consacrant ainsi "le divin marché" comme seule transcendance sociale et politique envisagée désormais .

Écrit par : urbain | 28/10/2007

Je trouve par aiileurs amusant, dans le rapport au père, que le fils d'un type qui méprise autant la culture (autant qu'il la craint) ait envisagé de faire même du trés mauvais théâtre. Que le fils du chantre du "travailler plus" ait opté pour l'intermittence du spectacle... (Ça aurait fait du foin aux ASSEDIC !)
J'aurais voulu être un artiiiiiste...

Écrit par : valdo lydeker | 28/10/2007

Tu joues à quelle place Urbain au foot?

Écrit par : rep ban | 28/10/2007

Ecrit par : rep ban | dimanche, 28 octobre 2007 16:13

défense centrale , milieu si je suis en forme ...
( plus mes jambes de 20 ans ...)

Écrit par : urbain | 28/10/2007

4,5 ou 6 quoi
enfin, c'est ce qu'on disait à mon époque
Piazza, Repellini, Bathenay/Synaeghel en gros
Et Curko derriere

Écrit par : rep ban | 28/10/2007

Ecrit par : urbain | dimanche, 28 octobre 2007 14:58

HS/

TRÈS BIEN DUFOUR !!!!!!
Tu peux me mettre le Badiou de côté ?

HS/

Il me semble que le billet porte beaucoup plus sur le tremplin politique du fils de que sur sa trés virtuelle carrière théâtrale. et là, cela porte un nom: le népotisme. Parce qu'il est omniprésent, doit-on le trouver légitime?
Ecrit par : valdo lydeker | dimanche, 28 octobre 2007 15:40

+1

Ces revirements de carrière juxtaposés sont intéressants.

Au fond ce qui déplaît dans ce billet, c'est que Serval se soit invité à une table de négociations dont la plupart des citoyens lambdas sont exclus depuis longtemps.
Le monde de ceux qui choisissent, décident, acceptent, refusent, font carrière.
Pendant qu'une minorité subit et survit.

Écrit par : nef | 28/10/2007

Ecrit par : rep ban | dimanche, 28 octobre 2007 16:23

Disons Bathenay sans le coup de pied de mule ni le souffle ...

Écrit par : urbain | 28/10/2007

Faut dire que l'affiche Sarkozy/Tapie a de quoi attiser les attaques de toutes sortes, dans la mesure où Bernard Tapie est un homme aussi public et politique, et on se souvient qu'il a rallié Sarkozy pendant la campagne, en qualité d'homme de gauche en plus.
Coup commercial peut-être, mais là c'est hautement trop délicat, à double-tranchant..

Ce renvoi indirect aux liens qui unissent leurs pères, ne manquera pas d'être interprêté comme une non-coïncidence, comme faveur à la cour du Roi et népotisme..

Sans oublier que "Sarkozy" est un nom beaucoup trop connoté, et le fils s'exposant à la lumière sera sûrement une cible facile pour atteindre son père (en tant que président)..
On a vu comment Cécilia était traquée par les papparazis...
J'ai plutôt l'impression que refuser de jouer cette pièce est une façon de se protéger, lui et son père...

D'ailleurs, la fille Lang ou la fille de Villepin ont pu mêner leur carrière artistique malgré leur arbre généalogique ! Pourquoi ? Car Sarkozy donne trop l'impression de favoriser ses proches, ses copains (Laporte, Dati par son ex-femme, etc...sans oublier les innombrables commissions données à des proches...). et son fils et la fille Tapie n'y échapperaient pas...

Le plus à plaindre est bien le fils sarkozy, surtout si l'artistique lui tient vraiment à coeur et qu'il soit obligé de se sacrifier pour ne pas gêner son père...
Ce qui m'intéresse le plus dans cette anedocte, si son soutien à Martinon, laisse entrevoir une possible carrière politique de Jean Sarkozy, mais est-ce par dépit (ne pouvant s'exposer trop artistiquement et médiatiquement) ou par passion de la politique?


Pour lui, en tout cas, c'est une question fondamentale, s'il ne veut pas rater sa vie personnelle...Ce que Cécilia a bien compris, en partant...
A sa place, comme des prince Harry, des Stéphanie de monaco, je payerais cher pour retrouver un anonymat, ma liberté finalement ! Surtout qu'on on possède vraiment la fibre artistique..

Pure interprétation de ma part, mais je le vois comme ça !

Écrit par : Roma | 28/10/2007

nef,
il ne m'en reste qu'un mais je te le mets de coté ( j'en ai commandé pas mal ... c'est , pour moi, un petit livre proprement jouissif. Y'a longtemps que Badiou n'avait été aussi en forme ).

Écrit par : urbain | 28/10/2007

Je trouve par aiileurs amusant, dans le rapport au père, que le fils d'un type qui méprise autant la culture (autant qu'il la craint) ait envisagé de faire même du trés mauvais théâtre.
Ecrit par : valdo lydeker | dimanche, 28 octobre 2007 16:11

Sûr qu'à leur sujet Bourdieu n'aurait pas évoqué la transmission d'un capital culturel.

Écrit par : TDB | 28/10/2007

Ouf, heureusement.

Pendant ce temps là, son père, Nicolas, Vincent Bolloré et le Président camerounais, Paul Biya, continuent de piller le Cameroun.

http://allainjulesblog.blogspot.com/2007/10/biya-bollore-sarkozy-pilleurs-du.html

Écrit par : ALLAIN JULES C@MMUNICATION | 28/10/2007

valdo, TDB,
+1
sauf que
vous oubliez le tropisme du papa vers ... le théatre de Yasmina Reza....

Écrit par : urbain | 28/10/2007

"Surtout QUAND on possède vraiment la fibre artistique.." pardon

Écrit par : Roma | 28/10/2007

Ecrit par : ALLAIN JULES C@MMUNICATION | dimanche, 28 octobre 2007 17:00

Amalgame...

Écrit par : Gaëlle | 28/10/2007

vous oubliez le tropisme du papa vers ... le théatre de Yasmina Reza....

Ecrit par : urbain | dimanche, 28 octobre 2007 17:02

Ou l'inverse : le tropisme de Yasmina vers...le théâtre du pouvoir.

Tout de même je me demande comment elle a pu s'intéresser à ce garçon de bain.

Écrit par : TDB | 28/10/2007

Nicolas Sarkozy, plaidoyer pour la Paix

Editorial de la semaine du 27/10/2007
Par Guy Senbel pour Guysen International News

Vendredi 26 octobre 2007 à 01:01

Cette semaine, nous souhaiterions attirer l’attention de nos lecteurs sur le projet de Forum Méditerranéen présenté mardi 23 octobre au Maroc par le Président français Nicolas Sarkozy. L’enthousiaste appel lancé depuis la ville de Tanger en faveur d’une Union méditerranéenne pour la paix et la coopération entre les cultures et les peuples, invitant les pays concernés à « surmonter leurs différends », n’aura malheureusement pas rencontré l’enthousiasme mérité.

Journaux et magazines auront plutôt marqué leur intérêt pour l’infra-politique, remettant en scène la saga d’un couple présidentiel désuni et dont le divorce attendu rassure plutôt les Français sur la sincérité des rapports humains au plus haut niveau de l’Etat. Tout le monde a compris le drame intime qui les a faits souffrir, en silence ; l’inélégante impudeur des grands titres n’était donc pas nécessaire. Car pour Nicolas Sarkozy, la première dame de France s’appelle République, synonyme de responsabilité et de partage, et de lucidité aussi. Car dans le berceau marin de la civilisation occidentale, « nous gagnerons tout, ou nous perdrons tout ».

La résistance aux fatalismes aura suscité plus de méfiance que d’enthousiasme. Méfiance à Bruxelles où l’on craint un projet qui viendrait faire concurrence avec une coopération inégale et partielle entre l’Union européenne et les pays de la Méditerranée.

Méfiance dans la presse qui a plutôt souligné les fastes d’un accueil royal, moqueuse de la solennité d’un appel, enthousiaste aussi, qui invite les pays méditerranéens à tenir une réunion au sommet en France au mois de juin 2008.

Pessimiste et lassante méfiance de ceux qui ne croient pas que les pays de la Méditerranée pourraient partager le rêve des « pères fondateurs de l’Europe, qui ont fait travailler ensemble des gens qui se haïssaient pour les habituer à ne plus se haïr ». Rêve audacieux mais courageux, rêve de dialogue et de paix.

En témoigne le discours enthousiaste prononcé par Ehoud Olmert lundi 22 octobre devant des Juifs de France rassemblés par le CRIF, quelques heures après sa rencontre avec le Président français : « J’ai rencontré un homme qui est un ami sincère et véritable de l’Etat d’Israël et du peuple juif » a répété le Premier ministre israélien, visiblement encouragé et ému par l’amitié et l’authenticité contenues dans leurs échanges.

Impopulaire en Israël, Ehoud Olmert a pu mesurer sa popularité européenne. Rassurant, il a voulu rappeler que la rencontre d’Annapolis ne sera pas une conférence de paix au sens où le furent Oslo et Camp David, symboles de l’échec israélien à vouloir une paix que les Palestiniens n’étaient pas prêts à appliquer.

Dans son discours réaliste et visionnaire, Nicolas Sarkozy a eu raison d’affirmer son lyrisme pour valoriser « le plus beau et le plus grand idéal humain, au nom de nos enfants qui un jour nous demanderont compte de ce que nous avons fait »…

Trois de nos enfants se demandent en ce moment ce que nous faisons. Ils croupissent dans les geôles du Hamas et du Hezbollah. Ce soir, nous pensons à Guilad Shalit, Eldad Reguev et Ehoud Goldwasser, privés de liberté depuis seize mois. Ce soir, nous pensons à leurs parents, à leurs familles, à leurs amis, privés d’espoir.

Écrit par : Pat Joy - Plaidoyer pour la Paix | 28/10/2007

Des nouvelles de la censure à l'O.R.T.F. :

http://tempsreel.nouvelobs.com/speciales/medias__pouvoirs/20071028.OBS1831/quand_christine_boutin_interdit_au_dal_de_debattre.html

Écrit par : Une colonne à la une | 28/10/2007

Des nouvelles de la censure à l'O.R.T.F.

Ecrit par : Une colonne à la une | dimanche, 28 octobre 2007 17:20


Tant que la star academy continue, les français s'en fichent

Écrit par : Nikas Aliagos | 28/10/2007

Rien de plus banal. Regardez Marie Trintignant, c'est la fille à papa et à maman. Alors...

Écrit par : Pie Paul | 28/10/2007

Ecrit par : Une colonne à la une | dimanche, 28 octobre 2007 17:20

C'est très dans le vent la censure en ce moment !

http://www.bakchich.info/article1819.html

Écrit par : Roma | 28/10/2007

"... le fils d'un type qui méprise autant la culture..."
Ecrit par : valdo lydeker | dimanche, 28 octobre 2007 16:11

Au contraire, il adore la culture: Mireille Mathieu, Enrico Macias, Barbelivien, Doc Gyneco, Bigard, Christian Clavier, etc... Je ne sais pas ce qu'il vous faut !!

Ah oui... j'oubliais pour vous la culture populaire ce n'est pas de la culture. J'oubliais que vous la gauche vous avez le mépris du peuple.

Il vous le rend bien.

Écrit par : monsieur Bitru | 28/10/2007

Bonjour,

Cette histoire n'est que la suite logique de ce qui s'annonçait déjà en août et que je signalais sur le DEL (23.08.07):

"Hier par exemple dans Le Parisien, on a eu droit à la rubrique spectacle, à une photo d'un des fils de Sarko à propos d'un article sur Jean Laurent Cochet :

"Il coache Jean Sarkozy.

DEPUIS QUARANTE ANS, Jean-Laurent Cochet donne la possibilité à tous, étudiants, concierges, ouvriers ou fils de président, de monter sur une scène pour y travailler un texte. « J'ai des gens merveilleux dans mon cours actuellement. Parmi eux, il y a le deuxième fils de Nicolas Sarkozy, Jean. "
Le Parisien 23 08 2007

Nous sommes en plein spectaculaire. Mais tant qu'on ne parle QUE de ça, les saloperies continuent d'être mise en place en scéance de nuit et appliquées au grand jour sans que grand monde puisse effectivement faire grand cose d'efficace. L'émotion est grande mais la clique sarkozyste casse tout sur son passage.


Néanmoins, au sujet des "fils et filles de", on pourra lire avec intérêt :

"Les FFD, la france aux mains des fils et filles de"
de Frédéric Teulon
aux Editions Bourin - 260 p - 20 euros

Ce que dit l'auteur ci dessous me semble particulièrement juste :

"Je ne doute pas que certains "Fils et filles de" aient du talent. La question est juste de savoir s'il reste de la place pour les autres"
Frédéric Teulon dans Le Parisien du 14 avril 2005

Un petit jeu maintenant pour Pamela de Barres :
"les enfants d'artistes [qui]prennent le même chemin que leurs parents, sont ils plus mauvais? "

Alors, trouvez les passionnés et les bons dans la liste des fils et filles de qui font le même métier que leurs parents, dispo et comlétable là:
http://www.echolalie.org/wiki/index.php?ListeDeFilsEtDeFillesQuiFontLeMemeMetierQueLeurPereOuLeurMere
Curieusement, il y en a plus qu'on croirait a priori.

Mais n'oublions pas les priorités.

Chez les Sarkozy, c'est Nicolas!
Pas Jean, pas Cecilia.

C'est plutôt, et entre autres, la trahison européenne qui est mise en place avec la complicité active des larves du PS pour l'adoption sans référendum du traité simplifié qui conserve les dispositions les plus scandaleuses et anti démocratiques du projet de constitution europeenne.

Réveil !

Zgur

Écrit par : Zgur | 28/10/2007

En "fille de" desastreuse, il y a aussi Martine Aubry et ses 35 heures!

Écrit par : Pat Joy | 28/10/2007

Signe de renouveau et de bonne santé du DEL : les trolls et les ravis, les beaufs et autres décomplexés sont de retour .

Écrit par : urbain | 28/10/2007

Ecrit par : urbain | dimanche, 28 octobre 2007 17:45

Still, don't feed them!

Écrit par : valdo lydeker | 28/10/2007

Ecrit par : urbain | dimanche, 28 octobre 2007 17:45

Quant aux socialos-communistes qui prennent leur ordre de Moscou, de Pekin, de Pyongyang et de Caracas , ils sont toujours la. Hélas...

Écrit par : Pat Joy | 28/10/2007

Ecrit par : Pat Joy | dimanche, 28 octobre 2007 17:56

Tu oublies Tirana, La Havane, Berlin-est, Hanoï, Varsovie, Prague et quelques autres ...

Écrit par : urbain | 28/10/2007

D'après un sondage pour Globaleuromètre, l'image de la France auprès des européens s'est FORTEMENT dégradée après l'élection de Nicolas Sarkozy pour 91% des personnes interrogées

Il est écrit que sans les sondés français, le résultat serait plus élevé...

Écrit par : anthony | 28/10/2007

Still, don't feed them!
Ecrit par : valdo lydeker | dimanche, 28 octobre 2007 17:55

Pourquoi en étranger?

Écrit par : monsieur Bitru | 28/10/2007

Ecrit par : urbain | dimanche, 28 octobre 2007 18:05

Le Jakharta suhartiste (eh si!)

Écrit par : Mathilde P. | 28/10/2007

Ecrit par : monsieur Bitru | dimanche, 28 octobre 2007 18:08

Pour info : c'est de l'anglais .
(au passage je pense utile de te faire remarquer que " l'étranger " ... c'est assez connoté dans un tel contexte ) .

Écrit par : urbain | 28/10/2007

Quant aux socialos-communistes qui prennent leur ordre de Moscou, de Pekin, de Pyongyang et de Caracas , ils sont toujours la. Hélas...
Ecrit par : Pat Joy | dimanche, 28 octobre 2007 17:56

Tu plaisantes, à Moscou et à Pékin les cocos au pouvoir sont 100 fois plus libéraux que les derniers des staliniens français.
C'est d'ailleurs le triste privilège -si j'ose dire - de la France de détenir encore quelques spécimens de cette aberration de la nature;-)

Écrit par : monsieur Bitru | 28/10/2007

Je sens que notre Bitru, entre le "parler étranger" et les "aberrations de la nature" , ne va pas tarder à nous proposer des solutions "radicales" pour mettre un terme à ces désordres .
( apparemment il n'a pas remarqué , pas plus que le ravi, que les "cocos" ne sont plus au pouvoir à Moscou et que l'URSS n'existe plus ...)

Écrit par : urbain | 28/10/2007

C'était de l'humour Urbain.
Il est vrai que si je ne mets pas de smiley, tu ne peux pas savoir, hein?

C'est normal.

Parcequ'un mec de droite, çà ne peut pas avoir d'humour, c'est bien connu... surtout à gauche.

Écrit par : monsieur Bitru | 28/10/2007

Quant aux socialos-communistes qui prennent leur ordre de Moscou, de Pekin, de Pyongyang et de Caracas , ils sont toujours la. Hélas...

Ecrit par : Pat Joy | dimanche, 28 octobre 2007 17:56
###############

Ah ! Ces sacrés bolcheviks avec leur couteau entre les dents !!!

Décidémment les poncifs ont la vie dure...

Heureusement que la (Pat) Joy et la bonne humeur règnent ici ! Ma foi, mieux vaut en rire qu'en pleurer !

Écrit par : "cui cui" fit l'oiseau | 28/10/2007

C'est très troublant de voir comment notre Bitru corrobore , pratiquement mot à mot, un chapitre du dernier Badiou intitulé : "le Pétainisme comme transcendental le France " ( de Sarkozy ).
C'est de l'humour Bitru, sans smiley, mais avec une claire appréhension de tout ce que charrient tes "bons mots" ( sans même que tu t'en aperçoives) .

Écrit par : urbain | 28/10/2007

Ecrit par : Roma | dimanche, 28 octobre 2007 17:35

de l'autocensure comme beaucoup de rédactions la pratique

Écrit par : Pamela de Barres | 28/10/2007

Les solutions "radicales" pour mettre un terme à ces désordres sont à l'oeuvre, t'inquiète.
C'est Sarkozy qui s'en charge, et plutôt bien, même si je le trouve un peu trop prudent par moment.
Mais je lui fais confiance, il sait à quoi il a à faire.

Écrit par : monsieur Bitru | 28/10/2007

pardon : "le Pétainisme comme transcendental de la France " ( de Sarkozy ).

à part ça , je suis ravi de voir qu'on reprend le "débat" ...

Écrit par : urbain | 28/10/2007

Chouette, la modération -à priori- a disparu.

Écrit par : Salam93 | 28/10/2007

Zut, j'ai rien à dire.

Écrit par : Salam93 | 28/10/2007

Badiou? Je ne connais pas ce comique.
Il a l'air drôle, on peut le voir quelque part?

Écrit par : monsieur Bitru | 28/10/2007

Génial ce Bitru , vraiment c'est du mot pour mot, et d'autant plus magnifiquement démonstratif que manifestement spontané .
( je te recommande la lecture du chapitre précédemment cité) .

Écrit par : urbain | 28/10/2007

C'est qui la journaliste à Riposte sur la 5 actuellement ? Incroyable comme porte parole du gouvernement. Une honte pour la profession.
Le "pouvoir de nuisance" c'est la grève. Dixit.

Écrit par : Ajamais | 28/10/2007

Badiou? Je ne connais pas ce comique.
Il a l'air drôle, on peut le voir quelque part?

Ecrit par : monsieur Bitru | dimanche, 28 octobre 2007 18:29

Son dernier bouquin est en effet assez marrant, à défaut de le voir ( ce qui est également assez facile) tu peux donc le lire ( c'est pas cher , ça vient de sortir) et tu seras frappé de t'y reconnaître "hurlant de vérité" .

Écrit par : urbain | 28/10/2007

Heureusement il y a Bernard Maris ! ça compense !

Écrit par : Ajamais | 28/10/2007

valdo,
fascinante cette illustration "en direct" du chapitre VI ...
( les autres vous n'avez qu'à vous procurer le bouquin)
mathilde : CQFD.

Écrit par : urbain | 28/10/2007

Véronique Grousset, c'est la journaliste.

Écrit par : Ajamais | 28/10/2007

Elle travaille au Figaro. Tout s'explique !

Écrit par : Ajamais | 28/10/2007

@ Urbain

Un extrait du dernier sketche de Badiou. Tu as raison il est désopilant!!

"Selon Alain Badiou, l'Etat d'Israël est décrit comme un Etat antisémite, le film 'Shoah' de Claude Lanzmann devient un film nazi, le véritable juif est celui qui rompt avec ce nom, le vrai juif c'est le Palestinien, c'est Saint-Paul, c'est Badiou lui-même, etc..."

(court extrait du livre de Eric Marty, un autre rigolo non?)

Écrit par : monsieur Bitru | 28/10/2007

Parcequ'un mec de droite, çà ne peut pas avoir d'humour, c'est bien connu... surtout à gauche.

Ecrit par : monsieur Bitru | dimanche, 28 octobre 2007 18:21
###########

Mais si Bitru, un mec de droite peut avoir de l'humour !!!

Mais toujours de l'humour involontaire...

Ce qui le caractérise de l'homme de gauche qui n'a comme forme d'humour que dérision, puisqu'il n'a jamais le pouvoir !

Écrit par : "cui cui" fit l'oiseau | 28/10/2007

Ecrit par : monsieur Bitru | dimanche, 28 octobre 2007 18:29

C'est un des rares philosophes mao a ne pas renier son engagement en faveur du totalitarisme communiste. Egalement un nostalgique du régime des Khmers Rouges.

Dans ces conditions on peut difficilement s'étonner qu'il fasse figure d'autorité intellectuelle et morale pour la gauche française!

Écrit par : Pat Joy | 28/10/2007

Badiou? Je ne connais pas ce comique.
Il a l'air drôle, on peut le voir quelque part?
Ecrit par : monsieur Bitru | dimanche, 28 octobre 2007 18:29


Quel étourdi je fais! J'ai encore oublié de mettre le smiley ...et toi tu pars au quart de tour au premier degré. Grrr...que je m'en veux.

Écrit par : monsieur Bitru | 28/10/2007

Ecrit par : monsieur Bitru | dimanche, 28 octobre 2007 18:37

C'est pas un sketch de Badiou comme tu le fais observer toi-même , mais d'un autre qui en parle ( procédé assez stalinien soit dit en passant ) tu ne serais pas aussi un petit peu stalinien par hasard ?

Écrit par : urbain | 28/10/2007

Ecrit par : monsieur Bitru | dimanche, 28 octobre 2007 18:37

Dans la plus pure tradition de l'antisémitisme chrétien.
Consternant en effet...

Écrit par : Pat Joy | 28/10/2007

Voila ces pauvres français renier ce que leur offre leur pays de plus beau profond etc badiou notemment (ce qui ne signifie pas l'absence de critiques)
pourquoi ?
Pour confirmer leurs préjugés. C'est tout.
C'est tout ?
oui. C'est tout !

Écrit par : om | 28/10/2007

Badiou "philosophe mao", le ravi a décidé de se surpasser ce soir !
( bon il croit encore que les communistes sont au pouvoir à Moscou ... la suite est donc assez cohérente)
et la "philosophie mao" , je sais pas trop ce que c'est, mais quoique ce soit j'ai pas vraiment l'impression qu'elle ait beaucoup "d'autorité" sur la gauche française
( dois-je mettre un smiley ?)

Écrit par : urbain | 28/10/2007

Ce qui le caractérise de l'homme de gauche qui n'a comme forme d'humour que dérision, puisqu'il n'a jamais le pouvoir !
Ecrit par : "cui cui" fit l'oiseau | dimanche, 28 octobre 2007 18:37


Cui-cui, fais gaffe, tu es en train de virer à droite avec ton humour involontaire !!!

"...PUISQU'IL N'A JAMAIS LE POUVOIR!"

Sans rire? Tu es né de la dernière pluie, petit volatile (dans tous les sens du terme si tu vois ce que je veux dire)?

Écrit par : monsieur Bitru | 28/10/2007

Ecrit par : urbain | dimanche, 28 octobre 2007 18:43

##########

Tiens ! un petit aparté pour te dire mon cher Urbain, que bien qu'ayant une vision totalement différente de toi, je t'apprécie et t'estime.
Je tenais à le dire, comme l'occasion se présente en ce moment, je le dis comme ça...

C'est un aller simple. Le retour est inutile... Pas de lolisme transversal sur ce blog !!!

Je ne le supporterai pas !!!

Écrit par : "cui cui" fit l'oiseau | 28/10/2007

Il me semble que le billet porte beaucoup plus sur le tremplin politique du fils de que sur sa trés virtuelle carrière théâtrale. et là, cela porte un nom: le népotisme. Parce qu'il est omniprésent, doit-on le trouver légitime?

Ecrit par : valdo lydeker | dimanche, 28 octobre 2007 15:40

Au fond ce qui déplaît dans ce billet, c'est que Serval se soit invité à une table de négociations dont la plupart des citoyens lambdas sont exclus depuis longtemps.
Le monde de ceux qui choisissent, décident, acceptent, refusent, font carrière.
Pendant qu'une minorité subit et survit.

Ecrit par : nef | dimanche, 28 octobre 2007 16:31


Oui, c'est aussi mon sentiment. Je présume que nef a voulu dire majorité plutôt que minorité.

Le papier de Serval témoigne de l'existence d'un monde pour la Nomenklatura, qui est le monde accompli dont les discours volontaristes ne cessent de dessiner les plans, de montrer le chemin au plus grand nombre sans indiquer pour autant l'accès.

Rien de neuf sous le soleil, pourrait-on dire une fois de plus. Le hic est que ce monde qui est présenté à portée de main de chacun pour peu qu'il veuille se donner la peine de s'en saisir, à travers le viatique que constitue le travail, est devenu depuis peu une véritable injonction à faire alors que, bien évidemment, il ne cesse de se dérober. Sauf pour quelques-uns. Le fils Sarko peut ainsi "choisir" entre monter sur les planches...oh et puis non... ou bien embrasser un parcours politique...oh et puis on verra bien... La place est là qui attend son candidat. Reste pour lui à faire ses preuves.

Un rêve pour beaucoup qui n'ont pas eu la chance de naître là où il fallait.

Le texte de Serval dit ceci, entre autres, que nous n'avons fait aucun progrès significatif dans l'égalité des chances, dans les conditions d'accès aux emplois, dans le déroulé de carrières.

Ce texte est moins purement informationnel qu'éminemment politique. Il pointe une carence, une démission collective, l'appropriation des richesses produites, entretenues, rendues disponibles par le travail de tous à quelques privilégiés, qui eux seuls n'ont qu'à se donner la peine de se lever et de marcher pour accéder aux places de podium qui les attendent. A eux ensuite de ne pas se casser la figure. Mais c'est bien le moins que l'on peut attendre d'eux lorsque le tapis rouge a été déployé devant eux.

Quoique. Lagardère fils s'est planté s'agissant d'Airbus. Il a gagné beaucoup d'argent . Il est toujours là et décidé à y demeurer. Personne ne peut l'en empêcher. Pendant ce temps 10 000 emplois seront supprimés dans la même entreprise qu'il va continuer à diriger.

Il y a bien deux poids, deux mesures.

Écrit par : off | 28/10/2007

tu ne serais pas aussi un petit peu stalinien par hasard ?
Ecrit par : urbain | dimanche, 28 octobre 2007 18:43

Excuse-moi Urbain, mais j'ai passé l'âge du "C'est celui qui le dit qui y est, na!".
Trouve autre chose, quelqu'un de cultivé comme toi devrait y parvenir aisément ;-)

Cette foi-ci je n'ai pas oublié le smiley :(

Écrit par : monsieur Bitru | 28/10/2007

Foin de ces choses entre nous cui-cui, tournons ensemble notre fer contre les néo-pétainistes et les simples d'esprit ( souvent les mêmes) qui ont eu le front de venir polluer notre bel espace de délibération de leurs saillies aux remugles nauséabonds.
ça évitera à José de devoir sortir la bombe de Fly-Tox.

Écrit par : urbain | 28/10/2007

Ecrit par : monsieur Bitru | dimanche, 28 octobre 2007 18:50

Ah bon, M'sieur Bitru ?

La gauche a déjà eu le pouvoir ? Quand, où, comment ? Ah oui en 1936 !!! C'est vrai !

Et ne me faites pas rire en citant Mitterrand, hein ?

Au fait, M'sieur Bitru mon humour était dérisoire, prédemment, cela aurait il échappé à votre sagacité ???

Écrit par : "cui cui" fit l'oiseau | 28/10/2007

Ecrit par : monsieur Bitru | dimanche, 28 octobre 2007 18:56

Bitru fatigue ( il atteint de le degré rhétorique zéro) ,
cui-cui , à toi l'estocade .

Écrit par : urbain | 28/10/2007

Pendant ce temps 10 000 emplois seront supprimés dans la même entreprise qu'il (Arnaud Lagardère) va continuer à diriger.
Ecrit par : off | dimanche, 28 octobre 2007 18:54

Il n'y a personne ici pour dire à Off que Arnaud Lagardère n'est que le plus gros actionnaire privé d'EADS et qu'il NE DIRIGE PAS Airbus qui n'est que sa filiale.
La gauche ne comprendra donc jamais RIEN à l'économie.

Ce n'est pas en se contentant d'à-peu-près qu'on peut élaborer une pensée pertinente.

Mais pour çà demandez plutôt à Urbain ;-))))

Écrit par : monsieur Bitru | 28/10/2007

Mitrand a nationalise les banques et l'industrie francaise, a fait vote les 35 heures et la 5eme semaine de conges payes.
Et c'est pas encore suffisant pour qualifier ces mesures de gauche?

On a vraiment affaire a des fossiles bolchéviques ici!

Écrit par : Pat Joy | 28/10/2007

les 39 heures!

Écrit par : Pat Joy | 28/10/2007

petit complément (cultivé) : utiliser une "citation" d'un auteur pour juger de ce que pourrait avoir écrit un autre ( qu'il s'agit ainsi, supposément, de disqualifier) , c'est très caractéristique des méthodes staliniennes.
Autre complément (toujours "cultivé") : le reste des postures "comiques" de Bitru oscille entre le Penisme "à l'ancienne" ( celui du "détail" par exemple) et le pétainisme le plus franchouillard et décomplexé, très en vogue ces derniers temps.
Il y a du Destouches dans cet homme là, le style et la rouerie en moins ( culture quand tu nous tiens ...) , plutôt Brasillach donc .
Pour l'économie et l'actualité il semble qu'il ait aussi quelques lacunes par ce qu'il ne semble pas avoir noté que la cob ( pas vraiment de gauche et a priori pas vraiment totalement ignorante des problèmes économiques et boursiers) , contredit ses sottes affirmations, ainsi d'ailleurs que les différentes commissions qui ont été récemment nommées , pas davantage de gauche et semble-t-il pas moins "autorisées" en matière économique que notre inénarrable Bitru (le parfaitement autoproclamé) .
pas de smiley.

Écrit par : urbain | 28/10/2007

Et ne me faites pas rire en citant Mitterrand, hein ?
Ecrit par : "cui cui" fit l'oiseau | dimanche, 28 octobre 2007 18:56


Tu sais que tu es drôle quand tu (ne) veux (pas). Sarkozyste va.


Urbain tu me parais en toute petite forme ce soir. Tu as mal vendu Harry Potter?
Ne compte pas sur cui-cui, il me parait encore plus mal en point
que toi !

Bon allez je ne vous taquine plus, vous n'êtes même pas drôle.

A+

Écrit par : monsieur Bitru | 28/10/2007

Ecrit par : urbain | dimanche, 28 octobre 2007 18:56

Foin de vous décevoir, mon cher Urbain, j'ai perdu depuis bien longtemps cette faculté naïve de pouvoir croire qu'on pouvait changer les teckels en pittbulls, les caniches en lions, et les corbeaux en paons...

Laissons donc la basse-cour caqueter JOYeusement ! La volaille nous préviendra quand elle aura pondu un oeuf, ce qui n'est pas demain la veille...

Ne perdons pas de temps à démonter de vaseux et éculés lieux communs, contentons nous de préparer la casserole pour déguster dans peu de temps ce JOYeux volatile lorsqu'il aura perdu ses plumes... Ce qui ne saurait tarder.

Écrit par : "cui cui" fit l'oiseau | 28/10/2007

Bjr tt le monde,
Pas lu les commentaires mais en vieillissant le "c'est celui qui le dit qui y est" sonne de + en + juste à mes oreilles. réfléchissez-y Monsieur Bitru.

Écrit par : form-mol | 28/10/2007

Ecrit par : monsieur Bitru | dimanche, 28 octobre 2007 19:05

Pardon mais ça ne change rien au fond. Réflechissez un peu avant d'invectiver.

Écrit par : off | 28/10/2007

Cui-cui,
il ne s'agit pas de les changer ( projet parfaitement inutile et vain en effet) mais de "croiser le fer" avec cette canaille ( je ne parle par du ravi qui est plutôt comme on disait jadis un "innocent" , et qui semble tenir à nous en apporter la démonstration répétitive).
L'autre semble plus profondément malfaisant .

Écrit par : urbain | 28/10/2007

Merci Serval pour ce billet que j'apprécie.

Le pas de deux ressemble à celui exécuté par les hippopotames en tutu dans Fantasia. Les talents des enfants prodiges offrent une affiche raccoleuse. Des spectacles "montés" qui surfent sur un moment politique clé. Une association de malfaiteurs dont le fils prodige prolonge le pas de danse par un entrechat qui le transporte à la Mairie de Neuilly, Martinon est chargé du port du petit rat avant de lui laisser la scène principale. De l'Opéra du Grand.

Pauvre enfant, critiqué pour son nom sans avoir fait ses preuves, la vie est dure pour lui, tiens, je vais aller pleurer sur son sort...

Écrit par : agathe | 28/10/2007

Ecrit par : agathe | dimanche, 28 octobre 2007 19:23

On t'en demande pas tant !

Écrit par : urbain | 28/10/2007

Ecrit par : form-mol | dimanche, 28 octobre 2007 19:21

Bonsoir, quel plaisir de te re-lire, cela faisait longtemps !

Écrit par : agathe | 28/10/2007

Ecrit par : agathe | dimanche, 28 octobre 2007 19:23

agathe et le sens de l'image qui fait mouche...

Écrit par : off | 28/10/2007

Ecrit par : urbain | dimanche, 28 octobre 2007 19:24

J'ai cru lire ... La décomplexion atteint des sommets, les veuves et opprimés changent de camp sans que l'on s'en aperçoive, virage dangereux, il manque le panneau !

Écrit par : agathe | 28/10/2007

Ecrit par : agathe | dimanche, 28 octobre 2007 19:26

??

Écrit par : urbain | 28/10/2007

Ecrit par : off | dimanche, 28 octobre 2007 19:25

La danse, c'est mon dada ...

Écrit par : agathe | 28/10/2007

Ecrit par : urbain | dimanche, 28 octobre 2007 19:22

N'était ce pas le même, en vérité ?

Ces pauvres gens ne voient pas que le monde change et que leur idole est emportée par le courant, comme nous tous, d'ailleurs.

Le problème est que pour eux, c'est une véritable catastrophe : ils ne savent pas nager ! Leur monde n'existe déjà plus ! Ils sont déjà engloutis !

Admettez, Urbain qu'ils ont de quoi être terrifiés, non ?

Écrit par : "cui cui" fit l'oiseau | 28/10/2007

- "La volaille nous préviendra quand elle aura pondu un oeuf, ce qui n'est pas demain la veille..."

- "...contentons nous de préparer la casserole pour déguster dans peu de temps ce JOYeux volatile lorsqu'il aura perdu ses plumes..."


Désolé Cui-cui, j'ai du mal à suivre votre raisonnement car, jusqu'à preuve du contraire, le seul volatile c'est vous!
Bitru à au moins raison dans ce sens que vous paraissez confus et fatigué.
Au plaisir de vous lire.

Écrit par : Henriette (du Mans) | 28/10/2007

Ecrit par : urbain | dimanche, 28 octobre 2007 19:27

Je te soupçonne de ne pas avoir lu tous les commentaires, j'ai relu le fil et le péril rouge s'abattait sur le pauvre Jean....

Écrit par : agathe | 28/10/2007

La danse, c'est mon dada ...

Ecrit par : agathe | dimanche, 28 octobre 2007 19:28

Bartabas...

Écrit par : off | 28/10/2007

@ agathe | dimanche, 28 octobre 2007 19:24
:)))
cure de sevrage !!
comment va la maison?

@"cui cui" fit l'oiseau

yeps mais ils s'accrochent aux cadavres qui flottent et parviennent à échapper au nauffrage .

Écrit par : form-mol | 28/10/2007

A priori, les choses étaient réglées par le vote de 2005. Non, c'est non, pas de traité.

Sarkozy veut tout de même un nouveau traité. Et il se trouve en plus qu'il n'est pas si nouveau que ça, puisqu'il reprend mot pour mot celui rejeté en 2005. Face à cette violence considérable faite à la démocratie, sans doute la pire depuis 1940, nous ne pouvons que nous mobiliser pour qu'au moins le peuple puisse avoir la parole.

Faites vivre la CHAINE DU REFERENDUM en envoyant les diaporamas qui sont téléchargeables sur www.levraidebat.com

Mobilisons-nous pour faire plier cet abus de pouvoir inique !

Écrit par : Séb | 28/10/2007

form-mol

Ca va, merci. Bonne idée le sevrage ... ;-)))

Écrit par : agathe | 28/10/2007

Ecrit par : Henriette (du Mans) | dimanche, 28 octobre 2007 19:29

Ma chère Henriette... si vous confectionnez votre plat régional avec des volatiles aussi graciles que des moineaux, je crains fort pour votre réputation culinaire...

Je parlais de volailles car je comparais les Bitru et consorts à des sortes de chapons, qui à force d'être engaissés de moults grains transgéniques idéologiques un peu trop fermentés, finissaient par caqueter vainement dans leur basse cour en répétant toujours le même discours éculé...

Henriette du Mans, votre "humour" bouvardesque semble montrer que vous seriez ma foi, très à l'aise avec ce genre de volatile...

Écrit par : "cui cui" fit l'oiseau | 28/10/2007

Foin de ces choses entre nous cui-cui, tournons ensemble notre fer contre les néo-pétainistes et les simples d'esprit ( souvent les mêmes) qui ont eu le front de venir polluer notre bel espace de délibération de leurs saillies aux remugles nauséabonds.
ça évitera à José de devoir sortir la bombe de Fly-Tox.

Ecrit par : urbain | dimanche, 28 octobre 2007 18:56

"Les visiteurs III" est en de bonnes mains , je vois.

Écrit par : patrice | 28/10/2007

...ou encore :

Si tu ne viens pas à Arnaud Lagardère, Arrnaud Lagardère ira à toi.

Écrit par : patrice | 28/10/2007

Des gênes, des assedics et du chômage...

http://andy-verol.blogg.org/

Écrit par : Andy Vérol | 28/10/2007

Ben voilà... Je ne pouvais même plus suivre les commentaires...

Écrit par : José | 28/10/2007

Ben voilà... Je ne pouvais même plus suivre les commentaires...

Ecrit par : José | dimanche, 28 octobre 2007 19:53

C'est un message codé?

Écrit par : TDB | 28/10/2007

Ecrit par : urbain | dimanche, 28 octobre 2007 18:34
Euh, j'en suis encore à Dufour;-)
Quand à Bitru, "manifestement spontané, j'en doute fort... Son style, même travesti, me rappelle quelqu'un.

Écrit par : valdo lydeker | 28/10/2007

Ecrit par : off | dimanche, 28 octobre 2007 19:33

J'avais loupé votre commentaire, dans ce cas de figure plutôt Barabas.... :-))))

Écrit par : agathe | 28/10/2007

Admettez, Urbain qu'ils ont de quoi être terrifiés, non ?

Ecrit par : "cui cui" fit l'oiseau | dimanche, 28 octobre 2007 19:28

Ces gens là ne sont jamais vraiment terrifiés (ils se planquent toujours à temps) , et les circonstances actuelles ne sont pas encore véritablement terrifiantes pour eux.
Il ne faut quand même pas rêver ... le conducator est toujours debout ( et bien même) et rien pour l'heure ne le menace vraiment, à part ( très modestement) ses propres "ami(e)s".

Écrit par : urbain | 28/10/2007

Si tu ne viens pas à Arnaud Lagardère, Arrnaud Lagardère ira à toi.

Ecrit par : patrice | dimanche, 28 octobre 2007 19:48

avec sa botte de neuneu vert ?

Écrit par : urbain | 28/10/2007

Ecrit par : valdo lydeker | dimanche, 28 octobre 2007 20:09

+1

Écrit par : urbain | 28/10/2007

Quant aux socialos-communistes qui prennent leur ordre de Moscou, de Pekin, de Pyongyang et de Caracas , ils sont toujours la. Hélas...

Ecrit par : Pat Joy | dimanche, 28 octobre 2007 17:56

A un moment, je croyais que ce mec faisait de l'humour, mais finalement je crois bien que c'est un bon con.

Écrit par : rep ban | 28/10/2007

Ecrit par : urbain | dimanche, 28 octobre 2007 20:13

Regardez autour de vous, Urbain...

Que peut faire le président actuel contre la précarité ? Rien ! Contre la beisse du pouvoir d'achat ? Que dalle !!! L'immigration incontrolée ?? Des mesurettes spectaculaires pour électorat crédule !!!

Contre la pollution ? Des effets d'annonce ! Contre l'insécurité ? l'autocensure journalistique ! Contre la paupérisation de la population française ? Impuissant !


Je vous le répète Urbain, la vision future est terrifiante pour ces gens là car le reflux, dû à l'échec annoncé et de plus en plus évident de leur politique, est évident vu qu'ils échouent partout !

Citez moi un domaine où ils ont des chances de réussir ? Un seul ?

Écrit par : "cui cui" fit l'oiseau | 28/10/2007

Ca va, merci. Bonne idée le sevrage ... ;-)))

Ecrit par : agathe | dimanche, 28 octobre 2007 19:39

Ben, tabagique, c'est dur (soupir)

Écrit par : valdo lydeker | 28/10/2007

Ecrit par : valdo lydeker | dimanche, 28 octobre 2007 20:30

La sevrage d'un comportement politique a été fait un peu abruptement, ça fait un tabac ! ;-))))

Écrit par : agathe | 28/10/2007

C'est un des rares philosophes mao a ne pas renier son engagement en faveur du totalitarisme communiste. Egalement un nostalgique du régime des Khmers Rouges.

Dans ces conditions on peut difficilement s'étonner qu'il fasse figure d'autorité intellectuelle et morale pour la gauche française!

Ecrit par : Pat Joy

Arrêtez vos conneries. Je n'ai pas lu Badiou, je connais son passé, mais je l'ai écouté l'autre jour sur France 3. ça ne ressemble évidemment pas à la caricature que vous en faites. De plus, il n'y a pas "d'autorité intellectuelle et morale pour la gauche française" qui ne lit, ni n'a jamais entendu parlé de Badiou. Pure fantasme.

Écrit par : Ajamais | 28/10/2007

Ecrit par : Ajamais | dimanche, 28 octobre 2007 20:46



Lien vers cette émission de fr3 dans mon pseudo.
Déjà donné hier sur le billet d'hier, en lien avec "l'événement" qui pourrait surgir du collectif, thème traité par off. Ca peut donner envie de lire le livre.

Écrit par : TDB | 28/10/2007

Mon commentaire est publié et la machine continue à me demander de recopier des codes ! J'ai dû passer dans une autre dimension.

Écrit par : TDB | 28/10/2007

Selon le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE) (Voir article de H. Kempf dans le Monde) "la privatisation généralisée des ressources et des services serait le plus mauvais scénario du point de vue de l'environnement (...) En actualisant la description par de nombreuses sources, le rapport du PNUE synthétise le mouvement de dégradation du climat, de la biodiversité, de la santé des sols, des ressources en eau... Il souligne la rétraction des ressources disponibles par habitant : la surface de terre disponible pour chaque humain est ainsi passée de 7,91 hectares en 1900 à 2,02 en 2005. La rapidité du phénomène est soulignée : l'étendue et la composition des écosystèmes terrestres "sont modifiées par les populations à une vitesse sans précédent". Les experts insistent sur la notion de seuil : "Les effets cumulés de changements continus dans l'environnement peuvent atteindre des seuils qui se traduisent par des changements brutaux" et irréversibles. Cette idée de "points de basculement" ne s'applique pas seulement au changement climatique, mais aussi aux phénomènes de désertification, de baisse des nappes phréatiques, d'effondrement d'écosystèmes, etc. (...) Les experts ont défini quatre scénarios, selon le type de politique suivie. Dans le premier, l'Etat s'efface au profit du secteur privé, le commerce se développe sans limite, les biens naturels sont privatisés. Le deuxième scénario se base sur une intervention centralisée visant à équilibrer une forte croissance économique par un effort pour en limiter les impacts environnementaux et sociaux.
Une troisième voie serait de privilégier la sécurité pour répondre aux désordres civils et aux menaces extérieures : un effort important y serait alors consacré. Enfin, la quatrième option est celle d'une société faisant le choix de la durabilité par l'environnement et l'équité, dans laquelle les citoyens jouent un rôle actif."

Lire la suite dans Le Monde. Lire aussi l'éditorial de E. Le Boucher dans le même journal qui dit exactement l'inverse (voir si ça vous chante : http://ilyaura.20minutes-blogs.fr/)

Écrit par : Ajamais | 28/10/2007

Ecrit par : TDB | dimanche, 28 octobre 2007 21:05

Merci pour le lien.

Écrit par : juliette dze | 28/10/2007

Invitée de l'émission de Paul Amar sur France 5, Florence Aubenas a révélé, en direct, que Christine Boutin, a interdit à Jean-Baptiste Eyraud, porte-parole du DAL de participer au débat.

Info Nouvel Obs.

Écrit par : Ajamais | 28/10/2007

Citez moi un domaine où ils ont des chances de réussir ? Un seul ?

Ecrit par : "cui cui" fit l'oiseau | dimanche, 28 octobre 2007 20:25

Les élections.

Écrit par : urbain | 28/10/2007

allez l'om!
psg vient de se manger un but, marqué par le jeune benarfa. Il est pas là par discrimination positive !

2 buts ! doublé ! en direct;))))
regarde le 2ème but, et revient me parler de discrimination positive en te disant que les mots les mots les mots !

Écrit par : om | 28/10/2007

désolé me suis trompé de bar!

Écrit par : om | 28/10/2007

Des nouvelles de la censure à l'O.R.T.F. :
http://tempsreel.nouvelobs.com/speciales/medias__pouvoirs/20071028.OBS1831/quand_christine_boutin_interdit_au_dal_de_debattre.html
Ecrit par : Une colonne à la une | dimanche, 28 octobre 2007 17:20

Invitée de l'émission de Paul Amar sur France 5, Florence Aubenas a révélé, en direct, que Christine Boutin, a interdit à Jean-Baptiste Eyraud, porte-parole du DAL de participer au débat.
Info Nouvel Obs.
Ecrit par : Ajamais | dimanche, 28 octobre 2007 21:39

Ajamais, vous avez 4h19 de retard ;)))

Écrit par : Une colonne à la une | 28/10/2007

Mieux vaut tard que jamais.

Écrit par : TDB | 28/10/2007

Ségolène est partie en Argentine

Elle a bien raison, la France pue en ce moment


"L'ex-candidate socialiste à la présidentielle française, Ségolène Royal, a rencontré dimanche à Buenos Aires une des Mères de la place de mai, mouvement créé pendant la dictature (1976-83) pour dénoncer les "disparitions" d'opposants, a constaté l'AFP.

Ségolène Royal a accompagné Josefina "Pepa" Garcia de Noia, une des responsables des Mères de la place de mai (ligne fondatrice), de sa maison au au bureau de vote où la vieille dame a déposé son bulletin pour l'élection présidentielle qui a lieu dimanche en Argentine."

Écrit par : anthony | 28/10/2007

Un sondage assez drole de nos amis de CSA


61% des français veulent un référendum sur le traité simplifié....pour voter oui à 68%

51% des français s'abstiendraient...


Qui avait trop bu lors de ce sondage?

Les sondeurs ou les sondés?

Écrit par : anthony | 28/10/2007

Ecrit par : anthony | dimanche, 28 octobre 2007 22:14

Les moutons ont retrouvé Panurge, le oui serait sans doute passé ...

Écrit par : agathe | 28/10/2007

Ségolène est partie en Argentine
Elle a bien raison, la France pue en ce moment
Ecrit par : anthony | dimanche, 28 octobre 2007 22:07


Bien d'accord avec vous. Un peu d'air çà fait du bien.
Cà sent meilleur depuis qu'elle est partie, la P... respectueuse du Poitou.

Écrit par : sos femme battue(aux élections) | 28/10/2007

Ajamais, vous avez 4h19 de retard ;)))

Ecrit par : Une colonne à la une

Mieux vaut tard qu'Ajamais !

Écrit par : Ajamais | 28/10/2007

Dans la série nouvelles du jour (enfin, ça date de quelques jours déjà), celle ci me parait extrêmement inquiétante: la béatification de 500 prêtres collabos du régime franquiste que l'Eglise espagnole (l'une des plus réacs, complètement infiltrée par l'opus dei) n'a jamais condamné.
Ça pourrait paraitre mineur, mais je crois que c'est un symptôme trés grave dans le contexte actuel. Une revanche de la droite néo-franquiste contre la réhabilitation des victimes de la dictature par Zapatero.

Écrit par : valdo lydeker | 28/10/2007

Qui avait trop bu lors de ce sondage?

Les sondeurs ou les sondés?

Ecrit par : anthony | dimanche, 28 octobre 2007 22:14


On a perdu la sonde

Bip...bip....bip

Écrit par : off | 28/10/2007

Hs:
http://www.appelcontrelafranchise.org/index.php
Hs:
y a du nouveau là où vous savez si vous voulez....
Hs

Écrit par : skalpa | 28/10/2007

Ecrit par : valdo lydeker | dimanche, 28 octobre 2007 22:25

cela va même plus loin que ça...c'est le retour de l'obscurantisme car cet acte n'est pas isolé et s'inscrit dans une logique depuis l'élection de Benoit (dont le fils Damien Saez à beaucoup plus de qualités).

bon ok je sors....

au fait : you have mail ;-)

Écrit par : Serval | 28/10/2007

Une carte bleue, un caddie et du chômage...
LA suite ici: http://andy-verol.blogg.org

Écrit par : Andy Vérol | 28/10/2007

Que l'on aime ou déteste leurs pères respectifs, les enfants Sarkozy et Tapie n'ont pas à endosser la vindicte en place de leurs parents.
Par contre il n'est pas hypocrite de se demander sur quelle fulgurance "créative" fait qu'un metteur en scène (ou Producteur) nous occasionne de telles évidences "artistique"... Ne parlons pas encore de "vedettes" car la vedette du spectacle en question sera très certainement.... l' affiche.

Écrit par : Jean Max | 28/10/2007

Regardez autour de vous, Urbain...

Que peut faire le président actuel contre la précarité ? Rien ! Contre la beisse du pouvoir d'achat ? Que dalle !!! L'immigration incontrolée ?? Des mesurettes spectaculaires pour électorat crédule !!!

Contre la pollution ? Des effets d'annonce ! Contre l'insécurité ? l'autocensure journalistique ! Contre la paupérisation de la population française ? Impuissant !


Je vous le répète Urbain, la vision future est terrifiante pour ces gens là car le reflux, dû à l'échec annoncé et de plus en plus évident de leur politique, est évident vu qu'ils échouent partout !

Citez moi un domaine où ils ont des chances de réussir ? Un seul ?

Ecrit par : "cui cui" fit l'oiseau | dimanche, 28 octobre 2007 20:25

avec cui cui, c'est la méthode coué coué

Écrit par : David Martinon | 28/10/2007

avec cui cui, c'est la méthode coué coué
Ecrit par : David Martinon | dimanche, 28 octobre 2007 22:55


Et surtout cul-cul.

voire con-con?

Écrit par : pouët-pouët | 28/10/2007

Arrêtez d"attaquer cui-cui, c'est un gentil garçon, pas futé mais gentil.
C'est vrai que sur ce coup il a l'air assez angoissé le moinillon, mais après tout il a peut-être des problèmes perso.
Une bonne nuit de sommeil et il nous reviendra tel qu'on l'aime notre cui-cui, frais comme un gardon.

Hein? Quoi? J'ai dit une connerie?

Écrit par : Henriette (du Mans) | 28/10/2007

Serval un mail for you !!!

Chouette !! Enfin je suis la cible des Trolls !!!!

LA CONSÉCRATION !!!!!

Merci les gars et les filles !!!!!! J'en avais marre d'être trop aimé !

Et puis être détesté par vous, c'est un pur moment de bonheur !!!!

RRRRÂÂÂÂÂ Lovely!!!!! Comme disait Gotlib !!!!!

Écrit par : "cui cui" fit l'oiseau | 28/10/2007

Arrêtez d"attaquer cui-cui, c'est un gentil garçon, pas futé mais gentil.
C'est vrai que sur ce coup il a l'air assez angoissé le moinillon, mais après tout il a peut-être des problèmes perso.
Une bonne nuit de sommeil et il nous reviendra tel qu'on l'aime notre cui-cui, frais comme un gardon.

Hein? Quoi? J'ai dit une connerie?

Ecrit par : Henriette (du Mans) | dimanche, 28 octobre 2007 23:15

Les jean's made in corsica ne se vendraient plus sur les marchés ?

Écrit par : Levy Strauss | 28/10/2007

Pour cui cui de la part de Françoise Hardy

Tu commenças ta vie
Tout au bord d'un ruisseau
Tu vécus de ces bruits
Qui courent dans les roseaux
Qui montent des chemins
Que filtrent les taillis
Les ailes du moulin
Les cloches de midi
Soulignant d'un sourire
La chanson d'un oiseau
Tu prenais des plaisirs
A faire des ronds dans l'eau

Aujourd'hui tu ballottes
Dans des eaux moins tranquilles
Tu t'acharnes et tu flottes
Mais l'amour, où est-il ?
L'ambition a des lois
L'ambition est un culte
Tu voudrais que ta voix
Domine le tumulte
Tu voudrais que l'on t'aime
Un peu comme un héros
Mais qui saurait quand même
Faire des ronds dans l'eau

S'il y a tous ces témoins
Que tu veux dans ton dos
Dis-toi qu'ils pourraient bien
Devant tes ronds dans l'eau
Te prendre pour l'idiot
L'idiot de ton village
Qui lui est resté là
Pour faire des ronds dans l'eau
Pour faire des ronds dans l'eau

Écrit par : Frank S. of New-Jersey | 28/10/2007

Là, camarades DEListieux, vous m'en bouchez un coin (ou je vous ai mal lus), mais tout le monde s'est paluché (non, pas tout le monde ;-) sur les prouesses théâtrales de Sarko Junior... et personne sur ses prouesses routières !

Pris sur un blogue d'Europe 1 :

"M'hamed Bellouti ne pensait pas que ce banal accident de la route irait jusque devant le tribunal correctionnel de Paris. Après deux années passées, via sa compagnie d'assurance, à réclamer 260 euros pour réparer sa voiture, il a décidé de passer à l'action, en justice. Mais il devra encore attendre pour assister à un procès et voir Jean Sarkozy, le fils cadet du président de la République, venir s'expliquer à la barre. Mardi matin, le tribunal correctionnel a décidé de reporter au 4 décembre sa comparution. Jean Sarkozy n'était pas présent pour cette première audience dite de procédure. M'hamed Bellouti avait lui fait le déplacement, il a dû déposer une consignation de 850 euros pour attester du sérieux de sa requête.

Le 14 octobre 2005, place de la Concorde à Paris, Jean Sarkozy, circulant en scooter, a percuté une voiture et pris la fuite. Pour retrouver sa trace, l'automobiliste a dû relever le numéro d'immatriculation du scooter et attendre que sa compagnie d'assurance retrouve sa trace. Jusqu'alors, M'hamed Bellouti ne connaît pas son identité. C'est à ce moment là que les démarches se sont compliquées pour l'automobiliste victime qui a eu, selon son témoignage, beaucoup de mal à faire entendre sa plainte devant les services de police qui n'ont jamais procédé à une confrontation entre les deux parties. M'hamed Bellouti confie aussi avoir eu des difficultés pour trouver un avocat pour poursuivre l'affaire au pénal, les professionnels contactés ne voulaient pas "risquer leur carrière pour ça".

Le fils du président de la République doit désormais répondre devant la justice de quatre chefs d'accusation : délit de fuite, défaut de maîtrise de son véhicule, non-respect des distances de sécurité et dégradation légère de véhicule. La première audience mardi sera destinée à fixer la date du procès et le montant d'une éventuelle caution. M'hamed Bellouti réclame en plus des 260 euros pour le pare-chocs enfoncé, 4.000 euros pour préjudice moral. "Aujourd'hui, c'est une question de principe" explique-t-il."

Ce genre de petite merde n'a pas choisi son père, non.

Mais elle a très bien compris de quel côté du manche elle se trouve, et ne va pas s'en priver.

Son père c'est la doite "bling bling", lui c'est la droite "bang bang" et je vous marche dessus.

Son père aussi d'ailleurs.

Écrit par : DD | 28/10/2007

Ecrit par : DD | dimanche, 28 octobre 2007 23:50

finalement les gars qui lui ont tiré son scooter ont fait une bonne action pour tous les automobilistes ! ;-))

on devrait les décorer ces gars là.

blague à part, je ne connaissais pas cette histoire.

c'est édifiant et encore pire que je le supposais dans le billet...

Écrit par : Serval | 29/10/2007

Le billet de ce jour semble postuler qu'un acteur qui serait le fils d'un homme politique aurait de fortes chances d'être le lauréat d'un Molière de complaisance.

Personne n'a relevé que le cas inverse existait aussi.

Souhaitons alors à Clémentine Autain, femme politique et fille d'actrice (la regrettée Dominique Laffin), de bénéficier de l'investiture de complaisance de ses rêves !

http://clementineautain.fr/2007/10/23/pour-en-finir-avec-la-polemique-montreuilloise/

Écrit par : Veilleur de nuit | 29/10/2007

laffont?

Écrit par : p. | 29/10/2007

Merci Veilleur.

Eh oui après avoir brulé les planches à Paris, CA part en tournée en banlieue ;-))

Écrit par : Serval | 29/10/2007

L'enseigne Gap épinglée pour avoir employé des enfants dans ses ateliers
LEMONDE.FR avec AFP et Reuters | 28.10.07 | 22h40 • Mis à jour le 28.10.07 | 22h47



vive les fringues, et tous en shopping le prochain week-end!

Écrit par : phets | 29/10/2007

minuit le soir...

Écrit par : phets | 29/10/2007

... et avec tout ça, hier personne n'a souhaité un joyeux quarantième anniversaire à Julia Roberts... Alors voilà Julia, bon anniversaire, tu me rappelles quand tu veux ;))

Écrit par : Veilleur de nuit | 29/10/2007

nothing new there?

Écrit par : skalpa | 29/10/2007

@ phets

GAP = Gratuit à Produire ? (© Les guignols)

Arf!

Zgur

Écrit par : Zgur | 29/10/2007

Si skalpa.

Ce ma tin, 2 nouvelles :

61% des français veulent un référendum, et 68% diraient OUI...
Donc, si le sondage le dit, hein, la question est réglée.. Même pas la peine de le faire ce référendum !!!

Sinon, je ne sais pas où est l'info, mais ce matin j'entends sur la Matinale de Canal Plus, que le salaire du président serait augmenté, passant de 8300 euros/mois à plus de 2O OOO euros !!!
Cool comme augmentation !

Mais vous les gueux, travaillez plus pour gagner moins !!!

Hein, les français qui ne supportent plus ces fonctionnaires et ces salauds de grévistes ! Vous n'avez pas l'impression qu'on vous prend vraiment pour des veaux !!

Écrit par : Roma | 29/10/2007

Quand la chaîne CBS découvre "l'explosivité" de Nicolas Sarkozy

Voici la raison de son énervement :
http://clesnes.blog.lemonde.fr/

Écrit par : Roma | 29/10/2007

A la dernière question, la France n'a jamais été une république. le peuple est au service de l'Etat en République comme en royauté. Mais. C'est de notre faute si cela continue. A nous de créer l"opposition puisqu'il n'y en a aucune.

Le P (arti) S (ans) signera le minitraité du mini bush. la modification de la constitution imposant plus de représentativité publique , remis après les élections, c'est bien mieux pour les élus en place. et à gauche et à droite.

Écrit par : martingrall | 29/10/2007

c'est édifiant et encore pire que je le supposais dans le billet...

Ecrit par : Serval | lundi, 29 octobre 2007 00:15

Absolument, c'est même très exactement l'inverse de ton billet et c'est pour ça que c'est édifiant.
Autant je considère le billet et ses développements comme des truismes sans intérêt ni objet, autant le changement de perspective de DD replace les choses dans une perspective proprement politique, et le soustrait au "délit de sale gueule inversé" dans lequel se situait le billet.
à part ça ... lisez le dernier Badiou, je suis pas d'accord sur toutes ses positions, mais frnachement c'est un bain de jouvence salutaire et une bonne base de discussion pour lutter"contre les rats" , comme il dit si justement.

Écrit par : urbain | 29/10/2007

phets | lundi, 29 octobre 2007 04:25
Pour GAP il l'a déjà été, épingle pour la même cause travail d'enfants esclaves, il y a plus de 15 ans. Et alors! Cela a-t-il changé quoique ce soit. Cela change quelque chose le travail d'enfants et de familles entières esclaves en Chine communiste dans les fabriques de briques (à la main) et la fabrication de colifichets pour les jeux de Pekin ? NON. cela va-t-il changer quoique ce soit lorsque l'on découvrira que l''arche de zoé servait à l'insus de son plein grè alimentait les laboratoires pharmaceutiques où on les sacrifiaient à la postérité médicamenteuse. Encore moins que non.
Alors !!!!!

Écrit par : martingrall | 29/10/2007

""servait à l'insu de son plein gré a alimenter les laboratoires pharmaceutiques où on sacrifiaient les enfants à la postérité médicamenteuse.

Écrit par : martingrall | 29/10/2007

blague à part, je ne connaissais pas cette histoire.

c'est édifiant et encore pire que je le supposais dans le billet...

Ecrit par : Serval | lundi, 29 octobre 2007 00:15

ça fait pourtant quelques semaines que cette affaire a été exposée, et le désarroi de l'automobiliste également.

En revanche, contrairement aà l'opionion des censeurs grincheux, cela n'enlève rien à la pertinence du billet, tout particulièrement si on sait le lire sous l'angle suggéré par Valdo et Nef.

Écrit par : off | 29/10/2007

@ Roma,
bizarre cette info concernant le salaire du président, pour l'instant il touche 6 594 € mensuel, mais c'est uniquement de l'argent de poche.
http://www.linternaute.com/actualite/dossier/05/salaires-politiques/salaires.shtml
Mais c'est sûrement un effet de la réforme des institutions...
Sacré balladur....
va!
Y en a qui se remettent bien des trahisons....

Écrit par : skalpa | 29/10/2007

je vois que les gauchos viennent toujours vider leurs poubelles sur ce blog, donc l'audience décroit pourtant à vue d'oeil. A quand le "sarko a mangé un enfant", "sarko est l'étrangleur de boston"..

Écrit par : yvesr | 29/10/2007

Le censeur grincheux persiste et signe. Il n'y a pas d'angle de lecture "à privilégier", seulement une myopie persistante de ceux qui ne veulent pas regarder ce qui est à voir et ainsi s'interdisent indéfiniment toute prise sérieuse sur sur les problèmes .
La niaiserie conformiste et illusoire du billet est l'angle critique efficace de réception du dit billet.
La contradiction "dialectique" est apportée par le rappel de DD.
ça n'est pas un complément, c'est une version proprement contradictoire de "l'histoire à raconter".
Dans la version de DD elle fait sens , dans le billet elle fait contresens .
Concevoir et juger sont deux opérations de la pensée. Elles ont une chronologie.
L'espèce de conformisme moralisateur qui règne encore à gauche consiste le plus souvent à inverser ces deux opérations.
C'est ainsi qu'on fait de mauvais procès à ceux qui pourtant en mériteraient de bons, au sens de correctement instruits.
Faute de quoi le coupable est acquitté et les rats prospèrent .

Écrit par : urbain | 29/10/2007

EXCLUSIF!

"sarko a mangé un enfant"
http://kprodukt.blogspot.com/2007/10/vidos-de-semaine.html

EXCLUSIF!

Écrit par : skalpa | 29/10/2007

Ecrit par : Roma | lundi, 29 octobre 2007 07:58

C'est encore un coup d'Opinion truc ?

Écrit par : Laflote | 29/10/2007

complément : L'espèce de conformisme moralisateur qui règne encore à gauche consiste le plus souvent à inverser ces deux opérations,
ou plus souvent encore à les confondre ( ce qui est pire ).

Écrit par : urbain | 29/10/2007

@ laflote...
C'est bizarre mais je me posais la même question...
à vérifier pour confirmer...
allez, je file bosser...
Et à ce soir pour de nouvelles exclues....
;-)
"sarko et martine carottent les français"

Écrit par : skalpa | 29/10/2007

Ecrit par : skalpa | lundi, 29 octobre 2007 08:55

Pourquoi trouves-tu bizarre le fait que tu te poses la même question que moi ? :-}

Écrit par : Laflote | 29/10/2007

car en tant que "gauchiste" je suis forcément porteur de fausses infos...
;-)
allez j'y go
ciao

Écrit par : skalpa | 29/10/2007

Dégueulasse ?

Les banlieues sous drones de surveillance , par Noël Mamère Share 9:26pm Saturday, Oct 27 dans Libé

Alors que le Parlement s’apprête à entériner l’amendement ADN dans une
loi sur l’immigration annonçant la fin du regroupement familial et le
démantèlement du droit d’asile, l’information selon laquelle le
ministère de l’Intérieur utiliserait des drones pour surveiller les
banlieues renforce le sentiment de guerre civile rampante. Le projet
nommé Elsa (engin léger pour la surveillance aérienne) a été présenté
la semaine dernière au Salon Milipol consacré à la sécurité intérieure.
Il se présente comme un oiseau d’un mètre de large et de soixante
centimètres de long, muni d’une caméra.

Ce drone équipera la police nationale pour surveiller à distance les
quartiers populaires et les manifestations. Des drones ont déjà été
utilisés en Israël pour des missions de contrôle mais aussi pour des
actions militaires. Leur généralisation en France serait une étape de
plus dans la stigmatisation d’une partie de la population, au moment où
ressort en livre de poche le classique de Louis Chevalier : Classes
laborieuses et classes dangereuses. De fait, il s’agit davantage de
créer un climat de défiance envers les habitants des banlieues que de
chercher à réduire une violence réelle.

La métaphore est évidente : les cités doivent être entourées par des
murs virtuels sous contrôle aérien permanent. Le sentiment de vivre
dans des territoires sous occupation militaire, dans une sorte de
colonisation, est déjà intériorisé par de nombreux jeunes issus de
l’immigration depuis les émeutes de novembre 2005 au cours desquelles
fut instaurée la loi sur l’état d’urgence, appliquée pour la première
fois depuis la guerre d’Algérie. Ce sentiment risque de sortir renforcé
par l’exhibition obscène de cette «technologie du futur» qui va faire
passer 1984 de George Orwell pour un conte de la comtesse de Ségur !

Les discours à répétition sur le Kärcher, l’identité de la France, la
colonisation positive, les caractéristiques de l’homme noir, les rafles
jusque dans les écoles, les amendements concernant l’ADN et l’exclusion
des sans-papiers de l’hébergement d’urgence ont une seule et même
logique que je n’ai cessé de combattre depuis des mois : trouver des
boucs émissaires, stigmatiser, racialiser la question sociale.

Cette logique de guerre coloniale conduit à des drames, comme celui de
la mort de Chunlan Zhang Liu, Chinoise sans papiers qui s’est
défenestrée le 21 septembre pour échapper à un contrôle de police.
Auparavant, quatre autres étrangers s’étaient défenestrés, en deux
mois, témoignant de la peur qui s’est installée chez des milliers de
familles qui n’osent plus sortir, circuler, aller travailler, étudier à
l’école… Les droits fondamentaux sont bafoués.

Les drones en banlieue ne sont qu’un dispositif de plus dans ce système
de surveillance généralisé qui s’installe jour après jour. Dans son
ouvrage Surveiller et punir, à propos de la prison, Michel Foucault
décrivait ce qu’il qualifiait de «panoptisme», ce système dans lequel
le maton, isolé dans sa tour, surveille ses détenus sans être vu.
L’effet majeur du panoptique : induire chez l’individu un état
conscient et permanent de visibilité qui assure le fonctionnement
automatique du pouvoir ; faire que la surveillance soit permanente dans
ses effets, même si elle est discontinue dans son action ; que la
perfection du pouvoir tende à rendre inutile l’actualité de son
exercice. Foucault poursuit : «Un assujettissement réel naît
mécaniquement d’une relation fictive, de sorte qu’il n’est pas
nécessaire d’avoir recours à des moyens de force pour contraindre le
condamné à la bonne conduite, le fou au calme, l’ouvrier au travail,
l’écolier à l’application…» Le drone, c’est l’application modernisée du
panoptique à la ville entière, c’est un système de surveillance
disciplinaire généralisé qui a pour mission de quadriller, contrôler,
dresser les individus.

La société de surveillance des drones et le bio pouvoir instauré par
l’ADN sont en train de transformer la démocratie et de dessiner la
société du futur. Accepterons-nous sans résistance ce «monde
merveilleux» où une partie du corps social vivra la peur au ventre,
confinée dans un apartheid qui ne dit pas son nom ? La société se
laissera-t-elle prendre en otage par un Etat autoritaire surplombé par
un surpouvoir monarchique qui règne sur un espace où chaque individu
est sans cesse repéré, fiché, examiné, enregistré à son insu, où ses
moindres mouvements sont surveillés par des milliers de caméras de
vidéosurveillance ? Ce totalitarisme soft doit être combattu pour ce
qu’il est, la négation des valeurs qui, de la Révolution française à la
Résistance, en passant par 1848, la Commune ou Mai 68, ont forgé la
seule identité nationale que je reconnaisse et qui se lie dans les
trois principes inscrits sur les frontons de la mairie de Bègles et des
36 000 communes de France : «Liberté, Egalité, Fraternité».

J’appelle les maires dont les habitants vont être l’objet de cette
suspicion généralisée à faire respecter ces principes en déclarant leur
ville «zones hors surveillance aérienne». Les drones ne passeront pas
dans le ciel de ma commune.

Écrit par : Gaëlle | 29/10/2007

Ecrit par : skalpa | lundi, 29 octobre 2007 09:01

Ca ne répond pas vraiment à ma question, mais bon... En tant que "gauchiste", je suis quelque peu décérébrée en ce moment ;-D

Écrit par : Laflote | 29/10/2007

Ecrit par : urbain | lundi, 29 octobre 2007 08:48

Le but d'un billet, cela te paraîtra paradoxal, c'est aussi de pouvoir en sortir. Que l'angle que j'ai soumis au collectif te paraisse conformiste, c'est effectivement une chose.

Cela n'empeche pas et c'est aussi la force de ce blog et de ses commentateurs d'élargir le spectre.

J'aurais pu en l'écrivant le traiter de manière brute façon depêche AFP. En tout état de cause, j'ai choisi une certaine subjectivité qui à permis au delà d'autres échanges et une vision plus globale de cette actu.

Ce billet à été réecrit en partie par d'autres personnes à qui j'ai soumis le texte et que pour certaines tu connais déjà. Tu peux toi aussi venir apporter ton éclairage. Mon mail : serval01@gmail.com.

Écrit par : Serval | 29/10/2007

Ecrit par : Laflote | lundi, 29 octobre 2007 08:52

Même pas opinion truc ! Incroyable !

UNION EUROPEENNE
Traité simplifié : les Français pour un référendum
NOUVELOBS.COM | 29.10.2007 | 08:52

61% des personnes interrogées souhaitent pouvoir se prononcer. Le "oui" l'emporterait avec 68% des intentions de vote.


(Sipa)
Alors que le président Nicolas Sarkozy veut que la France ratifie le traité simplifié sur les institutions européennes par voie parlementaire dès décembre prochain, 61% des Français souhaitent que le traité soit ratifié par référendum, selon un sondage CSA que publie lundi 29 octobre, Le Parisien/Aujourd'hui en France.
Seuls 31% des sondés disent préférer que le traité simplifié soit ratifié par le Parlement, comme Nicolas Sarkozy l'avait annoncé lors de la campagne présidentielle et confirmé ces derniers jours.
Par ailleurs, si le traité était soumis à référendum, le "oui" l'emporterait avec 68% des intentions de vote, contre 32% pour le "non", selon les intentions de vote des sondés inscrits sur les listes électorales. Mais 52% des inscrits voteraient blanc ou nul ou s'abstiendraient.

- Sondage réalisé par l'institut CSA par téléphone les 24 et 25 octobre auprès d'un échantillon national représentatif de 956 personnes âgées de 18 ans et plus constitué selon la méthode des quotas. (AP)

Écrit par : Roma | 29/10/2007

Reste que l'exemple des lectures croisées de Valdo et de Nef sur ce billet, entre autres, témoigne du caractère ouvert d'un texte, qui s'offre à des lectures multiples et complémentaires qui loin de se contenter de commenter en faisant du surplace, ou en tranchant ce qui est bien et ce qui ne l'est pas, parachèvent le travail de quête de sens initié par le texte initial.

Le premier texte et ses commentaires partent ainsi à la recherche de "la chose du texte", ce qui, en-deça de tout projet de l'auteur, est ce qui l'a suscité.

Juger le texte pour lui-même est ne pas saisir le travail herméneutique d'appropriation de la visée du texte qui n'est pas la propriété de l'auteur, ou du premier auteur, mais est un travail partagé par tous ceux qui vont bien pouvoir intervenir par la suite.

Dans ces intervenants, il y a, en quelque sorte, les bienveillants à l'égard du vis-à-vis du texte - la manière dont le texte escompte être lu au delà de lui-même - et les malveillants, qui se focalisent sur le texte lui-même, un peu à la manière de ceux qui contemplent le doigt sans jamais pousser leur investigation plus loin pour percevoir ce que leur dit le doigt qui est au-delà de lui-même.

Les malveillants sont affligés d'une maladie, que l'on pourrait qualifier d'impuissance textuelle, qui les cantonnent dans le rôle autoproclamé de juge du "bon goût", du "bien écrire" et de la "bonne" pensée.

Incapables de faire place à l'altérité qu'est la pensée d'autrui qui se présente sous une forme d'abord étrangère à soi, à ses propres habitudes, à son propre style, à ses propres valeurs sur lesquelles ils veillent jalousement comme sur leur cassette.

Tristes sires, s'il en est dans leur vision étriquée.

Écrit par : off | 29/10/2007

Ecrit par : Gaëlle | lundi, 29 octobre 2007 09:05

Ce serait pas mal d'en faire un billet non ?

Écrit par : Serval | 29/10/2007

"Mais 52% des inscrits voteraient blanc ou nul ou s'abstiendraient."

J'adore les médias...(quoi, ce qu'on entend comme info finale)
Ils oublient toujours quelques précisions... et pas des moindres !

Écrit par : Roma | 29/10/2007

Ecrit par : Serval | lundi, 29 octobre 2007 09:14

Pourquoi pas ?

Transmettez au Collectif (j'ai peu de temps perso, je chatte du bureau. Chut ;-))

Écrit par : Gaëlle | 29/10/2007

Ecrit par : Roma | lundi, 29 octobre 2007 09:15

C'est aussi et souvent hélas l'interprétation en elle meme d'un sondage par le média en lui même selon sa coloration politique.

S i l'o nconsidère els sondage comme uen photographie prise à un instant T donc purement factuelle on devrait avoir les chiffres bruts et non pas des interprétations qui classent un coup les "abstentionnistes" ou les "Ne se prononcent pas" dans le camps du Oui ou celui du nom à la question posée.

Écrit par : Serval | 29/10/2007

Ecrit par : Gaëlle | lundi, 29 octobre 2007 09:21

Pourquoi pas si tu préfères passer par le Collectif plutôt qu'en direct. Dois je reprendre ton com ou préfère tu m'envoyer une autre mouture ?

A propos de texte, José à du en recevoir deux et un troisième est en relecture.

Roma (et d'autres) si vous avez des idées sur un billet concernant cette fièvre sondagite et le débat entre referendum ou vote parlementaire, je suis preneur aussi.

Écrit par : Serval | 29/10/2007

C'est pas une crise de la gauche......c'est une crise de la droite sociale.......

Écrit par : odm | 29/10/2007

Parlons lutte des classes les gauchos!
Tiens, y sont ou?

Écrit par : odm | 29/10/2007

Ecrit par : off | lundi, 29 octobre 2007 09:13

Le jour où tu auras compris qu'on n'est pas là pour rédiger des rédactions poussives, farcies de poncifs et de clichés, et où la lourdeur des propositions le dispute à l'ennui, qui pour finir "ne veulent rien dire" (et ne disent rien).
alors peut-être aurai-le "le goût" de lire tes pensums laborieux.
Mais il ne s'agit pas de goût, ici, plutôt de pertinence et de justesse .
Précisément de cesser de faire du surplace , de patiner dans une semoule insipide et racie comme tu le fais continuellement.
Je n'ai pas quant à moi la prétention de réinventer candidement le fil à couper le beurre en pontifiant sur le mode "raisonnable" et creux, et de me substituer à ceux qui qui ont passé parfois une vie entière d'étude et de recherche sur les questions que nous abordons.
En revanche je pense fournir des outils de réflexion, au travers de mes préconisations de lecture, autrement plus convaincants, nouveaux , féconds et intéressants que tes rappels scolaires de la collection des plus poussiéreuses des idées reçues.

Écrit par : urbain | 29/10/2007

Zarma, le bolivarisme de la mère supérieure serait acceptable....ou un besancenot sans son vélo mais avec une Merco et un bové sans sa pipe
avec un havane.....

Écrit par : odm | 29/10/2007

Ecrit par : Serval | lundi, 29 octobre 2007 09:28

Rendons à Mamère ce qui lui appartient ;-)

Je n'ai fait qu'un copié/collé mais il peut servir de point de départ à un thème plus large sur les banlieues par ex, ou la stigmatisation de certaines populations.
D'où le transfert au Collectif qui me semble approprié.

Écrit par : Gaëlle | 29/10/2007

Tiens, pourquoi il est pas en taule le bouseux Bové?
Yaurait compromis pour être si gentil...
hummm

Écrit par : odm | 29/10/2007

Ecrit par : urbain | lundi, 29 octobre 2007 09:33

Bigre, en d'autres temps, vous auriez pu vous retrouver dans un champ au premières lueurs du jour...

Écrit par : Laflote | 29/10/2007

Ecrit par : Gaëlle | lundi, 29 octobre 2007 09:35

Non, Gaëlle a fait un COPIE/COLLE... Quelle surpraïze...

Écrit par : Laflote | 29/10/2007

Urbain
Assez d'accord avec vous....salut....

Écrit par : odm | 29/10/2007

Ecrit par : Laflote | lundi, 29 octobre 2007 09:36

C'est avec ce genre de réflexions que le Collectif à son utilité...

Écrit par : Gaëlle | 29/10/2007

Ecrit par : Serval | lundi, 29 octobre 2007 09:21


De toute façon, il est trop tard...
Que dire aux 27 pays européens prêt à ratifier ce traité dans l'espoir de faire repartir l'Europe paralysée depuis 2005 ?

Soit les français ont une fois de plus tourné leurs vestes l'espace d'une élection, en changeant de président (demain ils seront sûrement d'accord pour une guerre contre l'Iran ! bon, je suis médisante là),
soit ils exprimeront leur mécontentement dans les élections européennes prévues en 2009...
Soit l'Europe retrouvera son élan grâce à ce traité, et l'absence de consultation démocrative sera pardonnée !

Écrit par : Roma | 29/10/2007

Tout est dans le costume et les airs entendus.
on se fait un peu chier avec les gauchos mécréants,
Heureusement qu'il y a PAT....
Quelle Joylleux drille...

Écrit par : odm | 29/10/2007

Vive l'europe...
J'avais voté OUI et je vous M......
Il faut avancer maintenant.

Écrit par : odm | 29/10/2007

Ecrit par : Laflote | lundi, 29 octobre 2007 09:35

Il commence à me fatiguer avec son verbiage "aux semelles de plomb" ...
Mais Agathe et nef ( et odm et pas mal d'autres) sont bien placé(e)s pour savoir à quel point je suis peu belliqueux.

Écrit par : urbain | 29/10/2007

Ecrit par : odm | lundi, 29 octobre 2007 09:40

+1

Écrit par : urbain | 29/10/2007

Bonjour Urbain...très très chaleureux même...s'il y a duel au petit matin dans un champ, je serais ton témoin;-)))

Écrit par : Pamela de Barres | 29/10/2007

Le non des internationalistes du parti des travailleurs et de la LCR et celui des nationalistes du FN, de Pasqua et de villier, non merci!
Les arguments donnés pour le non au traité ont été d'une mauvaise foi incroyable, des mensonges!
C'est l'europe qui fait du CNE un contrat de travail illégal mes amis du peuple en 4x4.....

Écrit par : odm | 29/10/2007

Décidément le cas est désespéré.


Le triomphe de la suffisance.


Passons.

Écrit par : off | 29/10/2007

Ecrit par : Pamela de Barres | lundi, 29 octobre 2007 09:48

Je ne pratique que les joutes verbales ( voir comment hier soir nous défîmes la canaille pétainiste, avec cui-cui, en joignant nos forces et non lames ).
Merci quand même.

Écrit par : urbain | 29/10/2007

Bon faut que j'aille prier.....A+ les gauchos mécréants....
Et viva Bolivar...
Et viva la madone
Et une madone de plus en Amérique du sud, c'est de la que viendra le salut.....
Viva Maria.....
+

Écrit par : odm | 29/10/2007

à + odm, j'y vais aussi.

Écrit par : urbain | 29/10/2007

Quelles rancoeur et méchanceté urbain, ça m'étonne !

Je dois dire que je suis complètement d'accord et ai pensé à plusieurs reprises la même chose que ce qui suit, et votre colère me semble montrer à quel point le propos de off a finalement touché juste quelque soit le mépris que vous manifestiez à son égard :

"Incapables de faire place à l'altérité qu'est la pensée d'autrui qui se présente sous une forme d'abord étrangère à soi, à ses propres habitudes, à son propre style, à ses propres valeurs sur lesquelles ils veillent jalousement comme sur leur cassette."

Ecrit par : off | lundi, 29 octobre 2007 09:13

Autant j'ai pu apprécier, quand j'ai découvert le DEL il y a déjà pas mal de temps, le contenu de vos interventions car elles nourrissaient la/ma réflexion, autant, depuis qq temps, je ne trouve qu'aigreur, jugements péremptoires, intolérance, manifestation de sentiment de supériorité, posture de surplomb dans laquelle la connaissance n'est qu'un élément de "distinction" (PB), argument d'autorité.

Toute chose qui tue la pensée plutôt que de l'aider à se développer, lui fait violence.

La querelle du jour me permet de m'exprimer une première et dernière fois à ce sujet, et sans vouloir engager une polémique qui ne pourrait être que stérile.

Écrit par : juliette dze | 29/10/2007

(euh , pas prier, naturellement, tu m'excuseras ...)

Écrit par : urbain | 29/10/2007

Ecrit par : juliette dze | lundi, 29 octobre 2007 09:54

Nulle polémique, ni rancoeur, juste une opinion.
Libre à vous d'apprécier et de vous sentir bien dans les lieux communs et la lourdeur de premier cycle des exercices d'expression écrite de off.
Ordinairement je les zappe, mais ce billet était l'occasion d'une mise au point.
off est lourd, très lourd et sans aucun intérêt à mes yeux, mais naturellement il a toute sa place ici, comme le malbrouckisme jadis et autres expressions "spontanées" que par ailleurs j'ai également le droit, quant à moi, de conchier sans ambigüité.

Écrit par : urbain | 29/10/2007

Bon, là faut que j'y aille.
à ce soir, peut-être.

Écrit par : urbain | 29/10/2007

Ecrit par : Roma | lundi, 29 octobre 2007 09:38

Certes un peu tard. Mais je ne penses pas que cela doive nous empecher de nous exprimer. L'idéal sera à terme depouvoir réagir plus a chaud sur l'actu.

Gaelle ok je vois ce que je peux faire (mais je n'ai qu'une vie)...A propos C'est pour quand le "refresh" ?

Écrit par : Serval | 29/10/2007

Ecrit par : juliette dze | lundi, 29 octobre 2007 09:54

Même chose que pour urbain roma et d'autres. Vos idées ou vos billets sont les bienvenus.

Écrit par : Serval | 29/10/2007

Pour en revenir au texte de Serval,
Tapie/Sarkozy juniors au théâtre ensemble, ça tomberait un peu mal, non?

Proximité un peu trop flagrante, mélanges des genres, copinage.
Qui ne soupçonnerait pas Tapie de bénéficier d'une clémence de la justice, grâce à ses liens avec Sarkozy, son fils, sa fille dans ce contexte ?

Bercy a décidé de mettre un terme au contentieux judiciaire qui oppose Bernard Tapie à ses créanciers, dont l’organisation chargée d’apurer le passif du Crédit Lyonnais. Un collège arbitral serait chargé de trouver un compromis financier. C’est ce que révèle Le Point dans son édition de jeudi.

http://www.france-infos.com/spip.php?article27777&theme=9&sous_theme=11

Écrit par : Roma | 29/10/2007

Ecrit par : Gaëlle | lundi, 29 octobre 2007 09:38

Certes.

Écrit par : Laflote | 29/10/2007

Gaelle et Laflote

Ben justement. Des que j'aurais recuperé le texte je le soumettrais a tous pour que l'une et l'autre y travailliez ensemble.

Elle est pas belle la vie ?

;-))

Écrit par : Serval | 29/10/2007

c'est un bon blog pour moi en politique pour arriver à ce debarrasser de sarko,je suis pour une alliance PS:rénové-modem-cap21-vert-prg-mrc et avec sa 2012 sera à notre porté de tir,je vous invite à passer voir mon blog http://segoleneroyal2012.over-blog.fr/
et plus si affinité,vous abonnez à la Newsletter.merci encore et bravo aux créateurs de ce blog.......

Écrit par : arno | 29/10/2007

Gaëlle | lundi, 29 octobre 2007 09:05 j'ai vu ce clone il y a plus de 15 ans au même ninipol ainsi qu'au Bourget. Aujourd'hui il est de la taille d'un très petit portable. Mais. Il y a pire. Prenons google Earth un exemple, en infra rouge toujours un exemple, ou l'on distingue la marque de la montre d'une jeune femme, il n'y a pas besoin de nouveaux matériels. En tout premier lieu parce qu'ils sont interdits par le conseil européen. Et par la CNIL.
Mais le CNE aussi et par le bureau international du travail, est il est quand même imposé dans l'indifférence des syndicats, et du parti socialiste. un syndicat ouvrier propose même des contre-partis au patronat.

Alors!

Écrit par : martingrall | 29/10/2007

HS @ laflote :

un cadeau pour vous dans les commentaires de votre dernier billet, chez vous ;)

Écrit par : adrien (de rien ?) | 29/10/2007

Que quelqu'un comme Serval (et les autres, et ce n'est pas un reproche) n'aie pas connu cette histoire de racaille neuilléenne en dit surtout long sur l'omerta que peuvent respecter nos télés (media n°1) sur les bricoles qui arrivent aux puissants et à leurs chiards.

Dans le même genre, on avait eu Arthur Galopin de Villesot, top-model, fils de son père, arrêté pour tapage nocturne en scooter et en bande, qui au lieu de souffler dans le ballon fit souffler son Premier Ministre de père dans les bronches du policier* qui avait osé l'arrêter.

Moi qui ne suis qu'un connard de citoyen lambda, il me semble que si mes enfants m'avaient foutu la honte en manquant publiquement à la loi commune, loi que moi et mes services seraient en charge de faire voter puis respecter, je leur aurais savaté le prosper à ne pas pouvoir s'asseoir de huit jours. Mais c'est bien pour ça que je suis resté un connard de citoyen lambda.

* Je parie que ce type, depuis, se gèle les couilles dans une guérite à l’entrée de quelque ministère.

Écrit par : DD | 29/10/2007

Potins du Roi :
Un Sarkozy aux fiançailles de la fille de Cécilia

François Sarkozy, jeune frère du président de la République, était présent samedi soir aux fiançailles de Jeanne-Marie, la fille de Cécilia Sarkozy, fêtées dans un restaurant du boulevard Haussmann, à Paris.
26/10/2007-18h15 - Rubrique coordonnée par Irène Inchauspé - © Le Point.fr


Nicolas et cécilia ne se parleraient-ils carrément plus ?!!
Sarkozy considère-t-il encore les filles de Cécilia comme ses filles ?

Écrit par : Minute People | 29/10/2007

Ecrit par : arno | lundi, 29 octobre 2007 10:40

j'espère que d'ici 2012 tu auras amélioré ton "aurtograf" ;-))

Écrit par : Serval | 29/10/2007

Roma | lundi, 29 octobre 2007 10:30

La vie est belle. Et qui pouvait en douter. Mais. A tout donner Sarko n'aura plus rien a apporter.

Écrit par : martingrall | 29/10/2007

il me semble que si mes enfants m'avaient foutu la honte en manquant publiquement à la loi commune, loi que moi et mes services seraient en charge de faire voter puis respecter, je leur aurais savaté le prosper à ne pas pouvoir s'asseoir de huit jours.

Ecrit par : DD | lundi, 29 octobre 2007 10:45

Ca j'aime beaucoup ;-))

Pour en revenir à scooter-man (au fait scooter c'est pas le mec déjanté dans l'agence tous risques), il me revient que la radio en avait parlé...a peu près 3 secondes je crois.

Parfosi j'ai une mémoire de poisson rouge ;-))

Écrit par : Serval | 29/10/2007

Ecrit par : martingrall | lundi, 29 octobre 2007 10:48

Oui.. Sarkozy est bien entouré... (Même Johnny, le malheureux en impôts, revient et on aura la joie de le voir sur TF1 en quotidienne d'après ce que j'ai lu... Les affaires reprennent pour Jojo le belge ! Doc Gynéco, ce soir dans un téléfilm sur TF1... Toujours les mêmes entre eux, à bien se faire de l'argent facile, sur tous les plans.. Ils ont bien compris comment fonctionner le star-system !)

Et puis Sarko a son pote le procureur Courroye de Nanterre, qui dernièrement a classé l'affaire de l'appart de Neuilly..

Je me demande si Laporte l'a aussi comme procureur pour ses affaires de justice en cours?
Si c'est le cas, il peut dormir tranquille !

Écrit par : Roma | 29/10/2007

Ecrit par : Serval | lundi, 29 octobre 2007 10:39

Ensemble, ensemble, tu y vas fort tout de même... Parallélement serait plus juste ;-))

Ecrit par : adrien (de rien ?) | lundi, 29 octobre 2007 10:45

J'ai vu. :-)

Écrit par : Laflote | 29/10/2007

Ecrit par : Roma | lundi, 29 octobre 2007 10:56

C'est qu'on appelle le Courroye de transmission sans doute...

les trois pouvoirs ne font plus qu'un désormais

Écrit par : Serval | 29/10/2007

(au fait scooter c'est pas le mec déjanté dans l'agence tous risques)

Ecrit par : Serval | lundi, 29 octobre 2007 10:52

Non, c'est Looping

Écrit par : Mathilde P. ("répons | 29/10/2007

Ecrit par : Serval | lundi, 29 octobre 2007 11:00

C'était donc ça la république irréprochable de Sarkozy !


Sans oublier les autres castes :

Ce que coûtent nos parlementaires

En quelques décennies, les élus nationaux sont devenus une caste qui s’en met plein les poches, alors qu’elle exige tous les sacrifices de la part des Français les plus exposés aux difficultés financières : exclus de l’emploi, jeunes, chercheurs, retraités, salariés précaires, fonctionnaires aux revenus modestes, artistes, indépendants, sans papiers, etc… Même en période de soi-disant disette économique, les parlementaires ne songent jamais à se serrer la ceinture.


http://www.rf-elysee.net/articles.php?lng=fr&pg=112

Écrit par : Roma | 29/10/2007

Roma | lundi, 29 octobre 2007 10:56

Il dort tranquille. De toute façon avec la magistrature française cela prend juste un peu moins de vingt ans pour obtenir un non-lieu.

Va bene.

Écrit par : martingrall | 29/10/2007

Sarkozy, une fois de plus nous montre la voie :

http://tinyurl.com/2nytku

Écrit par : juliette dze | 29/10/2007

Ecrit par : form-mol | dimanche, 28 octobre 2007 19:21

je suis contente de te revoir Form-mol !;-))))

HS loliste mais spontané.

Écrit par : nef | 29/10/2007

@ Serval

Scooter c'est dans le Muppet show.
http://en.wikipedia.org/wiki/Scooter_%28muppet%29

Zgur

Écrit par : Zgur | 29/10/2007

Merci mathilde et zgur ;-))

Je suis donc le maillon faible sur ce coup la

Au revoir ;-))

Écrit par : Serval | 29/10/2007

C'est plus la honte pour moi (y a des fois on ferait mieux de laisser buzzer!)...

Écrit par : Mathilde P. | 29/10/2007

Pour faire plaisir à Roma et odm, des nouvelles de Ségolène Royal et de son voyage à Buenos Aires (l'a l'air en forme):

Amigas, Amigos,

Je vous écris de Buenos Aires où je suis arrivée vendredi et où j’ai
rencontré Cristina Kirchner, candidate favorite de l’élection
présidentielle argentine. Ne soyez pas surpris par la graphie de cette
petite lettre depuis l’hémisphère sud : je l’ai tapée pour partie sur
un clavier espagnol qui ne comporte pas les mêmes signes et, après
transfert sur un “azerty” francophone, les corrections laissent
certainement à désirer ¡

Vendredi, donc, arrivée dans cette ville qui est vraiment l’une des
plus belles du monde. Les valises sont restées à l’escale de Sao Paulo
mais qu’importe ¡ Il faut savoir voyager léger...

J’ai rendez-vous à 17 heures avec Cristina, dans sa résidence privée.
Son avance sur les autres candidats est telle que tout le monde la
donne gagnante, la seule question étant de savoir si ce sera dès le
premier tour ou a l’issue du second.

La campagne s’arrêtant le vendredi, Cristina a prévu de partir jusqu’à
dimanche, jour du vote, en Patagonie, la région dont elle a été
longtemps l’élue et dont son mari, Nestor Kirchner, a été le
gouverneur avant d’être Président de la République argentine. Là-bas,
dans la ville de Calafete, a 3.500 km de Buenos Aires, elle a sa
maison, ses bases.

Elle a repoussé son départ pour me recevoir et j’en suis très touchée.

Nous nous étions vues en février à Paris lorsque j’étais en campagne,
nous avions surtout parlé de la France, je suis heureuse de lui
rendre, dans son pays, cette politesse amicale. Cette fois-ci, nous
avons surtout parlé de l’Argentine dont je trouve le redressement
économique spectaculaire et l’expérience politique de ces dernières
années très intéressante dans un monde en pleine recomposition.

Je suis curieuse de voir de plus près comment un pays plein de
potentiel mais acculé à la faillite par le dogme du “consensus de
Washington” a repris ses affaires en mains en s’affranchissant de
cette idéologie ultra-libérale et en redonnant à l’Etat un rôle
d’impulsion et de régulation.

C’est un débat qui traverse aujourd'hui toute l'Amérique latine,
majoritairement gouvernée à gauche. Des gauches différentes, bien sûr,
qui sont loin d'être d’accord sur tout. Mais des gauches qui, pour
beaucoup, savant bien que si le marché est un bon serviteur, il est un
mauvais maître… Des gauches qui ont tiré les leçons des tentatives de
passage en force des années 70 et des coups d Etat qui, sur fond de
guerre froide, les ont noyées dans le sang. Des gauches qui ont montré
qu’elles sont, plus que la droite, capable d’entraîner l’électorat
centriste et de nouer des alliances à vocation majoritaire.

Ces questions, des pays comme l’Argentine, le Chili où je serai
demain, le Brésil et bien d’autres se les posent dans ce vaste
sous-continent qui est un des laboratoires de notre modernité. Elles
nous intéressent directement car ce que nous vivons n’est pas
simplement une époque de changements : c’est un changement d'époque.
Le monde entier est à la recherche d’un modèle de développement qui
conjugue croissance économique, responsabilité et même investissement
environnemental, réduction des inégalités et, à l'échelle de la
planète, partage plus équitable du pouvoir dans une perspective
forcement multipolaire.

J’ajoute que l’Amérique latine s’illustre aussi, ces derniers temps,
par l’accès au pouvoir de catégories qui en furent longtemps bannies :
les femmes, les Indiens, les syndicalistes, les militants de la
“génération sacrifiée” victime de la répression des dictatures
militaires. Et se pose, elle aussi, la question des formes que
pourrait prendre son intégration régionale et la question du
rééquilibrage de sa relation avec les Etats-Unis.

Raison de plus pour aller y voir de près et retrouver Cristina à un
moment privilégié où l’histoire est en train de se faire et où nous
pouvons parler très librement.

Nous nous embrassons chaleureusement et nous installons côte à côte
sur un divan. Je la retrouve comme dans mon souvenir : élégante et
déterminée. Je la questionne sur la situation économique de son pays.
Nous évoquons la croissance très dynamique de l’Argentine alors qu il
y a 5 ans à peine, elle connaissait une crise économique, financière
et sociale qui s’était traduite par un effondrement de plus de 11% de
son produit intérieur brut, par un endettement record (111 milliards
d’euros) sans capacité de remboursement, par une paupérisation massive
des couches moyennes et un basculement de 50% de la population en
dessous du seuil de pauvreté. Aujourd’hui, la croissance tourne autour
de 8%, 2,5 à 3 millions d’emplois ont été recréés, la dette de l’Etat
a été restructurée par des mesures rigoureuses qui portent leurs
fruits, le prêt jadis accordé par le FMI a été remboursé par
anticipation en même temps que le gouvernement de Nestor Kirchner
s’affranchissait de cette désastreuse tutelle. La devaluation du peso
naa pas debouché sur l’adoption du dollar et, si douloureuse qu’elle
ait initialement été, a fouetté l’essor de l’industrie nationale et
des investissements en renchérissant le coût des importations.

Bien sûr, Cristina en est très consciente, tout n’est pas réglé. L
inflation est forte, les inégalités se sont creusées même si le taux
de pauvreté et le chômage ont beaucoup reculé, l’insecurité
énergetique reste une faiblesse de l’économie argentine. Comme me
l’explique Cristina, le rationnement de l’énergie qu il a fallu
imposer aux entreprises après un hiver tres froid, “nous a coûté un
point de croissance”. Elle souligne l’importance de cette “équation
énergétique” pour l’avenir du pays et ironise sur ceux qui diabolisent
Hugo Chavez, le president d’un Venezuela gros producteur de pétrole
avec lequel l’Argentine a passé des accords de fourniture : “il faut,
me dit-elle en riant, être intelligents ¡” plutôt que dogmatiques,
coopérer n’est pas s’aligner et, clin d’oeil aux Européens qui
courtisent la Russie, “sur le plan énergetique, Chávez n’est pas pire
que Poutine ¡”. Elle souhaite aussi approfondir la cooperation avec le
Brésil, premier partenaire énergtique de l’Argentine, et faire valoir
aux investisseurs brésiliens que le taux de change leur est favorable.

Quand je l’interroge sur l’inflation, elle reconnait que c’est un vrai
problème mais, ajoute-t-elle, “il ne faut pas confondre une inflation
sans croissance et une inflation avec croissance, ce n’est pas la même
chose”, point de vue certes hétérodoxe pour les adeptes des monnaies
fortes a tout prix, y compris au détriment de la croissance et de
l’emploi, mais choix politique assumé, même si le gouvernement
argentin a gelé les tarifs publics et imposé un contrôle des prix dans
la grande distribution. L'évaluation du niveau d’inflation est
aujourd'hui vivement débattue en Argentine où certains accusent les
statistiques officielles de la sous-estimer. Pour Cristina, le chiffre
de 11% d inflation correspond à la réalité. Elle souligne que le
chiffre du FMI n’est supérieur que d’un point (12%) et que, “si
l’inflation atteignait 20% ou 25%, comme certains l’ont dit pendant la
campagne électorale, les gens seraient déjà descendus dans la rue ¡”.

Elle m’explique aussi comment elle souhaite promouvoir, par une
négociation tripartite entre l’Etat, les entreprises et les
représentants des salaries, ce qu’elle appelle “un nouveau modèle
d’accumulation” qui englobe, au delà des salaires et des prix, toutes
les dimensions d’une croissance plus équitablement partagée. J y vois
des points communs avec ce que, durant ma campagne, j’ai appelé “un
nouveau modèle de croissance”.

Visiblement, Cristina n’accepte pas que les grands bailleurs de fonds
internationaux ramènent l’Argentine à une situation dont elle s’est
arrachée. Elle me dit qu’il n’est pas question, pour elle, d’accepter
les conditions mises par le Club de Paris à la renégociation de la
dette argentine : l’avis du FMI, c’est à dire le retour sous la
tutelle dont l’Argentine n’a eu de cesse de s’affranchir ¡ Ce n’est,
me dit-elle, pas admissible économiquement et pas admissible
politiquement. L’Argentine a fait de gros efforts de désendettement
pour assainir sa situation et récupérer la maitrise de son destin, pas
question que le Club de Paris la tire en arrière. Cristina me dit qu
elle n’a pas l’intention de se laisser faire, qu’elle est allée
discuter avec les Allemand et les Japonais, principaux créanciers de
son pays. Elle me dit en riant espérer que Dominique Strauss-Kahn,
désormais à la tête du FMI, aura à cœur d’en changer les mœurs et les
pratiques impérieuses et ravageuses, son pays en sait quelque chose,
pour ceux qui se conforment à ses diktats. Je lui dis que, compte tenu
de la personnalité et de l’expérience de DSK, cet espoir me parait
fondé.

Nous évoquons également ce préjugé tenace, sous toutes les latitudes,
qui veut qu’en matière économique, les femmes politiques soient
toujours soupçonnées de moins s y connaitre que leurs homologues
masculins. Je lui raconte que c’est arrivé à Angela Merkel jusqu’à ce
que les milieux économiques s’aperçoivent qu’elle était fort
compétente. Cristina me dit avoir multiplié les contacts avec les
chefs d entreprise parce qu’elle sentait bien qu’ils s’inquiétaient de
savoir quelle était, sur ces sujets, sa vision des choses. Elle entend
poursuivre la bataille pour le redressement économique de l’Argentine
que Nestor Kirchner a engagée avec détermination et succès. “Nous
avons, me dit-elle, parfaitement intégré les règles macro-économiques
de base, cela va de soi. Mais qu’on ne vienne pas me raconter que
l’économie est une science exacte, c’est une science sociale et
humaine ¡”. Nous nous accordons sur cette idée qu’il n’y a pas de loi
d’airain qui priverait la politique de toute marge de manœuvre.

Nous évoquons aussi les perspectives de la croissance mondiale, les
déséquilibres de l’économie américaine, les errements du système
financier globalisé dont la récente crise des “subprimes” a montré les
dangers. Cristina estime que le système a atteint un tel degré de
sophistication qu’il échappe a tout contrôle. Les fonds
d’investissement, parce qu’ils se soustraient à toute régulation,
deviennent un facteur d’instabilité économique, sociale et même
politique. Or que se passe-t-il quand une crise se propage ¿ C est
l’Etat qui doit limiter les dégâts comme l’a fait, me dit Cristina, le
gouvernement anglais en volant au secours d’une de ses grandes banques
en perdition. Nous sommes l’une et l’autre bien d’accord que la crise
financière de l’été est un avertissement. Il y a urgence à bâtir des
mécanismes de régulation. Pour elle comme pour moi, c’est clair : la
mondialisation, loin de disqualifier les Etats, appelle de nouvelles
formes d’intervention de la puissance publique pour en saisir toutes
les opportunités et, en même temps, se protéger des risques d’une
financiarisation aveugle et livrée a elle-même.

Au fil de la conversation, nous abordons aussi les questions
agricoles, très importantes pour l’Argentine dont les exportations
alimentaires (soja, riz, maïs, vin, viande) tirent la croissance, sur
fond d’explosion des cours mondiaux et de besoins croissants des
marchés émergents de Chine et d’Inde. Cristina a l’habitude de
souligner que ces marchés sont une chance pour son pays car il est
impossible de ne compter que sur l’Occident “qui exige que nous payons
nos dettes mais bloque nos importations en subventionnant sa propre
agriculture”.

C’est une question que je me suis souvent posée, je la pose à Cristina
: qu’as-tu appris de ton pays au fil de cette campagne ¿ “Je l’ai, me
dit-elle, vraiment sillonné dans tous les sens et j’ai découvert en
lui, malgré toutes les difficultés qu’il a affrontées et affronte
encore, une réserve d’optimisme et une formidable capacité de
changement. Un changement qui prend appui sur les résultats de ces
quatre dernières années et qui nous pousse à inventer un autre modèle
que celui qui a dévasté nos régions et ruiné notre compétitivité.
Quand je suis allée, par exemple, dans la région viticole de Mendoza,
j’ai été frappée par la rapidité de sa métamorphose : une zone jadis
sinistrée par un taux de change peu favorable pour nos exportations et
qui est aujourd’hui entièrement reverdie, couverte de vignes qui
produisent et exportent un excellent vin”. Pour elle, c’est un exemple
parmi d’autres du dynamisme des Argentins et de leur capacité à
remonter la pente dès lors que l’Etat lève les obstacles à la
croissance.

Nous parlons aussi des questions relatives à la sécurité, qui
deviennent, là-bas comme ici, une préoccupation plus forte. Cristina
me dit que l’Argentine, comme le Chili et l’Uruguay, jouissent d’un
niveau de sécurité appréciable par rapport à des pays comme le Brésil
ou le Mexique. Cependant, la société argentine éprouve un sentiment
d’insécurité qu’il faut prendre au sérieux et qui a à voir avec
l’extrême insécurité sociale des années de crise et avec le trafic de
drogue, en particulier d’un sous-produit particulièrement meurtrier de
la cocaïne. Je me retrouve dans sa manière d’aborder ces sujets. Sa
conviction est qu’on ne peut isoler le traitement de la sécurité du
règlement des autres problèmes qui inquiètent les Argentins : “il n y
aura pas de sécurité, me dit-elle avec conviction, sans résoudre les
problèmes d’emploi, d’éducation, de santé, de justice, de corruption”.
Comme moi, elle pense que tout se tient.

Nous parlons de nos expériences respectives de campagne et je lui
demande son pronostic. Prudente, elle me répond : “j’ai mené beaucoup
de campagnes électorales et je sais qu’on n a jamais gagné une
élection avant six heures du soir ¡ Il faut d'abord compter et
recompter tous les bulletins de vote avec humilité…”.

Nous plaisantons des remarques machistes que nous avons, l’une et
l’autre, essuyées en campagne. Nous nous souvenons d’Angela Merkel et
de Michelle Bachelet qui, elles non plus, n'avaient pas été épargnées.
Cristina me dit que tout cela l’atteint peu, qu’elle a déjà une longue
expérience politique, qu’elle a été élue députée et sénatrice bien
avant que son mari soit Président de la République. Elle me dit
qu'elle a décidé une fois pour toutes d'être elle-même : une femme
politique à part entière, qui assume et sa féminité et sa combativité.
Nous tombons d’accord sur le fait que, face à ces combats
d’arrière-garde, mieux vaut ne pas s’abaisser à répondre aux attaques.

Je ne peux pas tout vous raconter ici par le menu car, en une heure
d’entretien, nous avons parlé de bien des choses : des droits des
femmes, en particulier de l’accès à la contraception, du fait que
l’Argentine n’est pas un Etat laique au sens où, en France, nous
l’entendons, des droits de l’homme et de tout le travail mémoire et de
justice accompli sur les années de dictature. De choses plus
personnelles aussi, comme la façon dont nos enfants ont vécu nos
campagnes. Cela m’a amusée car ce que son fils a demandé une fois à
Cristina – “est ce qu’un jour on sera enfin seuls ¿2 -, un de mes fils
ou une de mes filles aurait pu me le dire dans les mêmes termes¡

Cristina m’a aussi interrogée sur la France et sur les perspectives de
la gauche. Nous avons plaisanté sur l’étrange fascination que semble
exercer M. Bush sur un certain type d’hommes politiques européens :
Aznar, Berlusconi, auxquels cela n a pas porté bonheur. Un autre
aussi, peut-être, plus près de nous... J’ai été frappée de ce qu’elle
m’a dit sur la violence du rejet dont les Etats-Unis font aujourd’hui
l’objet dans toute l’Amérique latine. Un rejet, selon elle, plus fort
encore que celui des années 60 ou 70. C’est le triste résultat de
l’administration américaine, alors même que Bill Clinton avait réussi
à redresser l’image de son pays.

C’était un échange franc, amical. Je l’ai remerciée d’avoir, dans la
dernière ligne droite de sa campagne, pris le temps de cette
conversation. Nous nous sommes embrassées et souhaité bonne chance.

J’ai repensé, en la quittant, à cette phrase de Borgès, immense
écrivain argentin, dont j’avais emporté un livre et qui exprime “la
conviction que le combat peut être une fête”. Cela me va.

J’ai eu, depuis, d’autres passionnantes rencontres que je vous
raconterai, notamment avec la Centrale des Travailleurs Argentins, une
organisation syndicale indépendante, pluraliste, combative, dont j’ai
rencontré la direction nationale, aguerrie dans les années de lutte
contre la dictature. Leur démarche d’affiliation individuelle des
travailleurs précaires et de ceux de l’économie informelle, très
développée en Argentine, m’a paru extrêmement intéressante mais je
vous raconterai tout ça un eu plus tard car là, j’ai rendez-vous avec
les Mères de la Place de Mai.

Hasta luego ¡

Ségolène Royal

Buenos Aires

Écrit par : Mathilde P. | 29/10/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu