La une des lecteursTous les blogsles top listes
Envoyer ce blog à un amiAvertir le modérateur

13/02/2008

Olivier Bonnet : le plumé de presse.

"Plume de Presse" est un blog que j'ai toujours apprécié lire, comme d'autres. Je ne partage pas toujours le fond des articles ni les opinions de l'auteur Olivier Bonnet mais, à l'instar de Sébastien Fontenelle (Vive le feu) ou Christian Lehmann (En attendant H5N1) entre autres présents en liens sur ce blog, le plaisir de la lecture a toujours été au rendez-vous grâce à une bonne dose de talent et une acuité à faire pâlir quelques barons de l'écriture.

De parti pris ? Peut-être. Corrosif ? Parfois. Pertinent ? Toujours.

C'est pourquoi il me semble nécessaire de manifester ici ma solidarité envers Olivier Bonnet.

Sur son dernier billet il annonce la suspension de son blog pour se consacrer à l'écriture de son premier livre : "Sarkozy, la grande manipulation - Dénonciation d'une imposture". On imagine assez facilement d'après le titre, bien sûr, mais aussi d'après le travail quotidien qu'Olivier nous a offert pendant près de deux ans sur son blog, de quoi il souhaite nous entretenir.

En écrivant ce billet je me suis demandé comment formuler un appel à la solidarité envers lui sans tomber dans la simple promotion de son ouvrage à paraître. J'ai renoncé à faire la distinction tant je crois que l'un et l'autre vont de pair.

Olivier nous informe de sa situation personnelle financière sur son dernier billet. Oh, j'entends bien venir quelques gros sabots... Que l'on sache toutefois avant de venir crier au misérabilisme qu'il n'en avait jusqu'ici jamais fait part à ses lecteurs.

Il y a plusieurs façons de soutenir Olivier Bonnet. Ceux qui le souhaitent et en ont les moyens peuvent effectuer un don via le bouton Paypal placé en haut de la colonne de gauche de sa page d'accueil. Il est aussi possible de souscrire à la pré-commande de son livre et pourquoi pas deux fois, un exemplaire pour nous et un autre à offrir à la bibliothèque municipale de notre commune ? Quant à ceux, malheureusement nombreux dans notre riche pays, qui ont peine à boucler les fins de mois, le relais de l'information suffira amplement.

Personne ne contestera que l'État s'est toujours plus déchargé sur les organisations caritatives du traitement du malaise social. Il serait dommage que les simples citoyens que nous sommes tous, à notre tour, nous déchargions de notre solidarité sur ces organisations qui bien souvent n'interviennent que pour les situations ultimes et oubliions que nous aussi pouvons faire quelque chose avant ces extrémités, chacun à notre mesure.

C'est aussi cela la politique. Imaginer un avenir à moyen ou long terme tel que nous le souhaitons ne doit pas réduire notre champ de vision. Être révolté par des reportages télévisés, par la misère du monde des antipodes, ne doit pas nous faire détourner les yeux de ceux qui sont proches de nous. En aidant nos voisins, nous investissons pour qu'eux aussi puissent aider les leurs.

Si nous lisons Olivier Bonnet régulièrement voire quotidiennement, pourquoi ne pas le considérer comme notre voisin ? Car c'est bel et bien aussi et prioritairement pour nous qu'il a écrit pendant deux ans et qu'il souhaite continuer à le faire, sous cette forme ou sous une autre.

Nous sommes nombreux à dénoncer des atteintes à la liberté d'expression, ne serait-ce pas la meilleure preuve de notre tolérance que d'encourager l'écriture, le cas échéant, de ceux dont nous ne partageons pas les idées ou les points de vue mais qui les écrivent avec talent ?

Olivier Bonnet n'est pas un plumitif. Il est aujourd'hui un plumé de presse.

Commentaires

Da firts one, comme on dit....
ben je le dit...
avant quelques jours d'absences, malheureusement pas pour écrire un bouquin.
Heureusement pas pour des problèmes de thunes...

bien à toi olivier, ami actif et miltant!

Écrit par : skalpa | 13/02/2008

oups first one, prem's comme on disait!

Écrit par : skalpa | 13/02/2008

Merci ! Très touché par ce joli billet.
Il n'y a plus le feu au lac, un superbe élan de générosité et de solidarité, depuis 4 jours, me permettant d'envisager les semaines qui viennent avec sérénité.
N'hésitez pas par contre à pré-commander l'ouvrage !

Écrit par : Olivier B. | 13/02/2008

il a ka devenir bibliothécaire, voir libraire s'il fait un gros effort

Écrit par : esprit de lourdeur laid jaloux tirant vers le bas | 13/02/2008

Chouette billet :-) Il le vaut bien même si moi aussi je ne partage pas tout .

Écrit par : marc | 13/02/2008

Bel appel, José!
(Quand vas-tu te décider à signer tes billets? Après, tu te plaindras de l'Obs. Mais personne n'est supposé savoir qu'il n'y a que toi qui écrit ici, si? )

Écrit par : etrun | 13/02/2008

@ esprit de lourdeur laid jaloux tirant vers le bas : il a ka oui, yaka, fokon....

Écrit par : Olivier B. | 13/02/2008

et pi ta ka te levè to!
non
mais!

Écrit par : esprit de lourdeur laid jaloux tirant vers le bas | 13/02/2008

t'inquiètes Olivier!

Au milieu du chemin de notre vie, ayant quitté le chemin droit, je me trouvai dans une forêt obscure.

« Lève-toi, dit le Maître; la route est longue, et le chemin mauvais, et déjà le soleil revient à mi-tierce . »

Le Guide et moi nous suivîmes ce chemin obscur pour retourner dans le monde lumineux; et sans avoir souci d'aucun repos, nous montâmes, lui le premier, moi le second, tant qu'enfin, par un trou rond, j'aperçus les belles choses que le ciel porte, et de là sortant, nous revîmes les étoiles

Je revins de la très sainte onde, renouvelé comme des plantes qu'une vie nouvelle a revêtues d'un nouveau feuillage, pur et préparé à monter aux étoiles.

A la haute imagination ici manqua le pouvoir; mais déjà, comme une roue mue également, tournait mon désir et le velle l'Amour qui meut le Soleil et les autres étoiles.

;-)

Écrit par : om | 13/02/2008

Ecrit par : om | mercredi, 13 février 2008 13:24

Tu as changé de fournisseur? On dirait que c'est de la bonne, dis donc....;-)))

Écrit par : etrun | 13/02/2008

C'est bien, cet hommage de Carla, d'entrée, à la loi Godwin! Elle est de la génération internet, quoi.

Écrit par : etrun | 13/02/2008

Etrun
Il a augmenté ses prix!
les temps sont durs m'a t il dit!
t'es viré jlui ai répondu!

ah! le pouvoir d'achat ...;)

Écrit par : om | 13/02/2008

Merde!
Olivier Bonnet ressemble à mon père.

Écrit par : Sacha | 13/02/2008

Non mais faut pas se moquer de ceux qui préfèrent ne pas vivre de leur métier plutôt que de faire un boulot alimentaire pour payer leur pension.

Suis déçue que le bouquin soit pas publié chez Ramsay ;-)

Désolée Olivier, mais s'il y a bien un truc qui m'NRV, ce sont ceux qui se plaignent de ne pas vivre de leur plume. Aussi talentueuse soit-elle.

On ne peut pas vivre avec 300 euros par mois, c'est vrai, mais il y a plein de boulots de merde au SMIC. Technicien de surface, c'est une vocation?

Pour les "intellectuels précaires", il y a aussi les cours particuliers de soutien scolaire, au noir ou par chèque emploi. Dans ce cas, ça donne droit au chômage.
Sans compter toutes les vacations dans les nombreuses écoles de journalisme.

Bref, le talent ou la pension des enfants, faut choisir.

(C'est pas un comm' de gaité de coeur, bien au contraire. J'en suis sincèrement désolée. Mais l'appel aux dons pour un plumitif, ça me gonfle grave. Je trouve ça indécent quand l'immense majorité des Français ne fait pas le boulot qui lui plait.)

Écrit par : Sacha | 13/02/2008

Ecrit par : Sacha | mercredi, 13 février 2008 18:03

Tu as le droit de penser ça. Mais Bonnet n'a jamais rien demandé sur ce blog (c'est José qui a souverainement choisi de l'aider). Il n'a jamais prétendu être le plus miséreux des miséreux. Et si tu attends d'être sûre de savoir si quelqu'un est "le plus dans la merde avant de l'aider, tu fais jamais rien! Sauf le respect!...;-)))

Écrit par : etrun | 13/02/2008

Ecrit par : Sacha | mercredi, 13 février 2008 18:03

Etrun l'a très justement relevé, Olivier ne voulait pas à la base que je relaie la possibilité de faire un don mais uniquement l'appel à pré-commande. C'est moi qui ai insisté. Personne n'y est obligé par ailleurs, comme je l'ai écrit. Très révélateur de voir que c'est la seule chose que tu retiennes de ce billet...

Écrit par : José | 13/02/2008

Ecrit par : etrun | mercredi, 13 février 2008 18:51

Heu... en fait j'ai lu les liens (ben ouais, moi je lis les liens, c'est pas comme certains...). J'aurais pu poster ma réaction sur le blog d'Olivier directement.
Ca aurait été plus approprié.

Écrit par : Sacha | 13/02/2008

Ecrit par : José | mercredi, 13 février 2008 19:09

Le don est une initiative d'un commentateur de "Plume de presse".
Tu relaies, ok.
A vrai dire, c'est un peu devenu ta marque de fabrique. Tu relaies Birenbaum, tu relaies Olivier, tu relaies Fontenelle parfois, tu relaies l'info souvent (à la remorque).
José-le-relai.
Et t'as jamais pensé à passer le témoin?

Mais tu as raison, j'aurais dû poster sur Plume de Presse. A vrai dire, je ne réagissais pas à ton billet. Désolée.
D'un autre côté, qu'on soit à la source ou dans le caniveau, le principe reste le même.

Écrit par : Sacha | 13/02/2008

Sacha, viens poster sur Plume quand tu veux !
Sauf que je ne suis plus censé m'en occuper, pour pondre ce putain de bouquin, bordel ! Pardon, cet énervement ne s'adresse qu'à moi-même.
Je remercie derechef José pour ce joli billet.
Je rappelle que je suis venu le commenter pour expliquer, en 3ème commentaire : "Il n'y a plus le feu au lac, un superbe élan de générosité et de solidarité, depuis 4 jours, me permettant d'envisager les semaines qui viennent avec sérénité.
N'hésitez pas par contre à pré-commander l'ouvrage !"
Donc je trouve qu'il est injuste de m'accuser d'avoir fait ici un appel aux dons.
Sans rancune.

Écrit par : Olivier B. | 13/02/2008

Ecrit par : Sacha | mercredi, 13 février 2008 20:11

Tu ne peux pas t'empêcher, hein ? Où m'as-tu lu appeler à la solidarité envers Birenbaum ou Fontenelle sur un billet ? Comme je l'ai déjà écrit, si tu n'aimes pas lire les "relais d'info en retard" ici, tu dois pouvoir être assez grande pour trouver mieux à lire ailleurs, voire même le faire avec le succès dont tu as fait preuve.

En tout cas, tu l'as très justement écrit, ton commentaire était déplacé et j'ajoute injuste. Comme souvent d'ailleurs.

Si au moins tu avais l'humilité du minimum de respect pour des gens qui osent écrire sous leur vrai nom...

Enfin bref, ça fait longtemps que j'ai compris que ça ne servait à rien de te répondre mais là tu ne t'en prenais pas à moi.

Écrit par : José | 13/02/2008

"Où m'as-tu lu appeler à la solidarité envers Birenbaum ou Fontenelle sur un billet ?"

Nulle part. D'ailleurs, ce n'est pas ce que j'ai écrit.

Et puis tu devrais me remercier. Mes interventions t'ont fait gagner 9 comm' sur 21...

(bravo pour la bannière. Enfin! C'était pas trop douloureux?)

Écrit par : Sacha | 14/02/2008

Est-ce que birenbaum aurait chargé un seul individu de continuer ce blog ?
Est-ce qu'il t'aurait choisi José ?

Toujours est-il que les amateurs Domaine d'extension de la lutte ne restent pas totalement orphelins : Birenbaum parti, son blog vit encore, par la voix de ses commentateurs les plus assidus. Dans un post intitulé «Passation de pouvoirs», les dénommés Florence et José reprennent les commandes du navire : «La cérémonie de passation de pouvoirs entre Guy et Florence/José a eu lieu ce matin peu avant dix heures. Cette cérémonie fut sobre et sans aucun protocole. Ni femme, ni enfants, ni journalistes.»
Libération


Guy Birenbaum va donner les clefs de son blog à ses lecteurs. Cet (ex-)blogueur, un des plus lus de France notamment lors de la campagne électorale, a effectivement écrit en début de semaine qu’il mettait un terme à cette expérience. Les internautes fidèles à son adresse, hébergée par 20minutes.fr, ont pourtant continué à visiter le blog, preuve en est le millier de commentaires qu’on y trouve maintenant. Résultat, il a décidé de leur donner les commandes de son site.

Il a d’ailleur rendu public lui-même cette information sur un autre blog, celui de «Mémoire vive», qu’il a confirmé aujourd’hui vouloir transmettre les commandes de son adresse à ses lecteurs.

20 minutes

Écrit par : nef | 14/02/2008

Un neurone se promène un jour dans le cerveau d’un homme. Il rencontre un autre neurone solitaire et tout malheureux. « Mais que fais-tu là ? lui demande-t-il. Au lieu de rester tout seul ici, descends donc nous rejoindre, on est tous ensemble dans les testicules ! »

Écrit par : Stephy | 14/02/2008

Ben voilà, José! C'était pas si douloureux, finalement.

Au fait, tu connais l'origine du mot "scrupule"? C'est juste un petit caillou dans une chaussure. ça gêne un peu mais c'est pas bien grave. ;-))))

Dis: il y a pas une petite merde encore? J'ai l'impression que le "n" de "nrv" est à l'envers.


Je dis ça, je dis rien, comme on dit chez moi.

Écrit par : etrun | 14/02/2008

« Si tu ne trouves pas de boulot, c’est de ta faute, prétentieux fainéant… »

Bonjour à tous.
J'ai dû passer deux jours sans Internet. Aujourd'hui, je m'offre une petite revue des actualités concernant Olivier. Pas mal. Bon pour lui, j'espère.
Et je tombe, entre autres sur ce blog, dans lequel je reconnais le blog NRV de Birenbaum (que je ne fréquente plus régulièrement, je l'avoue).

J'ai été choquée par la hargne rance de certains commentaires de Sacha. Hargne qui ne lui est pas propre : je l'avais déjà rencontrée — et stigmatisée — dans les comm. du blog d'Olivier.
Je cite Sacha : « Pour les "intellectuels précaires", il y a aussi les cours particuliers de soutien scolaire, au noir ou par chèque emploi. Dans ce cas, ça donne droit au chômage.
« Sans compter toutes les vacations dans les nombreuses écoles de journalisme.
« Bref, le talent ou la pension des enfants, faut choisir.
« (C'est pas un comm' de gaité de coeur, bien au contraire. J'en suis sincèrement désolée. Mais l'appel aux dons pour un plumitif, ça me gonfle grave. Je trouve ça indécent quand l'immense majorité des Français ne fait pas le boulot qui lui plait.) »

Tout y est : la haine de ceux qui travaillent de leurs neurones, et non de leurs mains, les "intellectuels précaires" (pourquoi des guillemets ?), le "plumitif" (là, c'est moi qui les mets, les guillemets…), considérés comme ayant, eux, la "chance" de faire un boulot "qui leur plaît" (je me permets de corriger le circonflexe, la pédanterie ne m'ayant jamais effrayée…).

Voilà le genre de mauvais sentiments sur lesquels peuvent surfer les abjectes élites autoproclamées qui nous gouvernent : pendant que les pauvres se tapent sur la gueule entre eux, on leur fait les poches au nom de la solidarité (les heures sup, qui sont autant d'emplois non créés, les "privilégiés" des régimes spéciaux qu'on va te remettre dans le rang, et que ça saute !, la retraite qu'on va te libérer de toute date butoir, le "travailler plus" qu'on va t'annualiser, les chercheurs qu'on va te mettre au pas sous la houlette du MEDEF, les malades qu'on va te subventionner en faisant les poches des malades, le programme du Conseil national de la Résistance qu'on va finir de te cramer avec les derniers feux de Mai 68 ("même pas en rêve !" pour reprendre le sous-titre du merveilleux livre de Gérard Filoche).
Continuons d’"accompagner" les chômeurs dans des impasses, précarité, boulots sans rapport avec les compétences, ni surtout avec le métier antérieur : si tu ne trouves pas de boulot, c’est de ta faute, prétentieux fainéant, et sûrement pas celle du marché de l’emploi… Ah ! la main invisible du marché de l’emploi dans le CV de ma sœur !
J'ai connu ça. J'ai, dans mes archives perso, une carte de l'ANPE datée de mars 1977. Ce n'étaient que les débuts… J'ai eu de la chance : un concours de la fonction publique réussi du premier coup. Le genre de sortie par le haut qui sera bientôt impossible, avec la destruction programmée du statut de la fonction publique. Auparavant, on m'avait beaucoup conseillé de devenir ouvrière, fleuriste, femme de ménage, etc. Tous métiers indispensables (j'ai longtemps été gratte-papier, dactylo, lapin de corrridor dans une banque), mais j'ai l'arrogance de me dire que j'aurais peut-être manqué à ma profession si je n'avais pu l'exercer…

Olivier a raison de s'accrocher : ce qu'il écrit, les grelots qu'il accroche à notre vigilance (si je puis me permettre une métaphore aussi périlleuse…), son style, sa véhémence et ses indignations, mais aussi sa rigueur — intellectuelle et morale — et sa précision — scientifique : il n'avance rien qu'il n'ait vérifié —, c'est cela que nous attendons de lui, c'est pour cela qu'un élan de solidarité s'est instantanément mis en marche, dès qu'on a pu mesurer à quoi le réduisait un système capitaliste obscène qui, pour ce qui concerne la presse, et les media en général, enveloppe de fumerolles vides (le contenu) ses messages publicitaires (le support).

Continue, Olivier, ne te laisse surtout pas culpabiliser. Et merci à José, et à tous ceux qui ont relayé ton message.

Bon c'est pas tout ça. Faut que j'aille faire mon chèque pour réserver deux ou trois exemplaires de "Sarkozy, la grande manipulation"…

Écrit par : Alexandria | 14/02/2008

Précision : cette blague, bien sûr, ne concerne pas tous les hommes : seulement les machos, une espèce - il faut l'espérer - en voie de disparition...

http://cath.piercee.free.fr/blagues-feministes.php3

Écrit par : Stephy | 14/02/2008

Ecrit par : etrun | jeudi, 14 février 2008 11:37


Je n'ai pas touché au "NRV", le N a toujours été ainsi.

Écrit par : José | 14/02/2008

C'est drôle ce nom du blog NRV de José...

Cela me fait penser à un conducteur de Clio qui garde précieusement la petite victoire de Samothrace (spirit of ecstasy) du bouchon de radiateur de la Rolls de son patron pour la coller sur son capot...

Pas assez cher, mon fils...

Disons que je ne trouve pas le geste pas très élégant, mais bon... Si Guy est d'accord...

Quand on squatte un meublé, autant se servir des meubles, n'est ce pas ? Pourquoi se gêner.

Écrit par : "cui cui" fit l'oiseau | 14/02/2008

Avec ce que vient de faire José, je ne comprends pas comment on peut encore douter de sa responsabilité dans toute cette histoire et encore moins de son absence de franchise depuis le début. Donc ce que Pamela appelle la bataille des égos, vient bien de se terminer par ce que nous avions prédit, le rapt par José, du blog que Guy Birenbaum avait offert à ses lecteurs. Il n'y a donc eu qu'un égo là-dedans celui de José, qui a viré Florence, s'est débarrassé du collectif et qui maintenant reprend ce blog à son nom.

José a méthodiquement appliqué le principe de la grenouille dans un récipient d'eau dont on fait monter la température progressivement, elle n'a pas sauté pour s'échapper, s'est endormie, puis a clapoté.

Qui plus est, il est dans le trip de tous ces mecs venus sur internet pour la soi-disant liberté d'expression des blogs et l'interaction, et qui maintenant monnaient leur plume ou leur technique. Bientôt on va avoir de grosses pétitions payantes pour les soutenir, comme on a eu une manif géante dans les années 80 pour soutenir NRJ (cette magnifique radio-libre) qui par la suite a bouffé la bande passante des radios amateurs. L'interaction sera limitée aux commentaires avec IP repertoriés et peut-être sans pseudo.

De l'art de contrôler un média libre en ayant l'air éthique. On peux rabaisser tout cela aux chamailleries de cour d'école, nous ne sommes que des amateurs, voici bientôt venu le temps des professionnels, de l'audimat, de la pub et de la rémunération. Un nouvel eldorado médiatique qui servira de tremplin aux Bonnet... comme les radios libres ont fait la carrière des Karl Zéro...Et pour la pub, il faudra bien que tout cela s'organise et se civilise, que certains blogs soient mis en avant pour une meilleure visibilité et pour ne pas perdre du temps de cerveau disponible, que l'on légifère à partir des propositions de spécialistes de l'éthique des blogs. Tiens je vous parie que l'on y retrouvera bien un jour ce vieux José, qui a surement sa petite idée et des petits systèmes à mettre en place sur l'obligation de montrer patte blanche avant d'envoyer un commentaire.

Écrit par : nef | 14/02/2008

Y'a vraiment des barges...

Écrit par : José | 14/02/2008

A qui tu le dis;-))))

Écrit par : nef des fous | 14/02/2008

En plus ces cinglés ont trouvé le moyen d'écrire des billets sur les archives de TON blog, trop fort !

Écrit par : nef des fous | 14/02/2008

Nef

Je ne te comprends pas sur ce "coup là" ! Et entre les lignes je retrouve dans ton propos l'idéologie ambiante d'une sorte de "théorie du complot" à tous les étages qui nous dit comme la socièté française est fort mal en point !

Avec distance on peut observer cette pathétique blogosphère tel un ultime espace de propagation de la haine interhumaine et en particulier des précaires qui s'entredévorent entre eux !

T'aurais pas confondu ce Bonnet (que je ne connais qu'en l'ayant lu récemment sur le Post) et le célèbre préfet de Corse spécialisé dans la gestion de paillotes ?

C'est quoi le crime ?

José bonne pate a estimé utile d'attirer l'attention sur un journaliste écrivain et si ce blog avait encore un seul intéret je souscris alors à la démarche car il est capital de relayer les énérgies citoyennes ! Y a déjà pas foule de ce point de vue !

Peu importe si on partage tout ou pas tant l'essentiel est d'offrir les moyens techniques à ce qu'une réflexion politique puisse avoir lieu au sens large !

Bref, si la haine gratuite sur internet pouvait se transformer en energie nucléaire, on pourrait garantir l'électricité gratuite pour des milliers de familles vivant dans le dénuement !

On a loupé le coche avec l'internet en France, voilà mon sentiment, pour avoir vécu de l'intérieur la grandeur et la décadence de ce blog ! En cela il a été un outil d'analyse de premier plan qui peut expliquer en miroir pourquoi notre société est en panne !

Dommage ! Vraiment dommage ! Et la responsabilité est collective, que personne ne sente spécifiquement visée ! C'est une question culturelle que nous portons tous et dont nous sommes tous responsables consciemment ou inconsciemment !

Écrit par : Malbrouck | 14/02/2008

Salut Malbrouck!
Je crois que tu n'as pas compris que le coup de sang de nef était lié au fait que ce blog s'appelle désormais le blog nrv de José, comme tu peux le voir sur la bannière ci-dessus. Ce n'est pas un gros changement, puisque c'était de fait le cas depuis longtemps déjà. Simplement, les lecteurs de passage ne le savaient pas, et pouvaient confondre, soit avec le blog de gb, soit avec le blog collectif des lecteurs du Del, qu'il fut, un temps. C'était il y a très longtemps.


C'était avant que le NanoPrésident ne dégringole dans les sondages. Une descente si forte et si subite qu'elle me semble suspecte. Une question que beaucoup se posent en ce moment, j'imagine: certains journalistes et patrons de presse sarkoholiques ne seraient-ils pas en train d'amplifier le creux, pour mieux aider le Minibush à remonter, juste avant les municipales?

Bonne soirée à tous!!!

Écrit par : etrun | 14/02/2008

Etrun

Je t'avais pourtant expliqué en quasi-exclusivité que notre FRANCE TRIBALE CRPORATISTE COMMUNAUTARISTE portait en elle LE NONISME TRANSVERSAL FRANCHOUILLARD !!!!

Tu peux changer de président tous les 6 mois que tu aurais EXACTEMENT la meme FRANCE NONISTE CONTESTATAIRE POUJADISTE JUSQU'A LA MOELLE DES OS !!!

C'est CULTUREL et il n'y ni gauche ni droite là deans crois moi !!!

C'est un pays de mabouls qui a pour extraordinaire don d'en appelller à la réforme SAUF pour son propre corporatisme !!! Ce qui fait qu'aucun sondage dans ce pays de tarés n'a un sens scientifique PUISQUE la réforme on la réclame pour le voisin et vice versa !!!

Y a qu'un PSYCHIATRE formé par la NASA qui pourrait EVENTUELLEMENT gouverner ce peuple 'illuminés qui ne porte strictement aucun projet social collectif dans son ame !

ZERO + ZERO = LA TETE A CHARLOT !! Voilà la Frrance que je décris depuis 20 ans !!!

Le nonisme ne porte pas l'idéal républicain e gauche bon sang !!!!

Le nonisme porte en lui le Sarkolepénisme transversal ET Y COMPRIS la part d'antisarkozysme !!!!!!

Comprendo ??

Écrit par : Malbrouck | 14/02/2008

José ou Gaelle

L'un d'entre vous peut il s'il vous plait vérifier la police de caractères du blog car ça me parait soudainement illisible !

;-)

Écrit par : Malbrouck | 14/02/2008

JOSE

T'AS UN PROBLEME DE POLICE DE CARACTERES ! ;-))))

Écrit par : Malbrouck | 14/02/2008

Ecrit par : Malbrouck | jeudi, 14 février 2008 19:18

C'est dû au widget rollSense que j'ai neutralisé provisoirement.

Écrit par : José | 14/02/2008

José

Toi et la neutralité c'est une longue histoire ! Je pensais que tu avais fait de la "police" de sales caractères ! ;-)))

Écrit par : Malbrouck | 14/02/2008

Ecrit par : Malbrouck | jeudi, 14 février 2008 19:57


Ou de la neutralité de caractère une sale police ? ;)

Écrit par : José | 14/02/2008

bon ben on y est ...enfin.

josé à fait son coming out

Ca y est josé tu fais partie des grands, toi qui en revais tant, des faiseurs d'opinion, des blogeurs influents.

Comme ton papa, feu gb, qui pisse du sarkozy à la poste.fr toute les 20minutes ;-))

Maintenant il te reste à assumer seul , sans le Collectif DEL, ni le Village qui faisaient trop d'ombre à ton égo.

Combien de temps durera ton 1/4 d'heure de gloire ? Ah oui c'est vrai sur le nombre de liens qui pointent sur le DEL depuis la grande époque (celle ou il y avait un taulier), tu as une rente de situation.

C'est beau d'être rentier sur le net.

Profites en bien

et n'oublie pas, contrairement à l'obs, les DEListes historiques ne confondent pas le sucre et la saccharine...

Écrit par : Serval | 14/02/2008

Dans les commentaires :

Il est cynique...

Diner du CRIF...que ..."nos enfants aient aussi le droit de rencontrer à un moment de leur formation intellectuelle et humaine des religieux engagés qui les ouvrent à la question spirituelle et à la dimension de Dieu".

ToutEstSimple
14.02.08 | 17h47
Les archives de l'holocauste regorgent d'Evêques bénissant les pires tortionnaires nazis, en Allemagne, en Pologne, en Croatie. Les évêques de France n'ont-ils pas soutenu avec ferveur le très catholique maréchal Pétain ? "Gott Mit Uns", "Dieu avec Nous" n'était-il pas inscrit sur les uniformes des soldats nazis ? Les silences de Pie XII, qui savait, mais n'a rien dénoncé, ne doivent-ils pas faire réfléchir sur la connivence d'alors entre catholiques et anti-sémitites ?

FIL
14.02.08 | 16h51
Notre président oublie que le nazisme a été entièrement soutenu par l'église allemande, dès 1936, à l'instar du patronat, idem ensuite dans les pays occupés, et que le Vatican s'est réfugié dans une discrétion accablante. Le parrainage ne présente pas d'intérêt : cela paraîtra trop abstrait aux enfants. En revanche, il serait bon de rendre obligatoire la diffusion dans les collèges et lycées de films montrant la Shoah, comme "Nuit et brouillard"...

ALain VS
14.02.08 | 16h37
Les enfants ont surtout besoin d'un discours moral cohérent. Ainsi on va leur raconter l'histoire de ces enfants martyrs que l'Etat français, au siècle dernier, n'a pas su ni voulu protéger. C'est très bien. Mais dans le même temps on va leur dire que c'est normal que certains de leurs petits camarades soient chassés de France parce que leurs parents n'ont pas les bons papiers et qu'il ne faut surtout pas chercher à les protéger parce qu'on risquerait alors la prison. C'est du cynisme...

Clovis
14.02.08 | 15h05
En dépit de l'horreur du génocide,pourquoi la mémoire de ces enfants en particulier auraient-ils plus de valeur que tous les autres enfants morts par le passé? La hiérarchie des crimes est nécessaire,mais la hiérarchie des victimes est odieuse! Le souvenir d'un enfant allemand mort dans les bombardements de Dresde a autant de valeur que celle d'un enfant juif mort dans les camps! Quelle faillite morale et intellectuelle derrière cette proposition stupide,choquante et morbide...

cdupipo
14.02.08 | 14h57
Affligeant

chat_doc
14.02.08 | 14h41
..."nos enfants aient aussi le droit de rencontrer à un moment de leur formation intellectuelle et humaine des religieux engagés qui les ouvrent à la question spirituelle et à la dimension de Dieu". Pour ces rencontres, il n'y aura que l'embarras du choix, depuis les mollahs barbus jusqu'aux scientologues en costards, sans oublier quelques curés pédophiles en soutane...

Eric C.
14.02.08 | 13h44
Cet homme est au-delà de la Présidence, il est en mission divine.

...oui, comme tu dis, cdupipo....

http://www.lemonde.fr/societe/article/2008/02/14/au-diner-annuel-du-crif-le-president-de-la-republique-a-souhaite-ouvrir-les-enfants-a-la-dimension-de-dieu_1011220_3224.html#ens_id=1011063


http://www.yvanlubraneski.fr/archive/2008/02/02/laicite-jean-luc-melenchon-repond-a-sarkozy.html

...elle est cinoque.

Françoise de Panafieu traite Bertrand Delanoë de "tocard"

amf
14.02.08 | 17h18
Panaf trouve Delanoe "tocard", Devedjian traite Anne-Marie Comparini de "salope", Sarko-le-fils soutiendra Martinon "jusqu'à la mort" (il n'a pas menti, il l'a flingué)et Sarko-le-père interpelle Angela Merkel "Eh, Angela, viens voir!". La grande classe et surtout, une hauteur de vue qui rassure la France.

Robert le Parisien
14.02.08 | 17h04
Son mari a ruiné Bull! Ce n'est pas pour cela que Madame de Panafieu doit voir des tocards partout.

MiB.
14.02.08 | 17h04
C'est Devedjian qui lui écrit ses discours maintenant ???

jeremie M.
14.02.08 | 15h46
Quelle classe! Ça c'est du débat de fond!

http://www.lemonde.fr/municipales-cantonales/article/2008/02/14/francoise-de-panafieu-traite-de-tocard-bertrand-delanoe_1011520_987706.html

Écrit par : patrice | 14/02/2008

les DEListes historiques...

Ecrit par : Serval | jeudi, 14 février 2008 22:16

Et les DEListes préhistoriques...y comptent pour du beurre ? Et les antédiluviens...y doivent aller se rhabiller ? Et Jésus ?

Si j'aurais pas connu Jésus
Ma vie aurait été foutue , non ?!!!

Écrit par : patrice | 14/02/2008

Dans les commentaires.

Touche pas à mon môme !!!

Serge Klarsfeld: «Il s'agit d'armer moralement les enfants contre les idéologies extrêmes»

Orwellian La Dictature
La première urgence de toute dérive dictatoriale, c'est de réécrire l'histoire. Jeudi 14 Février 2008 - 21:30

meg96 Non
Non, Serge Klarsfeld, il s'agit bien plutôt de réaffirmer une discutable pré-éminence d'un crime sur tous les autres, la plus grande valeur exemplaire d'une persécution par rapport à d'autres, la plus grande gravité d'un racisme devant tous les autres. Bref, il s'agit de faire plus de place à une communautarisation de l'Histoire, instrumentalisée au profit de préoccupations actuelles plus que discutables. Jusqu'à présent, Serge Klarsfeld avait encore mon estime. Aujourd'hui, il s'approche, dans mon esprit, du niveau de son néo-sarkozyste de fils... Jeudi 14 Février 2008 - 17:59

sfera démagogie
tout à fait d'accord pour ne pas oublier les horreurs Nazie, communiste, et autre dictature contre toutes les personnes, juifs homo, femme, musulman. Mais pourquoi toujours choisir un type de victimes, et pourquoi ne pas plutot penser aux victimes actuelles... pourquoi pas donner un nom d'un enfant expulsé par notre ministre de l'intérieur... Jeudi 14 Février 2008 - 17:56

Carminage Le fait du prince
Encore une fois le fait du prince : le roi s'est levé un matin et a décidé que la lettre de Gy Môcquet était bonne pour les enfants de France, ses enfants. Et la lettre a été lue. Puis le roi s'est levé un matin et a décidé que les enfants de sa France, ses enfants donc, parraineraient un enfant juif décédé avant même que les grand-parent de ces enfants soient nés. Et on donna un papier à chaque enfant de France avec le nom d'un enfant déporté. Un jour, le roi se lèvera et décidera que les enfants de France devront chanter ses louanges le matin dans la cour. Jeudi 14 Février 2008 - 17:50

sylvain Ca dépasse l'entendement
Notre Président et tous ses sbires tombent dans une indécence à pleurer. Descendre aussi bas en utilisant les enfants morts sous le régime nazis pour des desseins politiques cela dépasse l'entendement. Y'a t-il quelqu'un de raisonnable qui peut l'arrêter car là notre république vire au cauchemar... Jeudi 14 Février 2008 - 17:47

Ark_E et puis le passé ressurgira sur tous ...
J'ai le sang qui se retourne, j'ai mes sens qui explosent... J'ai passé 10ans à me demander comment l'homme de 1945 avait été capable de telles ignominies...depuis, chauqe jour m'apprend de nouvelles atrocités, me les expliquent (crimes ou génocides...avec cours de tortures)...les shoot' à la DOOM sont des jeux "gentils" en comparaison de la réalité ! .. etc ,,,, cet espèce d' "élu" ne trouve pas d'autre capote tauromachique, que de restaurer la terreur dans les mémoires de nos enfants !!! --là on frise sa psychanalyse, et il faut comprendre que des drames personnels ne sont pas des fleurs pour tous; ce sont des appuis personnels et intimes, Or, nous avons déjà une histoire familliale et leurs drames quotidiens et nationaux, sont eux-aussi dans nos mémoires ! Je comprends le devoir de mémoire, mais je comprends aussi que je n'en suis pas responsable; ni de mon passé mondial ! ... C'est aussi à cause de cette m'''' que nous en sommes là. Et cette fois enfin, en France, je serai contre cet homme et ses partisans, la propagande va trop loin ! Qu'il donne sa démission, lui, est réellement horrible ! Et oui, pour la mémoire de ces enfants, les films ne suffiraient plus... _____qui trouvera une oeuvre immuable pour saluer la mémoire des millions d'innocents qui meurent chaque minute sans que l'on y puisse rien ?,,, l'oeuvre est à mûrir, notre société à faire évoluer enfin. Jeudi 14 Février 2008 - 17:44

lulu ce n'est pas la dernière
à chaque jour où presque, une nouvelle idée. Cetlle-ci n'est pas la meilleure! Que ces innocentes victimes reposent en paix et que nos jeunes restent gais et insouciants, comme il se doit à leur age! J'ai vécu l'occupation car j'ai 83 ans, mais je souhaite que l'on oublie cette période sinistre qui a vu tant de victimes,mon frère,qui n'était pas juif, fût une de celle-là: eh bien, je n'ai jamais voulu bouleverser mes enfants et mes petits-enfants avec son souvenir! Jeudi 14 Février 2008 - 18:04


http://www.liberation.fr/php/pages/pageReactionsList.php?rubId=15&docId=310030#reac926989

"Il s'agit d'armer moralement ...". Putain, y'en a qui se font pas ch... avec les concepts. Plus c'est indéfini, plus ça passe ?

Écrit par : patrice | 14/02/2008

Un salut à Olivier Bonnet dont le blog me manque (et en passant, entièrement d'accord avec Alexandria). Je n'en peux plus de cette culpabilisation poujadiste de ceux qui se battent pour vivre de ce qui leur plait, pour avoir un métier qui fait sens. De cet utilitarisme galopant d'époque qui veut supprimer toutes les filières de savoir "non rentables". (rappelons l'adresse du beauf de Valerai Bruni-tedeschi à un étudiant: "si vous voules étudier les langues anciennes, la collectivité n'a pas à payer pour ça!)
Et nous, nous aurions à expier en se repliant sur des boulots abrutissants et sous-payés le choix d'avoir voulu donner sens à nos métiers?

Écrit par : Valdo Lydeker | 14/02/2008

Ecrit par : patrice | jeudi, 14 février 2008 22:28

Etre DEListe, c'était un concept, une idée, et cela va vous étonner vu mes relations avec le taulier (le vrai), je remercie Guy Birenbaum de nous l'avoir offerte. Sincèrement.

Bien sur, le peu qui reste fait désormais figure d'anciens combattants.

Mais ayez au moins la décence, bande de merdeux, de vous rappeler que ces anciens combattantss vous ont construit un espace ou vous pouvez vous exprimer, ou vous pouvez vous étriper, ou vous pouvez vous défouler.

Un espace libre.

Un espace de liberté.

Et qu'est ce que vous en faites aujourd'hui ? RIEN

Vous croyez vraiment que cela va continuer ?

Pourquoi croyez vous qu'on à crée le Village ?

Écrit par : Serval | 15/02/2008

Ecrit par : Serval | jeudi, 14 février 2008 22:16

Vous êtes venus en meute comme les hyènes, de surcroît sur un billet qui ne le méritait pas et dont vous n'avez fait aucun cas (honte à vous), mais vous rendez-vous compte de l'énormité des conneries que vous proférez ?

Écrit par : José | 15/02/2008

Ecrit par : Serval | vendredi, 15 février 2008 00:05


Le délateur qui se pose en défenseur de la liberté... Dois-je te rappeler ici ce que tu me disais de membres de ton village dont tu es solidaire aujourd'hui ?

Je ne t'autorise plus aucune insulte ici.

Écrit par : José | 15/02/2008

Ecrit par : Serval | vendredi, 15 février 2008 00:05

Oui, c'est une lecture possible, tout ça, Serval.

Il y en a d'autres. Favorisant moins peut être l'idée de pères fondateurs et peut être moins idéologiques, laissant la place à bien des impondérables et qui peuvent vraisemblablement blesser ceux là qui se sentent orphelins d'un espace, d'un contenu qu'ils pensent avoir crées, de leur toute puissance de savoir.

Ceux là avaient ils des idées, des visions si justes, qu'ils ont pu laissé s'enfuir l'esprit qu'ils disaient avoir mis, ici, dans leur espace ?

José, moi, bof...sans avis bien précis. Mais en quoi un seul individu devrait-il être la cible de ces DEListes historiques (si même on pourrait longtemps discuter des critères qui les définissent et si même on pouvait aujourd'hui juger que tous se sont éloignés de ce lieu de par la reprise du DEL par José)...mais en quoi devrait-on ...quand bien d'autres motifs sont sans doute invocables expliquant au moins autant la baisse de fréquantation du DEL ?

C'est un absolutisme de la pensée, une sorte de monothéisme que je ne partage pas.

Serval, nous passons...

De même, je partagerais tantôt les propos de Malbrouck, visant notre personnalisation de nos déboires présents dans l'actuel d'un chef d'état. Oui. Mais oui et non. Nous l'avons élu. Et je n'évoque pas le 6 mai. Comprendre plutôt : nous l'avons fait.

Écrit par : patrice | 15/02/2008

Mon petit josé..

Tu es passé du statut de grande gueule à celui de grosse tête...

dois je rappeler ce que tu disais sur certaine personne très très proche de toi ?

Tu n'es que josé. Pas Guy, quoique tu puisses usurper.

PS: Je ne t'autorise plus aucune insulte ici.

Ecrit par : José | vendredi, 15 février 2008 00:14

Cela veut il dire que tu les tolère (voire les autorise ou pire les encourage) d'autres qui braillent "fasciste" à tout bout de champ comme s'il s'agissait de demander une baguette de pain ? Et ce au mépris de ceux qui ont souffert ou qui sont morts de cette idéologie monstrueuse ?

Bref : Serais tu solidaire aujourd'hui de ce que tu as vomi hier ?

Fasciste n'est pas une insulte pour toi mais coming out si ?

Écrit par : Serval | 15/02/2008

Comparaison en régime de caste

On l'a appris ces jours-ci : les patrons français du CAC 40 gagnent en moyenne, en un an, 11 siècles de RMI, et 5 siècles de SMIC !
(voir : 11 siècles de RMI - http://egalite.over-blog.org/article-16648041.html )

Ces chiffres font honte à notre époque, à l'insuffisance de civilisation qui y règne.

Écrit par : Faut Résister | 15/02/2008

Ecrit par : patrice | vendredi, 15 février 2008 00:34

Patrice, lorsque gb a quitté le DEL (et dieu sait si je l'ai vilipendé de la manière dont il l'a fait) il a : " rendu public lui-même cette information sur un autre blog, celui de «Mémoire vive», qu’il a confirmé aujourd’hui vouloir transmettre les commandes de son adresse à ses lecteurs."

A ses lecteurs. C'est important.

Écrit par : Serval | 15/02/2008

Ecrit par : Serval | vendredi, 15 février 2008 01:05

Ca fait dix ou onze mois que je suis là. Pour dire : j'ai un peu suivi tout ça. Oui : " à ses lecteurs". Et puis finalement et dans la pratique , ben, José et Françoise, pour l'administration. Comment c'est arrivé ? On a suivi aussi. Maintenant c'est ça. Que serait-ce si d'autres tenaient ces commandes ? J'en sais rien .

On lit "fasciste". J'ai suivi aussi, il y a quelques jours. Mais dans le passé, si le mot ne s'y présentais dans sa forme claire, nominative, les propos de celui-ci ou celui là le disaient tout autant.

Je ne suis pas un modéré, un tiède. J'ai assez appris.C'est pas fini. Pas un conciliateur.Je ne nage pas entre deux eaux. Pas un loliste, comme on dit. Beaucoup sont partis. Je n'ai pas pensé pourtant que le DEL du printemps dernier serait encore tel, intact, aujourd'hui et j'ai tenté de m'y faire. Ca manque un peu. Ca me permet, d'un autre coté, de reprendre pied dans mon existence hors d'ici. Travail, sommeil, alimentation.

Alors, n'ayant que peu de prise sur cet evênement (qui doit mener quoi ?), je fais avec. Est-ce tellement moins bien ? Je viens ici lire, passer quelques informations. Ce serait bien, tel qu'il est encore, que ce lieu subsiste. José, je ne sais. J'ai au moins un point commun avec lui : les statistiques, je m'en fout.

Écrit par : patrice | 15/02/2008

Je passe sur le DEL à peu près tous les huit jours . Pour voir que plus ça change, plus c'est pareil, plus je vois toujours le même film : foutage sur la gueule et foutage de gueule par des gens (et je ne "choisis pas mon camp", je ne choisis pas mon DEL : comme disait mon père, "j'en prendrais pas un pour taper sur l'autre") principalement intéressés par leur ego, surtout occupés à s'insulter, se réconcilier, s'insulter, se réconcilier etc... Pendant ce temps-là, Tricky Nicky avance avec ses saloperies, la dernière étant son projet de charger les épaules des mômes du fantôme d'un enfant juif mort. Et attention, Juif only, Français only, pas Gitan* (pour ne parler que de 39-45).

Merci à Patrice, coucou à Waldo.

* Il s'en était fallu d'un rien, d'un coup de pédale pas assez énergique, d'un détour trop long, d'une hésitation dans la recherche du lieu de rendez-vous, mais sans ce retard salvateur il serait aux côtés de son camarade Michel Christophe, arrêté presque sous ses yeux, poussé violemment dans une voiture, conduit à Nantes, torturé au siège de la Kommandantur, emprisonné puis déporté à Buchenwald d'où il revint à la fin de la guerre, maigre, tellement maigre avec cette fine enveloppe de peau épousant son crâne et ses os, que sa mère qui l'accueillit sur le quai de la gare hésita à refermer ses bras autour des pauvres formes de son fils de peur de le réduire en poussière, comme ces momies manipulées sans précaution à l'ouverture d'une sépulture ancienne, lui disant : « C'est bien toi », non pour s'assurer qu'il s'agissait bien de lui – mutilé, défiguré, comment n'eût-elle pas reconnu cette part d'elle-même? – mais comme on s'étonne de la métamorphose d'un proche ; c'est bien toi, qu'on n'imaginait pas capable d'un tel prodige, c'est bien toi, cet équilibriste sur le fil de la mort. Et pendant des jours l'alimentant comme un enfant de bouillies et de viande hachée, respectant son silence, et lui, à mesure qu'il reprenait des forces, que son regard paraissait moins lointain, commençant à raconter les affres du corps : la faim, les poux, la vermine, la dysenterie, le froid, la fièvre, mais comment faire entendre cette faim-là à ceux qui évoquent en retour leurs privations, ces démangeaisons-là à se gratter jusqu'au sang et à la folie à ceux qui se plaignent que le savon était une denrée rare et ne moussait jamais, ce froid-là à ceux qui grelottèrent quatre hivers, cette fièvre-là à ceux qui empilaient sur eux couvertures et édredons, alors gardant le reste pour lui, ne confiant que bien plus tard à son camarade Joseph ce qui tourmentait ses jours et ses nuits depuis son retour et dont il avait été le témoin : cinq cents petits Gitans, entre cinq et douze ans, exécutés à la seringue, un à un, que l'on immobilisait sur une table pendant qu'un pseudo-chirurgien, liftier dans le civil, leur enfonçait une longue aiguille dans le cœur, y instillant un poison jaunâtre à l'effet foudroyant. Et son camarade, se rappelant sa lenteur à bicyclette et le hasard bienheureux qui lui avait valu de ne pas partager le même sort, se retenant de lui demander s'il avait fait partie de ceux qui maintenaient de force les petits martyrs.

Jean ROUAUD

Des Hommes Illustres
(p 157)


http://www.rue89.com/jean-yves-camus/sarkozy-persiste-et-signe-sur-le-role-social-des-religions

Écrit par : PMB | 15/02/2008

Ecrit par : PMB | vendredi, 15 février 2008 09:55

Merci.

Écrit par : adrien (de rien) | 15/02/2008

Ecrit par : Valdo Lydeker | jeudi, 14 février 2008 23:40

La question n'est peut-être pas là Valdo, est-ce que les blogs ont vocation à devenir un lieu rémunéré donc professionnel ? Que deviendront-ils une fois cette métamorphose de pages d'expression perso transformé en lieu d'expression professionnel ?

Que les journalistes soient payés et Bonnet autant qu'un autre, pour écrire sur les pages internet d'un journal, comme ils le sont dans la presse c'est normal. Que ceux qui apprécient son travail, achètent son bouquin bien sûr et j'en ferais partie. Cependant la logique du "je passe du temps à écrire et à gérer mon blog, j'ai une forte audience, j'ai droit à une rémunération" va profondément changer les règles. Une marchandisation des blogs va s'installer en simultané, avec une mise en avant de certains blogs dont l'audience sera à rentabiliser.

Prenons un exemple que nous connaissons bien : comment écrivait Guy lorsqu'il n'était pas rémunéré pour le faire, comment écrit-il maintenant qu'il est soumis à un certain "rendement" ? Ce processus entraîne obligatoirement un changement dans la liberté de ton et les écrits. Ce n'est donc pas juste un problème de légitime rétribution d'un travail. Cela influe sur le contenu des blogs. Et aussi sur la place accordée aux commentaires et aux commentateurs. La participation des lecteurs y est moins "facilitée", car elle demande une gestion plus lourde. Facebook et les réseaux sociaux seront là pour cela.

Est-il souhaitable que les pseudos disparaissent ? Un point de vue qui se défend y voit une déontologie, une responsabilisation des écrits ? Cependant l'arrivée des Noms sur internet, ouvre également la possibilité de s'y faire un Nom (ou un prénom), c'est aussi une plus grande possibilité de contrôle de la diffusion des écrits, une facilité offerte à un Yves Jégo pour engager une procédure. Et il est à parier que l'éthique y gagnera ce que la liberté de ton, la subversion et l'insolence y perdront.

Bien sûr comme en littérature, où certaines petites maisons d'édition courageuses existent, des blogs amateurs persisteront, mais leur absence de visibilité les cantonneront à l'espoir de parfois être vu et lu.

Et pour tous ceux qui pensent que cette vision des choses est barge, un petit rappel historique de ce qui s'est produit dans la FM.

" NRJ, au statut associatif, comme toutes les radios libres avant 1984, est dirigée la première année par Jean-Pierre d'Amico. Les animateurs sont bénévoles. Dès le début, NRJ entend se démarquer de ses concurrentes. Pour cela, elle concentre ses efforts sur deux points essentiels : la qualité du son et la programmation musicale. Alors que beaucoup de ses concurrentes ne sont audibles que dans certains quartiers de la capitale, NRJ réussit à arroser une large zone. De plus, les disques diffusés à l'antenne sont étudiés, tandis qu'une majorité de radios libres diffusent un peu tout et n'importe quoi.

Grâce à cette stratégie, NRJ devient l'une des radios libres parisiennes les plus populaires, aux côtés de Radio Show et RFM. Jean-Paul Baudecroux, jusque là peu présent dans les studios, s'investit alors davantage dans sa radio, et se sépare de Jean-Pierre d'Amico, que les animateurs avaient jusque là considérés comme seul chef à bord... Il s'entoure finalement d'un avocat, Max Guazzini.

Si la publicité est officiellement interdite, la radio ne manque pas de détourner la loi, en diffusant notamment de la publicité clandestine. Les animateurs bénévoles, qui comprennent que la radio commence à faire du chiffre, ne tardent pas à réclamer un salaire (une journée de grève eut même lieu, avec messages à l'antenne). Celà devient encore plus légitime à partir de l été 1984 où François Mitterrand autorise la publicité sur les radios FM : NRJ quitte alors son statut associatif pour devenir une véritable entreprise commerciale.

Décembre 1984 : NRJ, ainsi que 6 autres radios parisiennes, sont suspendues pour 1 mois car elles ne respectent pas leurs conditions d'émission. NRJ est notamment accusée d'émettre avec une puissance démesurée. NRJ organise alors une grande manifestation : à l'aide d'une agence de publicité et de plusieurs stars dont Dalida, elle appelle ses auditeurs à descendre dans la rue. La manifestation est un énorme succès, rend encore plus populaire NRJ et contraint le pouvoir à suspendre ses sanctions.

Forte de son succès (elle est donnée première de toutes les radios libres à Paris), la radio finit par quitter ses minuscules studios pour un vaste appartement au 39 avenue d'Iéna. Au milieu des années 90, elle déménagera une nouvelle fois au22 rue Boileau.

NRJ est l'une des premières radios à se constituer un réseau de radios locales franchisées NRJ en province. Bien que la diffusion par satellite soit encore inexistante (chaque radio realisant ses propres programmes), elle permet de faire connaître la marque NRJ au reste de la France.

Le 2 octobre 1985, coup de théâtre : 6 stations de province franchisées NRJ quittent soudainement le réseau pour créer le leur : le réseau FUN. Ce putsch, dirigé par Eric Péchadre et Pierre Lattès, deux cadres de NRJ, ainsi que de Jean-Baptiste Blanchemain, directeur de NRJ Montpellier, fait prendre conscience à la direction qu'il lui faut protéger son réseau. Désormais, elle s'assurera plus efficacement de la fidélité de ses radios. De plus, elle s'intéresse de plus en plus à leur ligne éditoriale : des membres de NRJ sont envoyés en province pour épurer la discothèque des radios des disques un peu trop folkloriques, et impose petit à petit une couleur musicale NRJ.

Vers 1986, la diffusion par satellite s'installe. Les radios locales de province deviennent des relais du programme parisien, tout en conservant quelques heures de programme local chaque jour. La diffusion de la publicité à l'échelle nationale devient possible, et la qualité et l'uniformité des programmes en province est désormais assurée à la direction parisienne.

Ces années 80 constituent "les grandes années NRJ" dans la mémoire des auditeurs. Elle rassemblait une bande d'animateurs ayant une grande liberté de ton, des habillages spécifiques pour chacun d'eux, des passages d'antenne mémorables entre les animateurs. On citera Marc Scalia et son Star Match, Serge Repp, Dominique Duforest (dit "Dodo"), ou encore Mitsou. Malgré cette grande liberté de ton, la radio veillait à un maximum de professionnalisme.

Au fur et à mesure des années, l'ensemble des radios FM se professionnalise. La concurrence entre réseaux devient de plus en plus forte, les plus faibles disparaissent. NRJ devient elle aussi de plus en plus formatée. Les animateurs, de plus en plus bridés, perdent en personnalité. Le programme musical est de plus en plus dicté par les enquêtes marketing. Parallèlement à ça, NRJ connaît toujours un accroissement de son audience, à mettre au compte également du développement spectaculaire de son réseau, de ses méthodes de communication."

Écrit par : nef des fous | 15/02/2008

Nef,

Je ne posais pas la question de la rémunération des blogs sur laquelle je serais assez en phase avec toi. Mais je plussoyais (mot horrible) Alexandria dans une ambiance générale de poujadisme généralisé et de ce qu'il faut bien appeler une haine de la pensée. Chaque fois que le Monde par exemple, publie une tribune sur la politique culturelle, ou la recherche, ou un article de sociologue, les commentaires de bas étage pleuvent sur "ces privilégiés", sur "la culture étatique", sur "les sciences humaines qui fabriquent des chômeurs"...
Je n'admets pas l'argument "vous avez la chance d'avoir un boulot qui vous plait, alors fermez votre gueule si vous êtes précaire et/ou sous-payé". Avoir un boulot qui vous plait n'a rien d'une "chance" ou d'un "privilège", c'est un investissement constant et important pour pouvoir continuer à en vivre, alors que ce devrait être la norme.
les sites d'information sur Internet sont en train de fabriquer une cohorte de "sous-journalistes" qui n'ont ni le statut, ni la rémunération correspondante au travail qu'ils effectuent.

Écrit par : Valdo Lydeker | 15/02/2008

Magnifique texte, bouleversant, merci.

Écrit par : Olivier B. | 15/02/2008

Je parlais de celui de Jean Rouaud.

Écrit par : Olivier B. | 15/02/2008

@ Valdo (merci chère amie et gros merci aussi à Alexandria) : prenez l'exemple du Post. Il y a les invités, qui sont rémunérés (faiblement - peut-être Guy est-il un cas à part en ce sens) et la cohorte des blogueurs anonymes. Je m'y suis inscrit pour "faire mes preuves", qu'ils jugent sur pièce de la pertinence de mes billets et de leur audience et j'ai enfin "candidaté". D'abord en tâtant le terrain, pour savoir quelles étaient les conditions pour proposer à quelqu'un le statut d'invité. Réponse : "Les critères de passage en "invité" du Post, sont variables et non systématiques. Il peut nous falloir de nombreuses semaines avant de décider de tenter l'expérience". Tenter l'expérience de payer des gens ! Ben oui, pourquoi payer pour ce que l'on peut avoir gratuitement ? Je ne me suis pas découragé pour autant et écrit une vraie lettre de candidature, faisant valoir pour conclure : "A la différence de nombre de blogueurs, je suis un professionnel et ne dispose que de ma plume pour vivre, sans bénéficier d'une "rente médiatique" ni d'un poste en rédaction. Dans le contexte d'une crise sans précédent de la presse, l'information sur Internet, elle, explose. Il est par conséquent légitime pour un journaliste pigiste tel que moi, ayant fait la preuve en ligne de sa capacité à fédérer une audience et à produire un contenu de qualité avec une régularité quotidienne, d'aspirer à percevoir la rémunération de son travail".
Résultat : pas de réponse !
Il va sans dire que je n'écrirai plus chez eux. Sauf pour faire la promotion de mon bouquin ;-)

Écrit par : Olivier B. | 15/02/2008

Ecrit par : nef des fous | vendredi, 15 février 2008 11:05


Vous venez régler des comptes personnels sur un billet qui ne méritait pas cet irrespect.

Toi comme d'autres avez l'imagination trop fertile et à mauvais escient.

J'ai modifié la bannière graphique suite à ce qui s'est passé avec le Nouvel Obs, rien de plus. Aucun référencement, aucune identification, rien dans le code source ne fait apparaitre qu'il s'agit ici du "blog de José". Or, si j'avais vraiment voulu chercher une notoriété quelconque, c'est par là que j'aurais commencé. Aucun robot d'indexation n'est capable d'isoler une trame purement graphique pour l'associer à un nom. Vous rendez-vous compte de l'énormité de ces bêtises ? Lorsque vous signez vos billets sur le village vous êtes automatiquement mieux référencé que moi ici !

Mais ça ne vous empêche pas d'alimenter vos théories du complot comme quoi c'était mon objectif non avoué que de m'accaparer une éventuelle "célébrité" passée ou extérieure.

Ainsi certains me reprochent de ne pas signer, d'aucuns de ne pas savoir où on se trouve et d'autres d'identifier le blog. Certains m'accusent d'être de parti pris et d'autres d'être neutre.

On m'accuse d'avoir évincé des gens qui sont partis d'eux-mêmes.

On me reproche d'avoir tué un soi-disant collectif qui a été dissout unilatéralement par celui-là même qui s'en prévalait le créateur.

Etc.

Mais revenons au sujet du billet. Olivier Bonnet n'a pas demandé à être payé pour son blog. Dans une situation financière critique, il a justifié sa suspension. De mon propre chef uniquement (bien que l'en ayant informé et lui m'ayant dissuadé de publier l'appel aux dons), j'ai appelé à la solidarité. Personne n'est obligé d'y répondre.

Et je passerai sur les commentateurs dégoulinant d'une soi-disant morale, éthique ou que sais-je encore qui écrivent sous pseudo pour éviter qu'on les reconnaisse mais qui fustigent Olivier qui a toujours écrit sous son nom...

C'est vraiment pathétique et formidablement révélateur d'une certaine mentalité de donneurs de leçons anonymes de la Toile qui croient que l'Internet ou la liberté d'expression sont nés avec leur apparition numérique.

Quelles profondes manifestations de gratitude...

Écrit par : José | 15/02/2008

Ecrit par : PMB | vendredi, 15 février 2008 09:55
Ecrit par : adrien (de rien) | vendredi, 15 février 2008 10:32

" Nous devons prendre en considération non pas le contenu mais le médium lui-même et la matrice culturelle dans laquelle il agit, ainsi que les effets psychiques et sociaux des médias. "

Mac Luhan

Ecrit par : Valdo Lydeker | vendredi, 15 février 2008 11:25

Valdo, tu sais comme j'ai servi de médiateur à des artistes pendant des années, festival des Transmusicales, expositions de plasticiens, création de musée, festivals littéraires, maison d'édition militante et que je ne peux être attaquée sur ce poujadisme là. J'ai vraiment beaucoup donné et souvent bénévolement.

Trop fréquemment, nous ne réalisons pas suffisamment à quel point nos actes d'"achat" culturels sont importants et conditionnent la production des oeuvres. Si les citoyens achètent du Lorie, il ne faut pas s'étonner que dix Lorie surgissent dans la production de disques. Il y a bien un problème de mise en avant de certains artistes, de certains journalistes au détriment d'autres dont la servilité et la production commerciale sont préférées à liberté de ton ou d'expression trop peu récompensée.

Cependant, faisons bien la différence entre les blogs et les sites d'information.
Il est totalement anormal que la presse ne laisse pas leur place aux voix libres comme celles de Bonnet ou de Fontenelle, il est totalement anormal que les journalistes qui travaillent sur la presse internet n'aient pas les mêmes conditions de travail et les mêmes rémunérations. Cependant ce problème ne doit pas rejaillir sur les blogs, car cette ouverture de fenêtres risque de bien vite être de nouveau cadenassée. La même pression commerciale s'y exercera, avec les mêmes effets pervers.

Écrit par : nef | 15/02/2008

Ecrit par : José | vendredi, 15 février 2008 12:08

Ce qui est path-éthique, c'est que tu ne vois pas que nous sommes en train de débattre de ton billet, en lui ouvrant des perspectives.

La fonction structurelle d'un média est comme le disait Gattari est d'induire la passivité de l'usager. Il le différenciait en cela du médiactivisme qui détourne le média de cette verticalité.

En ce qui concerne le domaine d'extension de la Lutte, Birenbaum reconnaissait être influencé par les commentaires et commentateurs, cela le dérangeait ou le stimulait alternativement. C'est surement parce que cette verticalité médiatique était dérangée, que d'une certaine manière à mon avis consciente, Guy Birenbaum a offert ce blog à ses lecteurs. C'était sans compter avec ton sens de la hiérarchie et de la verticalité, qui n'a eu de cesse de remettre en place une structure médiatique classique.

Écrit par : nef | 15/02/2008

Ecrit par : Olivier B. | vendredi, 15 février 2008 12:04

Le Post est à mon sens symptomatique de la dérive. Il en est même l'avant-garde. Les blogs et le rédactionnel y sont soigneusement mêlés. La confusion des médias, blog et presse est totale. L'amateur, le professionnel y sont mélangées de façon obscure. leur politique de rémunération suit.
Au moins sur 20 minutes, la séparation est formellement maintenue.
La confusion est-elle favorable au journalisme et aux blogs ?

Écrit par : nef | 15/02/2008

Ecrit par : nef | vendredi, 15 février 2008 12:45

Enfin bref, quoi...

Écrit par : José | 15/02/2008

Ecrit par : Olivier B. | vendredi, 15 février 2008 12:04

J'ajouterais que dans la presse,il y a la possibilité d'accueillir un journaliste dans ce que l'on appelle une chronique, comme par exemple le fait Pierre Marcelle. Pourquoi la presse sur internet habille t'elle ceci du terme blog "invité" ? Justement pour le mélange des genres et l'opacité permise de rémunération.

José et Malbrouck vont encore m'accuser de théorie du complot. Cependant, ce n'est à mon avis qu'une façon comme une autre de fournir des emplois déguisés, comme les assistants de production qui deviennent des intermittents du spectacle, c'est vieux comme le monde comme dirait brièvement José.

Écrit par : nef | 15/02/2008

Ecrit par : José | vendredi, 15 février 2008 13:01

Tu fais un peu comme Sarko là José, les attaques de personnelles tu y réponds mais les questions de fond tu les évites, tout en dénonçant les attaques personnelles;-)))

Écrit par : nef | 15/02/2008

Ecrit par : nef | vendredi, 15 février 2008 13:25

Les questions de fond, j'y ai suffisamment répondu mais personne n'en a tenu compte parce que les réponses ne correspondaient pas tant chacun aurait aimé lire ce qu'il aurait voulu.

Débat sans fin sur lequel je ne me penche plus.

Écrit par : José | 15/02/2008

Ecrit par : José | vendredi, 15 février 2008 12:08
Si je peux me permettre, on n'y comprend que dalle, José...;-)))
@PMB
Merci pour la citation. C'est aussi l'objet du billet de Sacha, sur l'autre Del!

Écrit par : etrun | 15/02/2008

Ecrit par : etrun | vendredi, 15 février 2008 13:39

Que n'as-tu pas compris ?

Écrit par : José | 15/02/2008

Premier billet sur le DEL de José (hum hum, il manque une quinzaine de jours qui ont disparu)

Les discussions concernant les modalités de l’existence du nouveau Domaine d’Extension de la Lutte sont maintenant terminées.

Certains diront : « pas trop tôt ».

D’autres : « c’est la mort du DEL ».

Les échanges qui se sont déroulés sur une semaine, peuvent être résumés par le paradoxe d’Arrow.


Ce paradoxe pose le problème des représentants de la volonté générale, donc directement de la démocratie. (Ou de l’imposture de la démocratie ?)

L’élan impulsé par Guy Birenbaum était facilement gérable car il était seul maître à bord de son blog, d’ailleurs il disait « je suis ici chez moi ». Ce qui était tout à fait vrai.

Le nouveau Domaine d’Extension de la Lutte (par la force des choses) a pris un nouveau visage ainsi qu’un nouveau virage. Veillons à ne pas aller trop vite dans le décor.

Longue vie au nouveau DEL, le blog des NRV !


dans l'article wikipedia mis en lien sur le paradoxe d'Arrow

Si ce théorème ne gêne pas les partisans de régimes dictatoriaux (qui sont prêts à faire confiance à un « homme fort » pour mener raisonnablement le peuple), et gène peu les libéraux (qui récusent l'idée de transformer des préférences individuelles en préférence collective), il est en revanche une épine dans le pied des partisans de la démocratie.

Écrit par : nef | 15/02/2008

@José
Moi, je te reprochais de ne pas signer tes papiers. Et de ne pas dire au lecteur qui pensait revenir sur le blog de gb, où il se trouvait. Je ne te reprochais pas du tout, donc, d'identifier ce blog puisqu'il ne l'était pas!
Par contre, la façon dont tu l'identifies depuis hier (le blog de José), fait qu'on est passé d'un blog qui fut celui "des lecteurs du Del", au blog d'un individu. C'est donc une appropriation, une "privatisation" de ce blog. C'est bien ça?

Écrit par : etrun | 15/02/2008

Ecrit par : etrun | vendredi, 15 février 2008 15:10

Non, c'est pour éviter que ne se reproduisent des phénomènes comme avec le Nouvel Obs qui n'aurait plus aucune excuse dorénavant.

Écrit par : José | 15/02/2008

Et de plus non, il ne s'agit pas d'un blog personnel de plus comme tu as pu le craindre. J'avais déjà le mien et si cela avait été mon intention j'aurais alors proposé à la fermeture du DEL que l'on s'y retrouve.

Ecrit par : José | dimanche, 16 septembre 2007 15:10


José tu y gagnerais à clarifier toi-même ta position.
Tu parles de Del collectif alors que tu veux tout gérer seul : la modération des commentaires (que tu justifies comment ?), le rythme de passage des auteurs, les blogs référencés...
Soit le Del est collectif et la gestion est collective, et tu te dois de tenir compte des avis des autres, soit le Del est le blog de José et tu décides ce que tu veux quand tu veux.

Ecrit par : florence | mercredi, 10 octobre 2007 21:36

Écrit par : nef | 15/02/2008

Ecrit par : José | vendredi, 15 février 2008 16:18

C'est une réponse qui manque encore de transparence.
La question est pourquoi tes réponses manquent-elles de transparence ?
Parce que tu ne peux pas vraiment privatiser ce blog.
Si Guy Birenbaum avait voulu une succession à son blog qui soit dans les mains d'une personne, il aurait choisi quelqu'un qui lui était proche et non quelqu'un qui lui était plus ou moins inconnu. Il n'avait donc pas choisi la verticalité mais bien une gestion collective de ses lecteurs. Une gestion plus horizontale de ce blog.
Donc la question de fond est toujours en suspend.
Et tu t'en sors par cette pirouette, une obligation imposée par l'extérieur.
Le nouvel observateur t'a imposé cette annexion par éthique vis à vis de Guy Birenbaum.

De toutes façons en ce moment le Nouvel Obs a bon dos;-))))

Écrit par : nef | 15/02/2008

Ecrit par : nef | vendredi, 15 février 2008 16:45

Tu es vraiment tordue.

Qu'est-ce qui m'empêcherait de le faire si c'était le cas et que sais-tu réellement de ce qu'avait choisi Guy Birenbaum ? Qui peut affirmer savoir ce que pense Guy Birenbaum et être en contacts réguliers avec lui ? Tu en as parlé, toi, avec lui ? Sais-tu le nombre de fois où il m'a conseillé de tout envoyer promener et de détruire ce blog au vu de ce qui se passait ? Le nombre de courriels où l'on me trouvait bien trop patient ?

De toute façon, je suis effectivement le seul responsable juridique de ce blog et dorénavant de fait le seul rédacteur alors en effet j'y fais ce que je veux.

Je ne sais même pas pourquoi je me fatigue encore à expliquer des évidences. Peut-être ai-je plus de respect pour certains lecteurs et commentateurs qu'ils n'en ont pour moi et devrais-je faire comme Fontenelle, fermer les commentaires. Et je le comprends.

Si tu n'es pas contente va te ballader ailleurs parce que ma patience, même si elle est grande, a des limites.

Écrit par : José | 15/02/2008

Quelle hystèrie très intéressante à observer tant elle entremèle des aspects rééls et virtuels TOUS destinés en réalité à REMPLIR LE VIDE SIDERAL DE L'EXISTENCE parceque malheureusement l'etre humain sot, idiot, arrogant par nature est ANGOISSE à l'idée du NEANT là où je continue à n'y voir que la SEULE BONNE NOUVELLE !!!

Dans 3000 ans l'homme universel ne sera plus angoissé par le vide extraordinairement sublime de la vie et fermera enfin sa grande gueule d'ane baté pour l'éternité !

Vivement qu'on nous coupe la langue s'il s'agit enfin d'aller rejoindre le regne animal supérieur en cet univers !

Du balai les bruyants et tapageurs etres humains ! ;-)))

Écrit par : Malbrouck | 15/02/2008

Ecrit par : José | vendredi, 15 février 2008 17:17

Tordue, barge, pathétique, moi en tout cas j'en suis restée aux questions de principe et de façon plutôt bien élevée (Gattari n'est pas un vilain nom d'oiseau);-)))

Je n'ai pas tenu de propos injurieux, antisémites, pédophiles, racistes de quelque manière répréhensible par la loi et engageant ta si précieuse responsabilité juridique, je ne t'ai pas attaqué sur ta vie personnelle. Donc je ne vois pas pour quelle raison, je serais censurée, si ce n'est par une dérive monarchique de ce blog qui appliquerait le fait du prince et l'embastillement sur lettre de cachet. Ces mystérieux courriels inconnus qui te conseillaient d'avoir moins de patience devaient s'appliquer à des gens qui ont marqué leur opposition de façon moins argumentée, démocratique et polie que moi. Ils ne doivent pas faire oublier que nombreux sont ceux qui de façon correcte et argumentée, ont soulevé le problème de la gestion de ce blog après birenbaum.

Tu viens de faire deux billets sur le quiproquo avec le Nouvel Observateur, de mettre en place un nouveau bandeau, donc je ne suis pas HS.

Guy Birenbaum t'a conseillé de fermer ce blog ? Quand ? Pourquoi ? Et toi pourquoi ne l'as-tu pas fait ?

Écrit par : nef | 15/02/2008

There is nothing ! Il n'y a rien déclama le nihiliste !
Ce à quoi l'éspèce humaine arrogante lui répondit qu'au restaurant du néant elle avait bien deux menus à suggérer : l'amour ou la haine au choix sachant que la haine coutait plus cher !
Devinez donc ce que la horde humaine a plutot choisi de s'offrir ?

Fatalitas ! Oyez populations du monde, venez assister à votre spectacle permanent !
Venez vous voir vous agiter pour faire face à la stupidissime et arrogante peur de l'ennui !

L'ennui l'idée maitresse créatrice du fascisme universel !

Tuer l'ennui et si possible en organisant du massacre à grande échelle ! Ca va continuer longtemps à faire du bruit cette histoire d'ennui et de peur de la solitude et de la peur d'etre dans le noir !! Le spectacle est à son comble et les salles ne désemplissent pas !

Les candidats pour tuer l'ennui se bousculent au portillon de la haine !

Du calme les amis : y en aura pour tout le monde croyez moi !

;-)))

Écrit par : Malbrouck | 15/02/2008

Ecrit par : nef | vendredi, 15 février 2008 18:20


Je croyais que tu savais ce que Guy Birenbaum voulait tellement tu paraissais être au courant...

Et oui, dorénavant avec toi comme avec ceux qui ne peuvent s'empêcher de ressasser toujours les mêmes choses sur le DEL, qui me traitent ailleurs de "pourriture du net" (en demandant mon nom du haut de leur pseudo) ou qui le laissent faire, de "psycho-rigide manipulateur" ou que sais-je d'autre, j'agirai avec le fait du Prince sans aucun scrupule.

Et je persiste à écrire que le fait que vous puissiez penser de façon obsessionnelle ce que vous écrivez est pathétique et tordu.

Mais le pire c'est que s'il me prenait l'envie d'effacer cet espace vous en viendriez à crier "Voilà, je vous l'avais dit ! Tout ce qu'il voulait c'était détruire le DEL." juste après avoir écrit que je voulais me l'approprier pour la notoriété...

Écrit par : José | 15/02/2008

Et si, tout simplement, "tuer" le Domaine d'Extension de la Lutte ? Et créer un autre blog, avec un autre nom. Le DEL n'existe plus, c'était un chouette endroit dans lequel j'ai passé de bons moments (avec de jolies rencontres), mais il n'existe plus.
Il y a des DELs, pleins. Mais c'est plus le DEL.

Tuons le une bonne fois pour toute, n'en parlons plus, et repartons sur une plate forme nouvelle... Ca évitera peut être ce genre de discussion.

Oui, ça fera bobo au coeur pour ceux qui y en ont un. Mais on évitera tellement de sang virtuel sur nos humbles claviers qui n'ont rien demandé.

Bon weekend

Écrit par : Falconhill | 15/02/2008

" On ne peut pas entrer au coeur même de ce qu'a été la tragédie du Génocide avec des enfants de cet âge. C'est déjà difficile avec des adolescents, même avec de grands adolescents quand ils sont en première ou en terminale...à fortiori avec des petits. Je veux dire, on peut difficilement raconter la chambre à gaz de Treblinka ou d'Auschwitz Birkenau ou savoir ce que c'était qu'une sélection...raconter ça a des enfants de dix ans ça passe l'entendement. Si on cantonne cet enseignement à une identification aux enfants morts durant la Shoah, c'est quelque chose de...c'est peut être une dérive vers une véritable religion mémorielle si vous voulez... vers une sorte de religion civile de la Shoah qui à mon avis a des effets pervers... à très long terme aura des effets pervers extrêmement graves.
Entre autres parce que d'une part... ça introduit une concurrence mémorielle qui est très dangereuse dans la société française qui est une société aujourd'hui qu'on le veuille ou non multiethnique ; donc avec une véritable concurrence mémorielle qui se met en place ; une concurrence des mémoires, victimaire en plus, qui se met en place et ou chacun demain voudra sa part de tragédie.

On ouvre là une porte qui peut demain peut s'avérer extrèmement périlleuse.

Et puis vous avez un deuxième danger,c'est finalement celui de présenter constamment les juifs et le judaÏsme sous l'angle de la victime. sous l'angle des victimes, comme si les juifs dans l'histoire n'avait été que des victimes et comme si le judaïsme pouvait être ramené uniquement à une histoire tragique et à un cimetière....

Le judaïsme, c'est une civilisation, c'est une culture, c'est une langue, c'est une histoire politique une histoire culturelle, une histoire sociale extrèmement complexe, extrêmement riche et j'ai l'impression qu'on ne l'aborde qu'a travers l'angle de la victimologie.

Alors je comprends que ça entre en résonance avec l'époque qui est une époque centrée sur la victime, mais sur le plan civique et sur le plan démocratique on fait complètement fausse route.

Je crois que...le risque, c'est de transformer une histoire affreuse, une histoire abominable qui a été l'histoire de la Shoah, une histoire de vaincus, une histoire de pauvres gens qui ont été assassinés uniquement pour crime de naissance, c'est de le transformer, de transformer cette histoire cette tragédie là demain en histoire officielle.

Et une histoire officielle, ça ressemble toujours à une vulgate et à un catéchisme. Et le premier réflexe quand on est en présence d'un catéchisme et d'une histoire décrétée sur ordre, c'est de se révolter contre et de casser les idoles. Alors, si on veut absolument créer une mémoire officielle contre laquelle une bonne partie de la jeunesse française demain s'insurgera, pour de bonnes ou de mauvaises raisons, peu importe, je crois qu'on ne s'y prendra pas autrement.Il faut faire attention à tout enfermement d'une histoire vivante en carcan mémoriel et en carcan religieux. Et actuellement on est en train de prendre le chemin d'une religion civile de la Shoah et c'est très dangereux. Et je le dis d'autant plus qu'il y a 20 ans que je travaille sur le sujet. Et je crois que nous nous militons profondément pour une histoire vivante, une histoire politique, qui interroge profondément ce qui a mené l'Occident de la première moitié du 20è siècle à cette catastrophe génocidaire mais pas pour une mémoire réifiée, totalement compassionelle et centrée uniquement sur le souvenir précisément basé sur la pitié . C'est quelque chose qui n'aboutit à rien finalement. Qui n'aboutira demain qu'à ancrer les contemporains que cette tragédie concerne uniquement les juifs. Or, non, sur le fond, ce que nous prétendons, c'est que cette tragédie concerne l'humanité toute entière."

Georges Bensoussan, historien et auteur de Histoire de la Shoah, met en garde contre une "dérive vers une religion civile de la Shoah".

http://snipurl.com/1zpfo

Écrit par : patrice | 15/02/2008

Moi, le blog NRV "..de José", pour être très vulgaire, ça me pompe. Et les explications par le Nouvel Obs et les éventuelles maldonnes futures...je trouve ça un peu court.

Écrit par : patrice | 15/02/2008

Malbrouck , du grain moudre :

danièle merci Madame
Je ne vous avez pas aimé, pas aimé du tout pendant la campagne des présidentielle. Mais je vous adore aujourd'hui d'oser tenir tête à notre Premier Consul qui, hélas, ne réfléchis pas beaucoup aux conséquences de ses dérives verbales. J'ai retrouvé la Simone que j'avais admirée au temps où elle défendait le droit des femmes devant une assemblée de machos insultants. Vendredi 15 Février 2008 - 21:00

Et combien d'autres...ici et là.

Écrit par : patrice | 15/02/2008

Bonsoir,

Pour ceux qui parlent de la dernière "saillie" en date de Sarko, il serait intéressant de relire ceci : "L'inquiétante rupture tranquille de Mr Sarkozy", rédigé par Eric Besson.




CHAPITRE 1 :NICOLAS SARKOZY OU L’APOLOGISTE DU MODELE COMMUNAUTARISTE RELIGIEUX …… 9
Son projet : réguler la société par les religions ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… 10
Une stratégie de marketing politico-religieuse ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… 11
Un projet de société d’inspiration américaine …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… 12
Le retour des religions dans la vie publique française ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… 12
Les religions comme solution aux problèmes des banlieues …………………………………………………………………………………………………………………………… 12
Les religions comme légitimation du retour de l’ordre moral ……………………………………………………………………………………………………………………… 13
Les religions comme substitut à l’Etat-providence ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… 13
Les religions comme garant de la bonne éducation des jeunes ………………………………………………………………………………………………………………… 13
Les dérives de cet activisme communautariste ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… 14
La remise en cause de la loi de 1905 …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… 14
La remise en cause du modèle laïque français …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… 16
Le risque de promotion des sectes ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… 18
La promotion des intégristes musulmans français ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… 20
Première erreur d’analyse : l’UOIF serait représentative des musulmans de France …………………………………… 20
Deuxième erreur d’analyse : l’UOIF serait seulement fondamentaliste mais pas intégriste …… 21
Troisième erreur d’analyse : l’UOIF se modérerait au sein du CFCM ………………………………………………………………………………………………… 22
La rupture avec le modèle français républicain ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… 23
CHAPITRE 2 :NICOLAS SARKOZY OU LE SECURITAIRE DANGEREUX ET INEFFICACE ………………………………………………………………… 25
Sa pensée : une conception manichéenne de la sécurité …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… 25
La sécurité au dessus des libertés ou la crispation sécuritaire ………………………………………………………………………………………………………………………………… 25
Le tout répressif ou la prévention abandonnée………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… 26
Le tout carcéral ou le choix de la solution américaine………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… 28
Le tout policier ou le pouvoir judiciaire inféodé au ministère de l’intérieur ……………………………………………………………………………… 29
Son action : un activisme législatif pour rassurer… ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… 30
La loi sur la sécurité intérieure ou de nouveaux délits censés régler l’insécurité …………………………………………………………… 30
Le délit de stationnement dans les halls d’immeubles ou la stigmatisation des jeunes …………………… 30
Le racolage passif ou la transformation des prostituées en délinquantes ………………………………………………………………………… 31
Le délit de mendicité ou le retour aux solutions du 19ème siècle…………………………………………………………………………………………………………… 31
Les lois sur l’immigration ou la production assurée de clandestins……………………………………………………………………………………………………………… 32
La loi du 26 novembre 2003 ou un échec reconnu à demi-mot……………………………………………………………………………………………………………………… 32
La loi du 24 juillet 2006 ou le faux alibi de l’immigration choisie…………………………………………………………………………………………………………… 34
Le projet de peine automatique pour les multirécidivistes ou la volonté de toujours copier
les États-Unis ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… 35





C'est le sommaire en copié/collé (fichier PDF).

Vous pouvez le télécharger encore ici :

http://hebdo.parti-socialiste.fr/2007/01/10/347/



Et désolée pour le HS Olivier, puisque ce billet vous était adressé.

Écrit par : Gaëlle | 15/02/2008

Ecrit par : patrice | vendredi, 15 février 2008 21:33

Ben pourquoi ça vous pompe?
Je trouve ça très bien "Le blog NRV de José". C'est clair et conforme à la réalité depuis 6 mois. Enfin!

Ecrit par : Falconhill | vendredi, 15 février 2008 19:58

"Il y a des DELs, pleins"

Où ça?
Il y a notre DEL collectif, dont les trublions fondateurs ont toujours refusé la légitimité de José et le Village dont les amnésiques fondateurs ont collaboré avec José ;-)))

@ José
Personne ne t'en voudra de fermer, vas, tu peux y aller tranquille.
De toutes façons personne ne te connaît, t'es juste un pseudo, tu ne cours aucun risque. Pourquoi tu t'accroches? C'est pathétique, quand même.
Ca se voit que tu sues sang et eau pour tenir la perf'. T'as besoin de mémoire? Tu veux celle d'un enfant juif déporté pour te tenir compagnie?

Tu vois Sarko? Ben tu auras beau dire que je suis responsable de la mort du DEL ou Esther ou Malbrouck ou Nef ou Serval, tu pourras toujours trouver des opposants à dénoncer, mais au final, c'est toi le responsable, José, c'est pas les commentateurs.
Ce désastre, c'est le tien.
Entièrement.
Aujourd'hui tu assumes enfin ton pseudo en signant "Le DEL NRV de José", c'est bien, mais ensuite, il va falloir que tu songes à assumer ton échec.
Allez, courage, José!

La différence entre toi et nous, tes opposants, c'est que nous, on a toujours été sincères.

Écrit par : Sacha | 15/02/2008

Ecrit par : Sacha | vendredi, 15 février 2008 23:14

Ouaip Laurence... Gros niveau.

Écrit par : José | 16/02/2008

Allez hop, fermeture totale du fait du Prince.

Écrit par : José | 16/02/2008

...

Écrit par : Gaëlle | 16/02/2008

Ecrit par : Sacha | vendredi, 15 février 2008 23:14

Globalement d'accord avec toi.

Un point me gène dans ton com , celui ci : " le Village dont les amnésiques fondateurs ont collaboré avec José".

On a fait confiance à josé. On s'est planté. Point. Et on l'a toujours assumé, d'ou la création du Village des NRV. Pas d'amnésie donc.

Au surplus, dans ma famille, il y a eu des déportés, des résistants, mais pas de collabos. Je te remercie d'en prendre note car comme tu le sais, je suis extrèmement épidermique sur le sujet.

Écrit par : Serval | 16/02/2008

...

Ecrit par : Gaëlle | samedi, 16 février 2008 01:14

Celui la c'est ton commentaire le plus intelligent depuis que tu intervient ici

Écrit par : Serval | 16/02/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu