Avertir le modérateur

20/02/2008

Popularité de Nicolas Sarkozy : l'auto-désaveu du peuple ?

Au premier tour de l'élection présidentielle de 2007, plus de 18% des électeurs français ont exprimé en votant au centre leur volonté de dépassement des clivages gauche-droite et une inquiétude sur l'influence du pouvoir et des médias, entre autres. Il s'avère aujourd'hui que c'était alors parfaitement fondé.

J'ai déjà écrit dans un billet précédent que l'on pouvait, et le plus décemment du monde de surcroît, parler de ménage à trois.

Ceux qui s'en horripilaient pendant la campagne présidentielle s'en réjouissent aujourd'hui, tout impatients qu'ils sont de voir l'éventualité de l'explosion en vol du président de la République en direct se concrétiser. Quant à ses partisans de la première heure, peu filtre, mais certains n'hésitent pas à douter de plus en plus fort des qualités de leur chef de file, y compris en pleine campagne municipale.

Lire la suite

13/02/2008

Olivier Bonnet : le plumé de presse.

"Plume de Presse" est un blog que j'ai toujours apprécié lire, comme d'autres. Je ne partage pas toujours le fond des articles ni les opinions de l'auteur Olivier Bonnet mais, à l'instar de Sébastien Fontenelle (Vive le feu) ou Christian Lehmann (En attendant H5N1) entre autres présents en liens sur ce blog, le plaisir de la lecture a toujours été au rendez-vous grâce à une bonne dose de talent et une acuité à faire pâlir quelques barons de l'écriture.

De parti pris ? Peut-être. Corrosif ? Parfois. Pertinent ? Toujours.

C'est pourquoi il me semble nécessaire de manifester ici ma solidarité envers Olivier Bonnet.

Sur son dernier billet il annonce la suspension de son blog pour se consacrer à l'écriture de son premier livre : "Sarkozy, la grande manipulation - Dénonciation d'une imposture". On imagine assez facilement d'après le titre, bien sûr, mais aussi d'après le travail quotidien qu'Olivier nous a offert pendant près de deux ans sur son blog, de quoi il souhaite nous entretenir.

En écrivant ce billet je me suis demandé comment formuler un appel à la solidarité envers lui sans tomber dans la simple promotion de son ouvrage à paraître. J'ai renoncé à faire la distinction tant je crois que l'un et l'autre vont de pair.

Olivier nous informe de sa situation personnelle financière sur son dernier billet. Oh, j'entends bien venir quelques gros sabots... Que l'on sache toutefois avant de venir crier au misérabilisme qu'il n'en avait jusqu'ici jamais fait part à ses lecteurs.

Il y a plusieurs façons de soutenir Olivier Bonnet. Ceux qui le souhaitent et en ont les moyens peuvent effectuer un don via le bouton Paypal placé en haut de la colonne de gauche de sa page d'accueil. Il est aussi possible de souscrire à la pré-commande de son livre et pourquoi pas deux fois, un exemplaire pour nous et un autre à offrir à la bibliothèque municipale de notre commune ? Quant à ceux, malheureusement nombreux dans notre riche pays, qui ont peine à boucler les fins de mois, le relais de l'information suffira amplement.

Personne ne contestera que l'État s'est toujours plus déchargé sur les organisations caritatives du traitement du malaise social. Il serait dommage que les simples citoyens que nous sommes tous, à notre tour, nous déchargions de notre solidarité sur ces organisations qui bien souvent n'interviennent que pour les situations ultimes et oubliions que nous aussi pouvons faire quelque chose avant ces extrémités, chacun à notre mesure.

C'est aussi cela la politique. Imaginer un avenir à moyen ou long terme tel que nous le souhaitons ne doit pas réduire notre champ de vision. Être révolté par des reportages télévisés, par la misère du monde des antipodes, ne doit pas nous faire détourner les yeux de ceux qui sont proches de nous. En aidant nos voisins, nous investissons pour qu'eux aussi puissent aider les leurs.

Si nous lisons Olivier Bonnet régulièrement voire quotidiennement, pourquoi ne pas le considérer comme notre voisin ? Car c'est bel et bien aussi et prioritairement pour nous qu'il a écrit pendant deux ans et qu'il souhaite continuer à le faire, sous cette forme ou sous une autre.

Nous sommes nombreux à dénoncer des atteintes à la liberté d'expression, ne serait-ce pas la meilleure preuve de notre tolérance que d'encourager l'écriture, le cas échéant, de ceux dont nous ne partageons pas les idées ou les points de vue mais qui les écrivent avec talent ?

Olivier Bonnet n'est pas un plumitif. Il est aujourd'hui un plumé de presse.

25/01/2008

Dans la famille Pinault-Valencienne : je demande le RMI.

Le RMI (Revenu Minimum d'Insertion) est alloué aux personnes à très faibles revenus en vue de leur insertion, comme son nom l'indique. En cette période de chasse aux fraudeurs (chômeurs, érémistes ou malades indélicats), où TF1 n'hésite pas à composer toute une émission sur les arnaques du siècle dont nos organismes d'allocation font l'objet, on en apprend de bonnes.

On peut ainsi découvrir qu'une millionnaire, fille de l'un des plus grands capitaines d'industrie français, assujettie à l'impôt sur la fortune, a bénéficié pendant six ans du RMI.

Ensemble, tout devient possible...

Il s'agit de Laurence Pinault-Valencienne.

Condamnée à huit mois de prison avec sursis et 25000€ d'amende, l'intéressée (habitante des Hauts de Seine) a pourtant annoncé sa décision de faire appel.

Ensemble, tout devient indécent...

Mais les surprises continuent.

C'est France3 qui avait révélé l'affaire en diffusant un reportage suite à un rapport confidentiel de la CAF des hauts de Seine.  La CAF avait alors porté plainte pour vol et violation du secret, ce qui avait déclenché l'affaire.

Mais le conseil général qui lui est chargé de la gestion du RMI a refusé de porter plainte contre les impétrants... Qui était à sa tête ?

Monsieur TF1, une petite enquête sur les Pinault-Valencienne ? Sur l'attribution du RMI dans les Hauts de Seine ?

Ensemble, tout devient arnaques ? 

 

 

Source Le Parisien

20/01/2008

Le triomphe de l'incompétence.

“D’un point de vue politique la carte de l’urgence sociale est plus démonstrative, spectaculaire et médiatique, qu’efficace”

 

Sans commentaire, lisez : terrolle2005a.pdf.

Source ici.

17/01/2008

La Police Canada Dry ?

Que l'on ne se méprenne pas, il n'y a aucun dénigrement dans le titre. Je ne sous-entends pas que la Police d'aujourd'hui ne contient aucun degré d'alcool. Non, non. Loin de moi ce genre de propos.

Trêve de plaisanteries.

En observant avec un peu de recul la vie politique française, on pourrait considérer assister à une guerre des marques. Entre les émissions de téléréalité  et leurs saisons (gouvernements Raffarin I et II, Fillon I et II, etc.), les lois (Galland, Perben I et II) sur lesquelles les ministres ou députés cherchent à imprimer leur nom, le temps passe vite. Très vite. Et les slogans défilent. Ne manque plus que le logo. Et dire que certains ministres ont réellement conscience des conditions privilégiées que leur procure le "Loft Story" gouvernemental...

Dans ce secteur éminemment public qu'est la politique, les règles du marketing doivent faire mouche et pour ce faire la sémantique est devenue affaire d'État.

Nous sommes ainsi les habitants d'un pays dont les caisses sont vides mais qui n'est pas en faillite, François Fillon mène une politique  sérieuse mais pas de rigueur, nous ne subissons pas des sacrifices mais bénéficions de réformes et ainsi de suite.

Mais parfois la réalité rattrape l'illusion sémantique. Après avoir supprimé la "Police de proximité" de Jean-Pierre Chevènement (parce qu'elle passait son temps à jouer au foot avec les habitants des "quartiers") et l'avoir remplacée par les bataillons de Robocop-CRS lors des émeutes de 2005 (qui avaient provoqué, fait unique depuis la guerre d'Algérie, un couvre-feu national) et celles qui ont suivi l'accident de Villiers le Bel, il semblerait de nouveau évident aux yeux de nos dirigeants que la répression ne suffise pas. Sans blague…

Pourtant, nos fonctionnaires de Police n'ont pas démérité et leur professionnalisme a été unanimement salué face à des situations aussi explosives.

Peut-on alors parler de retour en arrière ou de perte de temps ? Que nenni, nous dit-on. Parce que faire et défaire, c'est toujours travailler ? Vous n'y êtes pas. Il ne s'agit pas du tout de la même chose dont on parle.

La police de proximité de Jean-Pierre Chevènement était composée d'ilotiers, la police de Michèle Alliot-Marie va expérimenter les "unités territoriales de quartier".

Ça a le gout de la police de proximité, la couleur de la police de proximité mais ce n'est pas la police de proximité.

Cette police de Jean-Pierre Chevènement, instaurée en 1997 par le gouvernement Jospin, avait pour caractéristique d'être proche des habitants, celle de Michèle Alliot-Marie officiera sur le même terrain qu'eux. C'est toute la nuance.

Nous avions auparavant une police de proximité, nous aurons désormais des habitants à proximité de la police sans qu'ils se déplacent.


Ce n'est pas le bus qui roule, c'est le paysage qui défile...

14/01/2008

Logements au pif dans le 8ème arrondissement de Paris.

 
"It is also a way to keep power at the top. “You have to understand that France is still a sort of elected monarchy,” said André Santini, a junior minister who is running for re-election in the Paris suburb of Issy-les-Moulineaux, where he has been mayor for 28 years."
 
 
 
 
Mais où les barons pratiquent le "pif" :
 
 
 
Source : Backchich 

06/01/2008

Sarkozy-Bruni : un choix dans la date ?

Juste un choix...

Alors que la cote de popularité du président de la République s'effondre et qu'il estime devoir "reprendre la main" lors d'une conférence de presse mardi, alors que Martin Hirsch se sait instrumentalisé et se dit favorable aux sanctions contre les chômeurs (j'y reviendrai plus tard), le Journal Du Dimanche (JDD) nous annonce le mariage de Nicolas Sarkozy et de Carla Bruni pour le 8 ou le 9 février prochain.

Bien.

Mais connaissant la propension du président à faire communication de toute action qu'il peut mener on ne peut que s'interroger sur cette date.

En effet, les prochaines érections élections municipales auront lieu les 9 et 16 mars.

On ne peut qu'admirer la concordance des temps. Entre une réconciliation pour la conquête de l'Élysée, un divorce à la veille d'un grand mouvement social et une nouvelle idylle à celle d'élections, la vie privée de Nicolas Sarkozy se conjuguerait-elle au politique ?

Mais revenons donc aux sanctions contre les chômeurs. Martin Hirsch se déclare favorable à des sanctions sous réserve qu'elles s'appliquent aux trois acteurs qui sont les pouvoirs publics, les employeurs et les employés ou demandeurs d'emploi. J'abonde dans ce sens. La vraie rupture serait donc de faire en sorte que si les pouvoirs publics n'arrivent pas à trouver un emploi à un demandeur dans un délai de six mois, ce dernier verrait ses allocations réévaluées de 20% et de 50% en cas de récidive lors des six prochains mois. Rupture, vous auriez dit rupture ?

En attendant une telle revalorisation du pouvoir d'achat, Nicolas Sarkozy sera-t-il marié avec Carla Bruni ?

Un choix dans la date ?

Juste un choix... 

01/01/2008

Allégorie

 
 
Bonne et heureuse année à tous.
Amis, ennemis, pauvres cons, plus ou moins pauvres et plus ou moins cons.
Lecteurs, commentateurs, contributeurs...
Et surtout à tous ceux, bien plus nombreux qui ignorent tout de ce blog.
 
Bonne et heureuse année 2008.
 
José 

29/12/2007

Le fournisseur du Père Noël est une ordure.

C'est toujours Noël chez Toys"R"Us, un des plus grands fournisseurs du Père Noël.

Ce Père Noël, ce fameux Père Noël faussement imputé à l'esprit commercial de Coca Cola qui devrait regarder à deux fois avant de sélectionner ses fournisseurs.

Parce que l'esprit généreux et caritatif de Noël, figurez-vous que Toys"R"Us s'en contrefiche royalement. Surtout depuis son rachat le 21 juillet 2005 par un consortium de fonds d'investissement.

Ça se passe comme ça chez Toys"R"Us, on commence par gâter de moins en moins les salariés... Et ces derniers râlent :

 

 

Bon... Jusque là, rien de bien grave dans notre joyeux monde, me direz-vous. Parce que le Père Noël, en bon libéral qu'il est, n'hésite pas non plus à faire travailler gratuitement de gentils petits lutins, n'est-ce pas ?

Mais au moins jusqu'à présent avions-nous droit au respect des oeuvres caritatives.

C'est ainsi que des associations bénéficiaient de la mise à disposition d'emballage cadeau et d'un emplacement pour récolter des fonds en réalisant les paquets.

Fini. Stop. Terminé. Le Père Noël est peut-être généreux mais pas son fournisseur. Sur un ordre du siège le magasin de Bordeaux a estimé qu' "il faut bien répercuter le prix du papier cadeau mis à la disposition de l'association". Comme l'écrit Marianne n°557-558 en page 35 : "en clair, ce qui était jusqu'alors gratuit pour les clients sera payé par ceux qui quêtent pour les plus démunis".

Les Blouses roses, une association de Dijon, ont donc dû débourser 1800€, près du quart de leur collecte de 2006 sans pouvoir refuser l'accord car il s'agit de leur seule source de financement. À Nantes, les Restos du Coeur ont payé plusieurs milliers d'€uro mais Sylvie Rateau, la présidente, ne s'y fera pas reprendre. À Bordeaux, une association au service des enfants hospitalisés, Dépannage Distraction, a plié sans rien dire.

Cerise sur la bûche de Noël : la direction du magasin de Bordeaux a demandé en plus aux bénévoles présents de préparer les paquets des 200 comités d'entreprise qui s'approvisionnent chez lui. D'une simple répercussion des frais à une mise en coupe réglée de l'humanitaire, c'est le gouffre que le magasin a osé franchir, estime Marianne...

Moi aussi.

Le fournisseur du Père Noël est bel et bien une ordure.

 

12:10 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (55) | Tags : Toys"R"Us, Noël

27/12/2007

UIMM et Tracfin : transparence jusqu'à l'effacement de données ?

C'est Marianne numéro double 557-558 en page 28 qui nous l'apprend en posant une question qui fâche : le ministère des Finances cacherait-il d'inavouables secrets ?

D'après la version officielle c'est la cellule de traque anti-blanchiment Tracfin qui aurait alerté sur les retraits en liquide de l'UIMM.

Sauf que.

Sauf que François Werner (biographie.pdf), le patron de Tracfin, a remis aux policiers chargés de l'enquête, lors d'une perquisition le 13 décembre qualifiée par l'hebdomadaire de "courtoise", des documents bancaires qu'il avait "oublié" de remettre au procureur de la République de Paris.

C'est là que commencent les surprises. Les policiers n'ont pu relever aucun enregistrement informatique du dossier. Aucun fichier, aucune note, aucun document n'a été retrouvé sur les ordinateurs des fonctionnaires ayant eu à traiter ce dossier. Seule une "synthèse papier" existerait et, comme le relève à juste titre Marianne, comment expliquer alors les déclarations comme quoi il aurait été effectué de "longues et minutieuses investigations" ? Évidemment, ce non-constat a conduit le juge Roger Le Loire à demander une expertise des disques durs de plusieurs ordinateurs de Tracfin (techniquement il est possible de retrouver les données d'un disque dur même si elles ont été effacées, formatées et écrasées plusieurs fois).

Plusieurs questions restent toutefois en suspens : François Werner est un ami proche de Jean-François Copé, ancien conseiller de Nicolas Sarkozy au ministère du Budget en 1993. Tracfin a été alerté dès 2004 par la BNP des retraits en liquide de Denis Gautier-Sauvagnac mais il aurait été alors donné consigne de mettre le dossier en attente. Sans aucune "note ministérielle" cependant selon une source proche du dossier et de l'inquisition...

Mais pis. Aucune enquête sérieuse n'a été menée par Tracfin qui n'aurait même pas consulté le fichier des comptes bancaires, ce qui aurait permis de constater que l'UIMM disposait d'au moins une dizaine de comptes bancaires sur lesquels ont été effectués plus de 20 millions d'€uro de retraits en liquide.

Christine Lagarde, ministre des Finances a fait savoir que Tracfin ne ferait aucun commentaire avant même que son patron ne réagisse.

Les disques durs des ordinateurs vont-il parler et peuvent-ils mettre en ébullition les coulisses du pouvoir ?

À suivre...

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu